Améliorer votre alimentation si vous avez un taux d’acide urique élevé

4 novembre 2020
Il existe deux objectifs clairs dans la traitement de l'hyperuricémie : augmenter l'excrétion d'acide urique par l'urine et personnaliser à 100 % l'alimentation de la personne pour qu'elle ne soit pas riche en purines.

Les problèmes d’acide urique élevé sont directement liés à une mauvaise alimentation car les purines qui le produisent se trouvent principalement dans ce que nous mangeons. Nous allons donc, dans cet article, vous proposer quelques aliments qui vous aideront à améliorer cette situation.

Il est vrai qu’à l’intérieur de notre organisme, des niveaux de cet acide apparaissent aussi sans aide extérieure. Cependant, dans des conditions normales, 80 % des niveaux d’acide urique peuvent se contrôler en suivant certains régimes.

Que signifie avoir un taux d’acide urique élevé ?

Avoir un taux d'acide urique élevé.

Si nous avons un excès d’acide urique dans le sang, celui-ci se déposera sur les articulations sous forme de cristaux, provoquant une inflammation et de la douleur.

L’hyperuricémie est le fait d’avoir un taux d’acide urique élevé dans le sang. Le symptôme le plus craint de cette maladie est la goutte, qui se produit lorsque l’acide urique se dépose sur les articulations. La goutte provoque une douleur extrêmement forte qu’il faut essayer d’éviter dans la mesure du possible.

Avec une bonne alimentation, encadrée par un nutritionniste, on parvient à diminuer les niveaux d’acide urique dans le sang et à augmenter le contrôle de la situation pour éviter de voir apparaître la goutte.

Que considère-t-on comme un niveau élevé d’acide urique ?

Selon les spécialistes de la santé, les niveaux corrects d’acide urique sont ceux qui se trouvent entre 2,4 et 5,7 mg/dl chez les femmes et entre 3,4 et 7,0 mg/dl chez les hommes. Par conséquent, n’importe quelle valeur dépassant ces limites est considérée comme un indicateur d’hyperuricémie et doit être traitée à temps avant que la maladie n’empire.

Lisez aussi : Comment combattre les calculs d’acide urique grâce à 5 remèdes naturels

Quels aliments consommer si j’ai un taux d’acide urique élevé ?

Dans notre alimentation, nous devons réduire les aliments riches en purines car, en se dégradant dans l’organisme, ils aboutissent à une hyperuricémie. Par chance, il existe des aliments qui peuvent aider à faire baisser le taux d’acide urique si vous les consommez de façon régulière :

Aliments faibles en purines que nous pouvons consommer

produits laitiers pour l'acide urique élevé

Les produits laitiers sont considérés comme des aliments faibles en purines et sont donc recommandés dans une alimentation pour l’hyperuricémie.

Il existe des aliments avec de faibles concentrations de purines dans leur composition, que nous pouvons inclure sans problème dans notre alimentation. Les voici :

  • Produits laitiers
  • Légumes, à l’exception de certains mentionnés plus bas
  • Racines et tubercules
  • Fruits riches en vitamine C
  • Fruits secs sans sel

Nous devons prêter attention à tous les aliments parce qu’ils contiennent tous des purines mais à des degrés différents. Avec une bonne planification, nous pourrons avoir de bons résultats lors de nos analyses de sang.

Aliments avec un contenu moyen en purines

Des champignons sur une table.

Les champignons sont des aliments à consommation modérée dans un régime pour l’acide urique car la présence de purines y est limitée.

Nous avons ensuite des aliments avec des concentrations moyennes en purines. Leur consommation peut être un peu plus flexible par rapport à la liste antérieure. Ces aliments sont :

  • Viandes blanches
  • Champignons et asperges
  • Légumineuses, sauf les fèves et les lentilles
  • Chou-fleur
  • Épinards

Nous pouvons inclure ce type d’aliments dans notre alimentation mais leur consommation ne doit pas être abusive.

Découvrez aussi : 6 infusions pour diminuer le taux d’acide urique

Quels aliments doit-on éviter ?

De la viande rouge.

Les viandes rouges, avec le poisson et les fruits de mer, doivent être évités si nous voulons réduire le taux d’acide urique dans le sang.

Les graisses animales et les aliments riches en purines sont ceux qui doivent être limités. Parmi ces derniers, nous pouvons souligner les viscères, les bouillons concentrés, les sauces et les soupes faites avec des morceaux de viande. En plus de cela, nous pouvons noter les poissons, et principalement le poisson bleu comme les sardines, les anchois, les rougets, les crevettes ou le maquereau.

La consommation d’alcool et les produits transformés ne sont pas recommandé pour réussir à faire baisser ses niveaux d’acide urique ou éviter de les voir grimper. Il vaut donc mieux les éliminer ou limiter leur consommation.

Aspects à prendre en compte avec un taux d’acide urique élevé

  • Consommation de fruits

Dans le cas des fruits, nous devons bien les contrôler car, d’un côté, ils sont très bons (ils ont une faible quantité de purines) mais, de l’autre, ils ont de grandes concentrations de fructose, qui génèrent des purines dans l’organisme.

  • Types de cuisson

Le type de cuisson dans l’hyperuricémie peut aussi être important. Si l’on fait bouillir la nourriture, on réussit à réduire le nombre de purines des aliments. Un plat bouilli ou cuit constitue une meilleure option qu’un plat frit ou cuisiné avec de grandes quantités d’huile, par exemple.

  • Boissons
Boire de l eau pour diminuer taux d acide urique.

La boisson par excellence que nous devons boire est l’eau. Nous devons augmenter notre consommation d’eau si elle n’est pas suffisante et essayer de boire au moins deux litres par jour, selon les recommandations. Si nous avons une alimentation riche en fruits et légumes, en plus de bouillons, de soupes ou d’infusions, nous incluons aussi de l’eau dans notre corps.

Même s’il est vrai que ces conseils peuvent vous aider à faire baisser vos niveaux d’hyperuricémie, il est important que vous consultiez votre médecin, qui pourra vous examiner et vous prescrire le traitement le plus adapté selon votre condition.

 

 

  • Escudero, C., Bertoglia, P., Muñoz, F., & Roberts, J. M. (2013). Purinas y ácido úrico en pre-eclampsia: interacciones fisiopatológicas y proyecciones en investigación. Revista médica de Chile, 141(7), 895-902.
  • Contreras Roura, J. (2012). Errores innatos del metabolismo de las purinas y otras enfermedades relacionadas. Revista Cubana de Pediatría, 84(2), 197-200.
  • Álvarez-Lario, B., & Alonso-Valdivielso, J. L. (2014). Hiperuricemia y gota: el papel de la dieta. Nutricion hospitalaria, 29(4), 760-770.
  • Menéndez, E., Milano, C., Alassia, F., Carreras, R., Casonú, M., Cipres, M., … & Elbert, A. E. (2016). Nutrición e hiperuricemia. Revista de Nefrología, Diálisis y Trasplante, 36(4), 246-252.