Bénéfices et contre-indications de la marjolaine

21 août 2020
La marjolaine s'utilise généralement dans diverses préparations culinaires. Par ailleurs, grâce à ses propriétés, on s'en sert aussi pour traiter les problèmes digestifs et hormonaux.

La marjolaine (Origanum majoranaest une herbe connue dans la cuisine méditerranéenne pour sa capacité aromatique. Cette plante appartient à la famille Lamiaceae et s’est popularisée dans le monde grâce à ses applications médicinales. Avez-vous déjà entendu parler des bénéfices et effets secondaires de la marjolaine ?

Comme le détaille un article publié dans Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, cette herbe se cultive dans des pays comme l’Espagne, la Hongrie, le Portugal, l’Allemagne et la France. En général, on lui attribue des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes, gastroprotectrices et antioxydantes. Nous allons dès maintenant vous expliquer pour quoi on l’utilise et dans quels cas on ne doit pas la prendre.

Les bénéfices de la marjolaine appuyés par la science

En ce qui concerne le domaine culinaire, la marjolaine s’utilise pour donner un bon goût aux soupes, aux salades et aux plats avec de la viande. Dans le champ de la médecine traditionnelle, on l’emploie pour stimuler la digestion et calmer la symptomatologie des menstruations. On lui attribue également d’autres bénéfices.

Cependant, jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de preuves solides indiquant qu’il s’agit d’un traitement de premier choix contre les maladies. La marjolaine ne doit donc pas remplacer les traitements médicaux et il n’est pas non plus recommandé de l’utiliser en tant que seule option contre les problèmes de santé.

En cas de maladie, la meilleure chose à faire est de consulter un professionnel de santé. Maintenant que ceci a été précisé, intéressons-nous à ses principales applications.

Découvrez : Créez votre propre jardin de plantes aromatiques

Elle contribue à calmer les problèmes digestifs

La marjolaine aide à calmer les maux de ventre.

Dans la médecine naturelle, l’un des bénéfices les plus notables de la marjolaine est lié à la santé digestive. Selon une recherche publiée à travers The American Journal of Chinese Medicine, cette plante a un potentiel anti-ulcérogénique, probablement parce qu’elle contient des huiles volatiles, des flavonoïdes et des tanins, entre autres substances.

Par ailleurs, une étude sur plusieurs herbes, publiée dans Brazilian Journal of Microbiology, a révélé que la marjolaine est utile contre les maladies transmises par les aliments. Elle pourrait, en particulier, aider à combattre l’agent pathogène connu sous le nom de Clostridium perfringens.

Elle aide à réguler le cycle menstruel

La marjolaine est une alliée pour la santé de la femme, surtout face aux altérations du cycle menstruel. Que ce soit en extraits ou sous forme de thé, elle a montré des effets positifs dans la restauration de l’équilibre hormonal.

En fait, les résultats d’un test contrôlé et aléatoire publiés dans le Journal of Human Nutrition and Dietetics ont souligné que le thé de marjolaine est bénéfique pour les patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques. Apparemment, elle aiderait à réguler l’activité hormonale et la sensibilité à l’insuline.

Elle aide à prévenir les infections

Beaucoup des bénéfices de la marjolaine s’attribuent à ses propriétés antimicrobiennes et antifongiques. Grâce à cela, ses extraits contribuent à la prévention et au traitement de certains types d’infections. Dans une étude partagée dans Global Advances in Health and Medicinela marjolaine a été utile contre la surcroissance bactérienne de l’intestin grêle.

En outre, son huile essentielle diluée a révélé des effets intéressants sur les infections fongiques de la peau. Il faut encore plus de preuves à propos de ces utilisations mais on la considère comme un remède sûr pour la majorité des adultes sains.

Contre-indications de la marjolaine

Il est préférable de ne pas consommer de marjolaine quand on est enceinte.

Nous venons de détailler les principaux bénéfices de la marjolaine ; désormais, il convient de préciser certains des effets secondaires et des possibles interactions de cette plante. En cas de doute, il est toujours plus sûr de consulter un médecin.

  • Les femmes enceintes ou en période d’allaitement doivent éviter les compléments ou le thé de marjolaine. Selon une publication dans le International Journal of Obstetrics and Gynecology, elle peut être nocives dans ces cas à cause de son influence sur l’activité hormonale
  • Les compléments de cette plante peuvent interférer dans la coagulation sanguine. Par conséquent, il vaut mieux l’éviter si vous suivez un traitement avec des anti-coagulants ou si vous avez des troubles associés
  • La plante et ses extraits interagissent avec les médicaments pour le diabète, en réduisant les niveaux de glucose dans le sang. Il est donc préférable d’éviter d’en consommer dans ces cas, à moins que le médecin ne donne son autorisation

A lire également : L’alimentation en cas de diabète de type 2

Comment tirer parti des bénéfices de la marjolaine ?

S’il n’y a pas d’inconvénients pour consommer de la marjolaine, on peut l’inclure dans différentes recettes en petites quantités. On peut même la combiner à une cuillerée d’huile de cuisine pour l’intégrer dans des soupes, des bouillons, des salades, des légumes, des recettes à base de viande, entre autres.

Si on la consomme dans des compléments ou des thés, il convient de suivre les instructions de consommation du fabriquant. Dans la mesure du possible, il vaut même mieux demander au médecin avant d’en prendre de façon régulière.

 

  • Al-Howiriny T, Alsheikh A, Alqasoumi S, Al-Yahya M, ElTahir K, Rafatullah S. Protective Effect of Origanum majorana L. ‘Marjoram’ on various models of gastric mucosal injury in rats. Am J Chin Med. 2009;37(3):531‐545. doi:10.1142/S0192415X0900703X
  • Radaelli M, da Silva BP, Weidlich L, et al. Antimicrobial activities of six essential oils commonly used as condiments in Brazil against Clostridium perfringens. Braz J Microbiol. 2016;47(2):424‐430. doi:10.1016/j.bjm.2015.10.001
  • Haj-Husein I, Tukan S, Alkazaleh F. The effect of marjoram (Origanum majorana) tea on the hormonal profile of women with polycystic ovary syndrome: a randomised controlled pilot study. J Hum Nutr Diet. 2016;29(1):105‐111. doi:10.1111/jhn.12290
  • Chedid V, Dhalla S, Clarke JO, et al. Herbal therapy is equivalent to rifaximin for the treatment of small intestinal bacterial overgrowth. Glob Adv Health Med. 2014;3(3):16‐24. doi:10.7453/gahmj.2014.019
  • Ernst, E. (2002). Herbal medicinal products during pregnancy: are they safe? BJOG: An International Journal of Obstetrics and Gynaecology, 109(3), 227–235. https://doi.org/10.1111/j.1471-0528.2002.t01-1-01009.x
  • Yazdanparast R, Shahriyary L. Comparative effects of Artemisia dracunculus, Satureja hortensis and Origanum majorana on inhibition of blood platelet adhesion, aggregation and secretion. Vascul Pharmacol. 2008;48(1):32‐37. doi:10.1016/j.vph.2007.11.003
  • Yen HF, Hsieh CT, Hsieh TJ, Chang FR, Wang CK. In vitro anti-diabetic effect and chemical component analysis of 29 essential oils products. J Food Drug Anal. 2015;23(1):124‐129. doi:10.1016/j.jfda.2014.02.004