Aliments mal cuits : peuvent-ils être mauvais pour la santé ?

Certains aliments présentent un haut risque de contamination. Il est donc important de garantir leur cuisson pour éviter des intoxications alimentaires. Nous allons ici vous dire desquels il s'agit et quelles sont les mesures préventives à prendre en compte.
Aliments mal cuits : peuvent-ils être mauvais pour la santé ?

Dernière mise à jour : 19 mai, 2021

Au cours de ces dernières années, la consommation d’aliments crus a augmenté. Ceci est dû à l’influence des cuisines asiatiques et sud-américaines. Malgré cela, il y a certains aliments qu’il est nécessaire de cuire pour prévenir des complications. Que se passe-t-il si vous consommez des aliments mal cuits ?

La consommation d’aliments avec une cuisson inadéquate peut parfois dériver vers des intoxications ou des toxi-infections qui compliquent la santé. Par conséquent, il est nécessaire de savoir pourquoi il faut bien cuire certains types d’aliments et de connaître ceux qui peuvent occasionner des problèmes de santé.

La cuisson est une méthode d’hygiène

L’une des fonctions de la cuisson des aliments, en plus d’améliorer les qualités organoleptiques, est d’améliorer leur salubritéEn soumettant un aliment à de hautes températures, nous nous assurons que les organismes vivants qui y habitent sont détruits.

De cette façon, on élimine les bactéries, champignons ou autres micro-organismes qui ont démontré pouvoir coloniser le tractus digestif et produire des maladies, comme c’est le cas de la salmonellose.

L’un des exemples les plus pratiques est la stérilisation du lait. Celui-ci est soumis à de hautes températures pendant de brefs instants pour garantir sa sécurité alimentaire.

Une fois ce processus terminé, on peut le conserver dans un récipient fermé pendant assez longtemps, jusqu’à la date de sa consommation. On garantit ainsi l’absence de micro-organismes pathogènes.

La cuisson de la viande.

Une cuisson adéquate des aliments peut aider à détruire de possibles organismes pathogènes qui peuvent causer des intoxications et des infections.

Découvrez aussi : Pourquoi le panga a-t-il mauvaise réputation ?

Attention avec les viandes

Parmi les aliments qui nécessitent généralement une cuisson complète, nous retrouvons les viandes. Normalement, laisser un filet ou une côtelette un peu crus à l’intérieur ne suppose pas de problème.

Les organismes pathogènes se trouvent à la surface : par conséquent, il suffit de dorer la partie la plus externe du produit pour garantir sa sécurité. Néanmoins, les choses se compliquent quand nous parlons de viande hachée.

Un exemple typique est celui des steaks hachés. Avec ce type de produits, toute la viande est susceptible de contenir des organismes pathogènes, aussi bien à la surface qu’à l’intérieur. Par conséquent, nous devons nous assurer que le morceau de viande atteint au moins les 60 ou 70 degrés à l’intérieur.

Laisser les steaks hachés peu cuits à l’intérieur est l’une des causes les plus fréquentes d’intoxication alimentaireLa consommation de ce type d’aliments mal cuits est un véritable risque pour la santé.

Ceci peut vous intéresser : Prévention de la salmonellose

Les poissons aussi sont des aliments à risque

Au cours de ces dernières années, la consommation de poisson cru s’est popularisée grâce à la culture orientale. On a ainsi vu proliférer les chaînes de sushis et autres types de plats qui utilisent ce produit de la mer sans le cuire.

Néanmoins, pour que le poisson puisse être consommé cru, il doit passer par un processus de congélation préalable. De cette façon, nous garantissons la mort des micro-organismes présents ou l’inactivité de ces derniers. Consommer du poisson cru sans respecter les normes de sécurité alimentaire est extrêmement nocif pour la santé.

L’organisme le plus dangereux dans ce type de produits est généralement l’anisakis, selon une étude publiée dans Diseases of Aquatic Organisms. On le retrouve surtout dans les poissons blancs et il s’élimine facilement au moment de la congélation. Par ailleurs, il est assez habituel que les préparations qui impliquent l’utilisation de poisson cru intègrent un produit acide dans leur recette, comme le jus de lime.

Cette variation de pH suppose aussi un grand coup contre les micro-organismes qui peuvent vivre à la surface du produit. Il faut savoir que si l’on va consommer un poisson frais sans l’avoir congelé au préalable, il est primordial de garantir sa bonne cuisson.

C’est à peu près la même chose qu’avec les viandes : il est nécessaire, au minimum, de provoquer une cuisson au niveau de la partie externe du produit pour les poissons bleus, et une cuisson complète pour les poissons blancs. De cette façon, nous nous assurons que l’aliment ne sera pas susceptible de provoquer des maladies.

Du poisson blanc.

Le poisson est un aliment avec un haut risque de contamination. Par conséquent, sa conservation et sa cuisson doivent être garanties.

Conclusion sur la consommation d’aliments mal cuits

Consommer des aliments crus ou mal cuits peut supposer un risque pour la santé. Il est intéressant de connaître l’origine du produit et de savoir s’il a été soumis à un processus de congélation préalable. Nous pouvons ainsi déterminer le risque de le consommer avec une méthode de cuisson incomplète.

Il faut faire particulièrement attention avec les steaks hachés et les poissons blancs car ce sont des aliments critiques du point de vue de la sécurité alimentaire. Au moment de consommer un aliment cru, il est important de le congeler pendant un certain temps.

Par ailleurs, introduire un élément acide dans l’élaboration du plat pour varier le pH est généralement une bonne idée. De cette façon, nous garantissons la mort des possibles organismes pathogènes qui y vivent.

Cela pourrait vous intéresser ...
Est-il sain de boire le jus des conserves ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Est-il sain de boire le jus des conserves ?

Nombreuses sont les personnes qui se demandent s'il est sain ou non de boire le jus des conserves. Découvrez ici la réponse.



  • French GL., King  SD., Louis PS., Salmonella serotypes, salmonella typhi phages types, and anti microbial resistance at the university hospital of the west indies, Jamaica. J Hyg, 1977.
  • Palm HW., Theisen S., Damriyasa IM., Kusmintarsih ES., et al., Anisakis (Nematoda: ascaridoidea) from indonesia. Dis Aquat Organ, 2017. 123 (2): 141-157.
  • Ocurrence of Anisakis and Hysterothylacium nematodes in Atlantic chub mackerels from libyan coasts. Cavallero S., El Sherif RA., Pizzarelli A., El Fituri AA., El Showhdi M., Benmosa F., D’Amelio S., Helminthologia, 2019. 56 (4): 347-352.