Allergie à l'eau : symptômes et traitement

L'allergie à l'eau affecte considérablement la qualité de vie d'une personne. C'est une condition assez rare. Découvrez-la ici.
Allergie à l'eau : symptômes et traitement

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 09 août, 2022

Beaucoup de personnes n’ont jamais entendu parler d’allergie à l’eau, car il s’agit d’une maladie très rare. C’est aussi une maladie très dangereuse. Jusqu’à présent, seules 40 personnes dans le monde ont reçu ce diagnostic.

L’allergie à l’eau amène une personne à développer des taches rouges ou d’autres types d’irritation sur la peau lorsqu’elle entre en contact avec le liquide. Peu importe qu’il fasse chaud ou froid.

Les personnes atteintes de cette maladie deviennent même intolérantes à leur propre sueur ou à leurs propres larmes. Comme vous vous en doutez, cela implique de graves conséquences et empêchent de mener une vie normale.

Qu’est-ce que l’allergie à l’eau ?

L’allergie à l’eau est le nom populaire d’une affection appelée urticaire aquagénique. C’est une forme d’urticaire qui survient au contact de l’eau, soit par la peau, soit par ingestion.

Cette affection rare survient davantage chez les femmes. Les premiers symptômes apparaissent généralement à l’adolescence. C’est un problème paradoxal, puisque 60 % du corps est composé d’eau. Même ainsi, les personnes touchées développent des démangeaisons si elles entrent en contact avec le liquide.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun remède contre l’allergie à l’eau, bien que des recherches soient menées dans de nombreux pays. Si les effets négatifs atteignent la région de la gorge, la vie de la personne est en danger.

Les causes de l’allergie à l’eau

La science n’a pas encore été en mesure d’identifier les causes de l’allergie à l’eau. Cependant, il existe plusieurs hypothèses à cet égard. L’une d’elles précise que l’origine est génétique. Concrètement, il y aurait mutation du gène 2q21, le gène lié au déficit congénital en lactase.

Une autre hypothèse indique que l’eau en tant que telle n’est pas la cause de l’allergie, mais plutôt certaines substances qui s’y dissolvent. Il est également indiqué qu’au contact du liquide, certaines peaux créent une substance toxique qui conduit à la formation de zébrures.

Cela se produirait parce que les personnes touchées ont un antigène sur leur peau qui se dissout au contact de l’eau. Cette substance activerait le système immunitaire.

Dans ce dernier cas, l’idée avancée est que, une fois dissous, l’antigène traverserait les couches externes de la peau. Cela conduirait à des globules blancs libérant de l’histamine. Ensuite, la substance provoque un œdème, une dilatation des capillaires et tous les symptômes de l’urticaire.

Génétique dans l'allergie à l'eau.
Une altération génétique pourrait expliquer l’allergie à l’eau. Seulement 40 personnes dans le monde en souffrent.

Les symptômes

Le symptôme caractéristique de l’allergie à l’eau est l’apparition de petites marques rouges, entre 1 et 3 millimètres, sur la peau. Celles-ci surviennent entre 5 et 30 minutes après le contact avec le liquide. Elles disparaissent généralement d’elles-mêmes après 30 à 60 minutes.

Il est également possible de voir de petites zébrures sans rougeur. Dans tous les cas, il y a une sensation de brûlure ou des démangeaisons sur la peau.

Les marques rouges apparaissent sur les bras, le cou et la poitrine.

Cette allergie peut entraîner un choc anaphylactique. Les symptômes graves sont les suivants :

  • Respiration sifflante
  • Essoufflement
  • Visage gonflé
  • Sensation de blocage dans la gorge



Le diagnostic

Le diagnostic de l’allergie à l’eau doit être posé par un dermatologue. Généralement, un test simple est effectué. Ce test consiste en ce qui suit :

  1. Placez une compresse de papier imbibée d’eau sur le dos de la personne, à une température de 35 degrés Celsius.
  2. Attendez entre 15 et 30 minutes.
  3. Si, après ce délai, les zébrures caractéristiques apparaissent, le résultat est considéré comme positif.

Il est important que d’autres conditions similaires soient exclues, telles que :

  • Prurit aquagénique : la réaction ne provoque pas d’urticaire, mais des démangeaisons. Elle est presque toujours limitée aux membres inférieurs.
  • Urticaire cholinergique : Les lésions sont similaires, mais elles ne se forment pas uniquement au contact de l’eau.
  • Urticaire a frigore : il existe une réaction allergique à l’eau froide, mais pas à l’eau tiède ou chaude.



Les traitement de l’allergie à l’eau

L’allergie à l’eau est incurable, mais une approche palliative peut être proposée. Il convient de noter que certaines personnes n’ont qu’une réaction légère et tolérable. Dans ces cas, aucune mesure n’est prise, à moins que la situation ne s’aggrave.

Le traitement habituel, lorsque les symptômes sont plus intenses, se concentre sur la prise d’antihistaminiques. Ceux-ci doivent être ingérés 2 heures avant d’entrer en contact avec l’eau.

Des anticholinergiques, comme la scopolamine, peuvent également être prescrits. De même, des crèmes ou des huiles barrières sont parfois utilisées, généralement chez les personnes qui pratiquent des sports nautiques.

Les traitements suivants peuvent également être efficaces :

  • Lumière ultraviolette : le rayonnement UVA est utilisé, ainsi que l’administration orale de psoralènes. Ce. traitement pourrait diminuer la réponse de la peau au contact de l’eau.
  • La désensibilisation : c’est une technique utilisée dans différentes allergies. Elle agit comme un vaccin. Elle consiste à exposer le patient à l’eau progressivement, jusqu’à ce qu’il développe une tolérance.
Photothérapie pour l'allergie à l'eau.
La photothérapie par la lumière UVA est utilisée en esthétique, mais aussi dans les traitements dermatologiques de pathologies, comme le psoriasis ou l’allergie à l’eau.

Conseils et prise en charge des patients

Personne ne peut totalement s’abstenir d’entrer en contact avec l’eau. Par conséquent, il est nécessaire d’appliquer des mesures pour que la pathologie ne soit pas une limitation absolue.

Les mesures les plus recommandées sont les suivantes  :

  • Prendre des douches courtes et seulement 2 ou 3 fois par semaine.
  • Porter des vêtements légers en coton sous la douche si le contact direct n’est pas supportable
  • Augmenter la consommation de fruits et légumes, afin de compenser le manque d’hydratation
  • Remplacer l’eau par des jus de fruits
  • Boire de l’eau à l’aide d’une paille, afin d’empêcher l’eau d’entrer en contact avec les lèvres
  • Se protéger de la pluie et vérifier les prévisions météorologiques
  • Ne pas pratiquer d’activités physiques entraînant une transpiration excessive
  • Appliquer de l’huile de lanoline ou des crèmes pour protéger la peau
  • Eviter le contact avec la mer et les piscines

Le plus important est de suivre à la lettre les recommandations du dermatologue. Chaque cas est différent.

Des recherches sont actuellement menées dans différents pays pour trouver les causes de l’allergie à l’eau et son remède possible. Certains médicaments expérimentaux semblent donner de bons résultats.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 boissons saines autres que l’eau
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
6 boissons saines autres que l’eau

Vous pouvez préparer chez vous des boissons saines qui compléteront votre consommation d'eau. Découvrez ici des boissons saines autres que l'eau.



  • Järvelä, I., Enattah, N. S., Kokkonen, J., Varilo, T., Savilahti, E., & Peltonen, L. (1998). Assignment of the locus for congenital lactase deficiency to 2q21, in the vicinity of but separate from the lactase-phlorizin hydrolase gene. The American Journal of Human Genetics, 63(4), 1078-1085.
  • Alarcón, J. M. S., López, H. P., & González, Y. (2018). Urticaria a frigore. Folia Dermatológica Cubana, 10(1).
  • Buller Viqueira, E., Cabello Pulido, J., & Buller Viqueira, E. (2016). Urticaria acuagénica. Revista Clínica de Medicina de Familia, 9(1), 57-59.