Alimentation en cas de goutte : recommandations et interdictions

8 mai 2020
Les personnes atteintes de cette maladie et qui suivent une alimentation contre la goutte doivent également prendre des médicaments pour contrôler la douleur et réduire les niveaux d'acide urique.

Une alimentation en cas de goutte peut contribuer à réduire le taux d’acide urique dans le sang. L’alimentation en cas de goutte ne guérit pas la maladie. Cependant, elle peut réduire le risque de crises de goutte récurrentes et douloureuses. Mais aussi ralentir la progression des lésions articulaires.

Les personnes souffrant de cette maladie qui suivent une alimentation pour la goutte doivent également prendre des médicaments pour contrôler la douleur. Et réduire les niveaux d’acide urique. Dans cet article, nous vous présenterons les recommandations et les interdictions visant à améliorer cette condition.

Qu’est-ce que la goutte ?

La goutte est l’un des troubles métaboliques les plus courants et une forme douloureuse d’arthrite. Elle est causée par une augmentation de l’acide urique dans le sang, connue sous le nom d’hyperuricémie.

Elle ne présente généralement aucun symptôme antérieur. Pour autant, elle peut se déposer dans les articulations. Et ainsi donner lieu à des inflammations vraiment douloureuses qui peuvent être accompagnées de fièvre.

L’acide urique se produit lorsque le corps décompose des substances chimiques appelées purines. Les purines sont produites naturellement dans le corps, mais on les trouve aussi dans certains aliments. L’acide urique est excrété par l’urine.

Pour prévenir les crises de goutte, ou du moins ralentir les dommages causés aux articulations, certains aliments peuvent être utilisés comme méthode pour réduire les niveaux élevés d’acide urique dans l’organisme.

Lisez également : Dites adieu à la goutte avec ce puissant traitement naturel

Facteurs à prendre en compte dans le cadre d’une alimentation pour la goutte

Un flacon d'urine

Le régime alimentaire spécifique visant à réduire le taux d’acide urique dans le sang doit s’axer sur le contrôle de 3 facteurs principaux :

1. Le pH de l’urine : il est important d’essayer de suivre un régime basifiant ou alcalinisant pour modifier légèrement le pH urinaire et favoriser l’élimination. On y parvient principalement en :

  • Favorisant la consommation d’aliments basifiants tels que les légumes, les pommes de terre, les fruits, les patates douces, les salades
  • Evitant la consommation d’aliments riches en sel et son ajout dans les préparations culinaires domestiques
  • Evitant complètement la consommation d’alcool, y compris la bière et le vin

2. La consommation de purines : il est nécessaire de surveiller les aliments qui sont consommés ainsi que leur préparation. Lorsque nous faisons bouillir un aliment qui contient des purines, une grande partie de celles-ci passe dans l’eau de cuisson. C’est donc un bon moyen de réduire la teneur en purine des aliments, mais il faut éviter les bouillons

3. L’apport en fructose : le fructose, une fois assimilé par l’organisme, est métabolisé en xanthine, une purine qui finira par passer dans l’acide urique. C’est pourquoi nous vous recommandons de ne consommer qu’un fruit par jour. Et de choisir ceux qui contiennent moins de fructose

Aliments autorisés

  • Protéines : consommez principalement de la viande rouge et de la volaille maigres, des produits laitiers allégés et des lentilles comme sources de protéines
  • Glucides complexes : mangez plus de légumes et de céréales complètes, qui fournissent des glucides complexes
  • Vitamine C : certaines études montrent qu’elle peut aider à réduire les niveaux d’acide urique. Demandez à votre médecin s’il serait intéressant d’ajouter un supplément de 500 milligrammes de vitamine C à votre régime alimentaire et à vos médicaments
  • Café : certaines recherches suggèrent qu’une consommation modérée de café pourrait être associée à un risque moindre de goutte. La consommation de café peut ne pas être appropriée si vous avez d’autres problèmes de santé. Vérifiez auprès de votre médecin la quantité de café que vous pouvez boire
  • Cerises : il est prouvé que la consommation de cerises est associée à un risque moindre de crises de goutte

Lisez également : Remèdes naturels et efficaces pour traiter les symptômes de la goutte

Aliments non autorisés

L'alcool n'est pas recommandé pour les personnes souffrant de la goutte

  • Viandes d’organes et de glandes : évitez les viandes telles que le foie, les reins et le ris de veau, qui sont riches en purines et contribuent à augmenter le taux d’acide urique dans le sang
  • Viande rouge : limitez la taille des portions de bœuf, d’agneau et de porc
  • Fruits de mer : certains types de fruits de mer (tels que les anchois, les crustacés, les sardines et le thon) ont une teneur en purine plus élevée que d’autres. Toutefois, les avantages globaux pour la santé de la consommation de poisson peuvent l’emporter sur les risques pour les personnes souffrant de la goutte
  • Légumes à forte teneur en purines : des études ont montré que les légumes riches en purines, tels que les asperges et les épinards, n’augmentent pas le risque de goutte ou de crises de goutte récurrentes
  • Boissons alcoolisées : la consommation de bière et de spiritueux distillés s’associe à un risque accru de goutte et de crises récurrentes. Une consommation modérée de vin ne semble pas augmenter le risque de crises de goutte. Evitez la consommation de boissons alcoolisées pendant les crises de goutte et limitez la consommation, en particulier de bière
  • Aliments et boissons sucrées : limitez ou évitez les aliments sucrés, tels que les céréales sucrées, les produits de boulangerie et les sucreries. Limitez la consommation de jus de fruits naturellement sucrés

Enfin…

Suivre une alimentation en cas de goutte peut contribuer à limiter la production d’acide urique et à augmenter son élimination. Il ne suffit pas de suivre un régime pour abaisser le taux d’acide urique dans le sang afin de traiter la goutte sans médicaments. En effet, l’alimentation peut contribuer à diminuer le nombre de crises et à en modérer la gravité.

 

  • Álvarez-Lario, Bonifacio, & Alonso-Valdivielso, J. L.. (2014). Hiperuricemia y gota: el papel de la dieta. Nutrición Hospitalaria29(4), 760-770. https://dx.doi.org/10.3305/nh.2014.29.4.7196
  • Fellet, A. J., De Oliveira Aires Pinto, E., Barbosa, L. F., Afonso, A. F., & Soares, G. F. (2013). Gota. Revista Brasileira de Medicina. https://doi.org/10.1016/S1286-935X(17)87224-5
  • González, A. (2003). MANEJO DE LA GOTA : Revisión. Revista de Posgrado de La VIa Cátedra de Medicina. https://doi.org/10.1080/135048599353177
  • Hyon K Choi, Karen Atkinson, Elizabeth W Karlson, Walter Willett, Gary Curhan. Alcohol intake and risk of incident gout in men: a prospective study, Issue 9417, 2004, ISSN 0140-6736,
    https://doi.org/10.1016/S0140-6736(04)16000-5.