Anuscopie : quand est-ce que cet examen est indiqué ?

12 janvier 2020
L'anuscopie est un examen médical qui permet de visualiser les structures qui forment l'anus. Cet examen est particulièrement utile s'il y a des fissures, si le patient a des antécédents d'hémorroïdes... Sachez-en plus ici.

L’anuscopie est une technique médicale permettant d’observer l’intérieur de l’anus. Grâce à cette technique, il est possible d’observer le canal anal ainsi que la partie finale du rectum, soit la partie finale du gros intestin. Cette technique permet donc aux spécialistes d’étudier la zone finale du tube digestif.

Pour cette technique, un anuscope est nécessaire. Il s’agit d’un tube fin et flexible que l’on introduit dans l’anus du patient avec, généralement, une lampe halogène afin que la zone soit éclairée. Il est également possible de joindre à cet instrument un câble de fibre optique pour une meilleure visibilité des parois du tube.

Dans certains cas cliniques, le médecin peut administrer un composé chimique au niveau des parois du tube, et ensuite illuminer la zone avec une lampe fluorescente afin d’identifier les régions affectées par une maladie. Dans ce cas-là, il s’agit d’une anuscopie de haute résolution.

Une anuscopie peut également être utilisée à d’autres fins. Par exemple : réalisation d’une biopsie, pose de ligatures élastiques… Néanmoins, sa fonction principale est liée au diagnostic de tumeurs dans le rectum ou d’autres maladies dans cette même zone.

Comment se passe une anuscopie ?

Un schéma de l'anus

 

L’anuscopie permet d’observer la dernière portion du tube digestif.

 

Tout d’abord,l’équipe médicale informera le patient sur le déroulement du procédé. Il est important que le patient leur précise s’il souffre d’une allergie ou non, si oui de laquelle et s’il prend ou non des médicaments…  Il est possible qu’on lui prescrive des lavements ou des laxatifs afin de faciliter l’analyse du rectum.

Une fois le patient dans une position adéquate pour l’examen, le médecin commence à l’examiner en procédant d’abord au toucher rectal. Cela permet de vérifier l’état du sphincter. La zone externe de l’anus est également examinée afin de vérifier la présence ou non de lésions.

Dans un second temps, la zone est nettoyée et l’anuscope est introduit délicatement. Généralement, une anesthésie locale n’est pas nécessaire, car l’intervention ne provoque pas de douleurs intenses chez les patients.

Dans le cas d’une biopsie, c’est un peu différent : les désagréments et les hémorragies légères sont possibles. Néanmoins, il s’agit de désagréments passagers et l’hémorragie disparaît au bout de quelques jours. Il n’y a pas de complications, le patient peut rentrer chez lui après l’examen sans le moindre problème.

S’agissant d’une technique de visualisation,les résultats de l’anuscopie sont immédiats. Le médecin peut alors rapidement identifier la cause à l’origine du problème affectant le rectum. Néanmoins, si une biopsie est requise, il est possible que ce deuxième examen se déroule lors d’une autre consultation. Dans ce cas-là, les résultats seront disponibles quelques semaines après l’intervention.

Cet article peut également vous intéresser : 7 recommandations à suivre si vous avez des hémorroïdes

Dans quels cas une anuscopie est-elle indiquée ?

Que se passe-t-il en cas d'anuscopie ?

L’anuscopie étant une technique permettant de visualiser l’intérieur du rectum d’un patient, l’équipe médicale aura recours à cette technique si le patient présente des altérations dans la zone en question. Les troubles les plus fréquents pour lesquels cette technique peut s’avérer utile sont les suivants :

  • un polype
  • un abcès
  • le développement d’un cancer dans la zone
  • le virus du papillome humain (VPH)
  • d’autres altérations ou blessures localisées dans le rectum
  • des fissures (les fissures peuvent provoquer des désagréments et des hemorragies)
  • des hémorroïdes (Elles provoquent généralement une certaine sensation d’inconfort. Lorsqu’il n’est pas possible de les localiser depuis l’extérieur, les médecins ont généralement recours à ce procédé)

Les spécialistes peuvent avoir recours à une anuscopie lorsque une biopsie dans cette zone est nécessaire. Ils peuvent également avoir recours à cette technique pour poser des ligatures élastiques en guise de traitement des hémorroïdes.

Dans certains cas, le recours à une anuscopie n’est pas recommandé. C’est le cas, par exemple, en cas d’une crise d’hémorroïdes ou encore pendant le développement d’une infection.

Cet article peut également vous intéresser : Les laxatifs naturels les plus efficaces contre la constipation

Informations importantes à prendre en considération

Si une erreur est commise pendant l’examen, le patient peut présenter des altérations comme une douleur intense et continue, une hémorragie intense, de la fièvre, des frissons, une infection…

Face aux symptômes cités, l’idéal est de consulter un médecin le plus rapidement possible. Il ne faut pas s’automédicamenter ni adopter une autre mesure quelconque sans l’autorisation d’un professionnel de santé.