Brad Pitt souffre de prosopagnosie... Quel est ce trouble ?

L'acteur affirme depuis 2013 qu'il a de sérieuses difficultés à reconnaître les visages des personnes. Souffre-t-il de prosopagnosie ? Comment a-t-il pu agir pendant tant d'années avec ce problème ?
Brad Pitt souffre de prosopagnosie... Quel est ce trouble ?
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Certaines déclarations de Brad Pitt sur la prosopagnosie dont il souffre ont captivé de nombreuses personnes. Ce n’est pas une maladie courante, encore moins connue, comme l’est la figure emblématique de l’acteur américain de 58 ans.

Bien qu’il ait déjà eu des déclarations à ce sujet il y a quelque temps, il y en a eu des nouvelles ces derniers jours, lesquelles ont suscité la curiosité du public. L’acteur est-il vraiment incapable de reconnaître les visages ? Comment a-t-il fait carrière avec ce trouble ?

Découvrez ici ce qu’est la prosopagnosie et quelle est son approche. Existe-t-il un remède ?

Prosopagnosie ou cécité faciale

La prosopagnosie de Brad Pitt et de bien d’autres reçoit également le nom plus familier de “cécité faciale”. À elle seule, cette dénomination explique une partie du tableau clinique.

Les patients sont incapables de reconnaître les visages, même s’ils ont eu des contacts relativement proches. Autrement dit, ils ne peuvent pas associer le visage à la personne qu’ils ont rencontrée. Ils peuvent seulement y parvenir après une conversation soutenue.

Une personne qui en souffre demande généralement des informations à son interlocuteur, afin d’obtenir des données qui lui permettront de préciser qui elle est. C’est quelque chose que l’acteur a avoué :

Beaucoup de personnes me détestent parce qu’ils pensent que je leur manque de respect. Ils pensent que je suis arrogant, grossier et égocentrique. Et ça empire quand je leur dis de contextualiser le moment où nous nous sommes rencontrés, alors ils sont encore plus offensés.

~ Brad Pitt dans une interview ~

Certaines estimations statistiques postulent qu’environ 2 % de la population générale souffre de prosopagnosie. La valeur augmente parmi les groupes de personnes qui ont eu un accident vasculaire cérébral, par exemple, et qui souffrent du trouble pendant un certain temps comme séquelle.

Une femme victime d'un accident vasculaire cérébral souffre de prosopagnosie.
Les AVC peuvent laisser diverses séquelles neurologiques. Parmi eux, figure la cécité faciale.

Quelles sont les causes de la prosopagnosie ?

La recherche situe l’emplacement anatomique du problème dans une région du cerveau appelée le “gyrus fusiforme droit”. Il existe un pli de tissu du système nerveux central qui est directement lié à la mémoire, à la perception et à la reconnaissance des visages.

Certains patients naissent avec une prosopagnosie. Chez eux, on estime qu’il existe un héritage génétique qui l’explique. Mais ce n’est pas clair.

La plupart des personnes atteintes développent le trouble tout au long de leur vie pour les raisons suivantes :

  • Accident vasculaire cérébral (AVC) : en cas d’interruption du flux sanguin dans la zone susmentionnée, les neurones peuvent être endommagés, ce qui entraîne une cécité faciale.
  • Lésion cérébrale : un polytraumatisme qui affecte cette région, une tumeur qui se développe et appuie sur le gyrus fusiforme, ou même une manœuvre dans une chirurgie du système nerveux central pourrait provoquer une prosopagnosie.
  • Maladies neurodégénératives : si les neurones responsables de la perception et de l’identification des visages dégénèrent, comme c’est le cas avec la maladie d’Alzheimer par exemple, la cécité faciale serait un symptôme de plus du tableau clinique.

Il convient également de mentionner que la prévalence est plus élevée chez les enfants autistes que le reste des enfants. La prosopagnosie des enfants autistes serait due à une déconnexion avec la réalité, et non due à des lésions cérébrales.



Comment diagnostique-t-on la prosopagnosie ?

Oublier un visage une fois ne suffit pas pour diagnostiquer la maladie.

Le diagnostic de prosopagnosie est posé par un neurologue. Brad Pitt n’a pas confirmé avoir vu un spécialiste.

Bien qu’il existe des tests que les médecins peuvent effectuer sur des patients potentiels, ils ne sont pas fiables à 100 %. Parmi ces tests validés pour guider les professionnels, les plus connus sont appelés “Benton Face Recognition Test” et “Warrington Face Recognition Memory Test“.

Il existe certains tests en ligne, mais ils ne sont pas soutenus par la science. Il est toujours préférable qu’un neurologue expérimenté dans ce domaine évalue le cas et détermine s’il existe une prosopagnosie ou, peut-être, un certain degré d’amnésie.



La prosopagnosie de Brad Pitt a-t-elle un traitement ?

Ce trouble n’a pas de remède. Jusqu’à présent, aucune approche n’a été déterminée pour inverser le problème.

Sont proposées des stratégies et des alternatives pour améliorer la reconnaissance des autres, basées sur l’identification d’autres caractéristiques que le visage. Par exemple, les façons de se déplacer, les gestes et le contexte que l’interlocuteur peut décrire lors d’une conversation.

Comme Brad Pitt l’a précisé, il faut être prêt à ce que les autres interprètent le comportement d’une personne atteinte comme irrespectueux. C’est pourquoi la maladie recoupe les troubles de l’humeur.

Les patients présentent généralement des symptômes de dépression et d’anxiété sociale. L’incapacité à reconnaître les visages affecte les performances dans les relations avec les autres.

Bien que des recherches soient menées pour faire progresser la compréhension de la maladie et trouver des solutions, on ignore encore beaucoup de choses sur son mécanisme. Il existe également peu de neurologues spécialisés dans cette pathologie spécifique.

Il doit toujours être validé par un professionnel

Les déclarations de Brad Pitt sur sa prosopagnosie sont basées sur ce qu’il ressent. L’acteur soupçonne qu’il souffre de ce problème, mais n’a pas reçu de diagnostic neurologique.

Il est important de souligner qu’il existe une grande différence entre l’oubli occasionnel des visages et la cécité faciale. Pour cette raison, un neurologue doit certifier la pathologie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Amnésie relationnelle : mon partenaire oublie des choses importantes
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Amnésie relationnelle : mon partenaire oublie des choses importantes

Si votre partenaire oublie des moments, des dates ou des conversations qui sont importants pour vous, il fait sans doute face à une amnésie relatio...



  • Kennerknecht, Ingo, et al. “First report of prevalence of non‐syndromic hereditary prosopagnosia (HPA).” American Journal of Medical Genetics Part A 140.15 (2006): 1617-1622.
  • Grüter, Thomas, Martina Grüter, and Claus‐Christian Carbon. “Neural and genetic foundations of face recognition and prosopagnosia.” Journal of neuropsychology 2.1 (2008): 79-97.
  • Minio-Paluello, Ilaria, et al. “Face individual identity recognition: a potential endophenotype in autism.” Molecular Autism 11.1 (2020): 1-16.
  • Duchaine, Bradley C., and Andrea Weidenfeld. “An evaluation of two commonly used tests of unfamiliar face recognition.” Neuropsychologia 41.6 (2003): 713-720.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.