Syndrome de la bouche brûlante

13 février 2021
Le syndrome de la bouche brûlante est une maladie qui se caractérise par une sensation de brûlure dans la muqueuse orale, accompagnée de sécheresse et d'altérations du goût. Comment la reconnaître ? Quel est son traitement ?

Le syndrome de la bouche brûlante, également appelé glossodynie, est une pathologie caractérisée par la xérostomie chez les femmes à partir de 50 ans.

La salive est un élément fondamental du maintien de la santé buccodentaire car elle est le lubrifiant naturel des tissus buccaux. Elle est également fondamentale pour la digestion car c’est elle qui forme le bol alimentaire. Enfin, elle prévient la prolifération d’affections telles que les caries ou les maladies parodontales.

Qu’est-ce que la xérostomie ?

Il s’agit de la diminution du flux salivaire au repos. Elle est plus fréquente à partir de 50 ans, surtout chez les femmes en raison des changements hormonaux.

Par ailleurs, il peut s’agir d’une maladie passagère, associée par exemple à un état d’anxiété, une infection, entre autres. Mais elle peut aussi être permanente et liée à la consommation d’alcool, de tabac, la chimiothérapie, etc.

Lisez également : Langue poilue noire: causes, symptômes et conseils

Qu’est-ce que le syndrome de la bouche brûlante ?

Bouche sèche.

“Les patients souffrant du syndrome de la bouche brûlante éprouvent généralement une diminution du flux salivaire. Ils souffrent également de brûlures dans la bouche et sur la langue, d’une soif constante et d’une accumulation de tartre.”

Comme nous l’avons mentionné auparavant, il s’agit d’une pathologie qui se caractérise par la xérostomie. Principalement chez les femmes à partir de l’âge de 50 ans. En général, elle est associée à des changements hormonaux, tels que la ménopause. Elle est trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Lors de ce syndrome, les patients présentent aussi une dysgueusie. Autrement dit, une difficulté à avaler. L’hyposalivation est étroitement liée à la gingivite, les caries ou la mauvaise haleine. La salive devient alors plus épaisse et dense. La muqueuse est sèche, irritée et rouge. Souvent, la personne manifeste les symptômes suivants :

  • Brûlure dans la bouche et sur la langue.
  • Lèvres gercées.
  • Sécheresse buccale.
  • Présence d’ulcères.
  • Soif constante.
  • Augmentation de l’accumulation de tartre.

Les symptômes augmentent généralement le soir et la nuit. Certains patients signalent également un goût métallique ou amer en bouche. D’autre part, il est très fréquent que des caries apparaissent dans la zone du collet des dents, à la racine, à cause de la réduction de l’autolyse naturelle produite par la salive.

Quel est le traitement ?

Si la cause est périphérique, autrement dit associée aux médicaments ou autres pathologies, le syndrome va disparaître lorsque la cause disparaîtra. En revanche, s’il n’y a pas de cause extérieure, le traitement va s’orienter vers une augmentation de la salive afin d’éviter les effets secondaires de l’hyposalivation.

Des conseils diététiques et sanitaires sont généralement prescrits pour induire une plus grande production de salive. Souvent, pour augmenter la salivation, on utilise des stimulants salivaires combinés à des substituts salivairesNous les trouvons normalement sous forme de spray, de dentifrice ou de bain de bouche.

Peut-on prévenir le syndrome de la bouche brûlante ?

Une femme qui boit un verre d'eau.

“La consommation d’eau, de même que le contrôle du stress et une amélioration de l’alimentation, peut aider à prévenir le syndrome de la bouche brûlante. Il est également primordial d’arrêter la consommation de tabac.”

Pour prévenir cette pathologie, ou remédier à ses symptômes de façon naturelle, vous pouvez prendre en compte les recommandations suivantes :

  • Essayer de mener une vie plus détendue, en réduisant le stress.
  • Augmenter la consommation de liquides dans l’alimentationen veillant à boire environ deux litres d’eau tous les jours.
  • Essayer différents dentifrices doux, sans saveur mentholée trop forte.
  • Eviter la consommation de liquides et aliments acides, de boissons gazeuses ou de café.
  • Eviter la cannelle.
  • Diminuer ou réduire les boissons alcooliques, de même que les produits contenant de l’alcool.
  • Supprimer les épices de l’alimentation.
  • Eliminer le tabagisme ou le diminuer au maximum.

Découvrez aussi : 5 habitudes qui vous aident à prendre soin de votre santé dentaire

Pour résumer…

Il est important de se rendre chez un médecin chaque fois que l’on remarque des changements dans la quantité de salive, des irritations de la muqueuse ou quelconque autre symptôme qui se prolonge dans le temps.

Enfin, il ne s’agit pas seulement de traiter les symptômes, mais également d’écarter d’autres pathologies possibles telles que le diabète mellitus ou un type de tumeur. Le médecin ou le dentiste pourra alors identifier les éventuelles causes possibles de la maladie pour la traiter ensuite.

  • Bookout GP, Short RE. Burning Mouth Syndrome. [Updated 2019 Mar 9]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519529/
  • Aravindhan R, Vidyalakshmi S, Kumar MS, Satheesh C, Balasubramanium AM, Prasad VS. Burning mouth syndrome: A review on its diagnostic and therapeutic approach. J Pharm Bioallied Sci. 2014;6(Suppl 1):S21–S25. doi:10.4103/0975-7406.137255
  • Feller L, Fourie J, Bouckaert M, Khammissa RAG, Ballyram R, Lemmer J. Burning Mouth Syndrome: Aetiopathogenesis and Principles of Management. Pain Res Manag. 2017;2017:1926269. doi:10.1155/2017/1926269
  • Nasri-Heir C, Zagury JG, Thomas D, Ananthan S. Burning mouth syndrome: Current concepts. J Indian Prosthodont Soc. 2015;15(4):300–307. doi:10.4103/0972-4052.171823