Alzheimer : comment détecter les premiers symptômes ?

21 mai 2014

L’Alzheimer est une maladie dégénérative des neurones qui provoque un changement radical dans la vie de la personne atteinte, étant donné qu’elle rend cette dernière incapable de vivre sa vie normalement et de profiter de ses facultés mentales. Les conséquences de cette maladie se répercutent même sur la famille du malade, qui nécessite un soutien psychologique et émotionnel afin de supporter les changements qui se produisent lorsque la pathologie progresse.

L’Alzheimer est considéré comme étant la cause principale de détérioration mentale. Elle peut se déclencher entre 40 et 90 ans. La cause de cette maladie est encore inconnue à ce jour. On sait seulement qu’elle se caractérise par des altérations qui provoquent une atrophie cérébrale diffuse.

Quels sont les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

Selon le répertoire de Médecine Interne de Ciril Rozman, cette maladie se caractérise principalement par les 3 étapes suivantes :

  • Lors de la première étape de la maladie, le patient souffre de pertes de mémoire, de changements brusques d’humeur et de problèmes d’utilisation du langage.
  • Lors de la deuxième étape, l’altération de la mémoire est notable, la capacité du langage se détériore, la communication avec les autres s’appauvrit et une difficulté à manipuler les objets apparaît, ce qui fait que la vie quotidienne devient de plus en plus compliquée.
  • Lors de la troisième étape, le patient peut conserver sa mémoire émotionnelle, mais son humeur est imprévisible et sa capacité à communiquer se limite à des balbutiements incompréhensibles ; le contrôle des sphincters est totalement perdu. Par conséquent, la vie quotidienne du malade va dépendre complètement des autres.

Ce qui doit attirer votre attention…

Il y a beaucoup de signaux qui peuvent vous alerter sur une possible présence de cette maladie, comme le fait d’oublier tout le temps des chose importantes, les prénoms des membres de la famille ou même le jour de la semaine. Ces oublis peuvent parfois paraître sans gravité mais doivent néanmoins être pris au sérieux.

Ces situations indiquent que quelque chose va mal et que la personne atteinte doit immédiatement consulter un spécialiste afin d’être évaluée et subir quelques examens. Un traitement de soutien pourra alors être proposé si le diagnostic est positif.

Les complications de la maladie d’Alzheimer peuvent causer la mort dans les 4 à 10 ans après le début de la maladie.

Il n’existe aucun traitement ou médicament spécifique pour soigner cette maladie : le rôle des traitements proposés se limite seulement à soulager ses symptômes. Mais tout comme les autres maladies incurables, l’Alzheimer nécessite un suivi régulier et un œil attentif aux symptômes qui le caractérisent, car ce geste va permettre de freiner cette maladie et de ralentir sa progression

De la physiothérapie pour soigner les malades d’Alzheimer

Alzheimer 2

Le malade éprouvera de plus en plus de difficulté à accomplir des tâches qui étaient pourtant faciles à faire pour lui dans le passé, et généralement, les familles des malades poussent ces derniers à rester dans leur chambre et les font sombrer dans l’immobilité, un comportement qui risque fortement d’accélérer la progression de la maladie.

La physiothérapie cherchera à ralentir le processus normal de la maladie, ce qui donnera au malade la possibilité de réaliser des exercices spécifiques à chaque étape de la maladie. Cette technique permettra aussi de conserver une bonne position, de préserver les articulations et la musculature, ainsi que d’apprendre à maintenir son équilibre.

Ainsi, la physiothérapie peut grandement aider le malade à rester plus au moins actif et à garder le contact avec son entourage familial et social afin de ne pas sombrer dans la dépression, comme c’est déjà le cas de beaucoup de patients.

A découvrir aussi