Respirer par la bouche : causes et conséquences

7 avril 2021
Respirer par la bouche est une façon anormale de le faire. Il s'agit d'un trouble très fréquent au sein de la population, avec des résultats graves à long terme. Nous allons voir quelle est l'origine de ce fait ainsi que ses conséquences.

Respirer par la bouche n’est pas une façon normale de le faire. En tant qu’êtres humains, nous disposons d’un nez, qui est un organe spécialisé pour inhaler et expulser l’air depuis et vers l’extérieur. Lorsque nous respirons par la bouche, c’est parce que quelque chose altère le déroulement normal de la respiration. Il peut s’agir d’une obstruction de la voie respiratoire ou d’une mauvaise habitude.

Quand le fait de respirer par la bouche dure dans le temps et devient chronique, les conséquences peuvent empirer. Plus on inhalera d’air par la bouche, plus les problèmes futurs seront importants. Et, bien évidemment, plus le traitement sera difficile.

Le nez a des fonctions essentielles dans la respiration. En raison de sa disposition anatomique, il se charge d’humidifier l’air qui entre dans le corps. La muqueuse nasale rend l’inspiration plus efficace en protégeant les organes internes.

Le nez est aussi un filtre pour les bactéries et pour les particules qui pourraient venir de l’extérieur. Des éléments contaminants sont stoppés par l’anatomie nasale, en nous évitant des allergies et des infections.

Respirer par la bouche : les symptômes

On pourrait croire que respirer par la bouche est une pathologie assez flagrante. En voyant une personne ouvrir les lèvres pour faire entrer de l’air dans son corps, on pourrait déjà avoir un diagnostic. Or, les choses ne sont pas si simples.

La respiration buccale peut être momentanée et même physiologique. Dans des situations où on a besoin de beaucoup d’oxygène, on peut s’attendre à ce que la physiologie humaine ait recours à la bouche. Ce qui n’est pas normal, c’est la persistance dans le temps.

Les symptômes de la respiration par la bouche.

Parmi les symptômes de la respiration par la bouche, nous avons :

  • Présence de la langue entre les dents en fermant la cavité buccale.
  • Mauvais repos nocturne : avec une fatigue et un épuisement au cours de la journée, en plus de signes d’un mauvais sommeil, comme les cernes.
  • Ton de voix altéré : la personne peut parler avec une voix nasillarde ou avez une voix nasale, qui n’est pas normale lorsqu’on l’entend.
  • Altérations dentaires : l’enfant qui respire par la bouche a les arcades dentaires altérées. Les dents se positionnent mal et la respiration buccale peut même retarder leur apparition.
  • Sécheresse : la muqueuse buccale et les lèvres deviennent plus sèches en respirant par la bouche. Il est commun que des gerçures apparaissent aux commissures.
  • Infections à répétition : les personnes qui respirent par la bouche souffrent de pharyngites, de sinusites et d’otites à répétition. La mauvaise dynamique respiratoire élimine la première barrière pour les micro-organismes, qui peuvent y entrer à leur guise.
  • Ronflements : lorsqu’elle dort, la personne qui respire par la bouche ronfle. Ceci conduit aux apnées du sommeil, qui consistent en de petits réveils nocturnes que la personne ne remarque même pas.

Poursuivez votre lecture : Exercices de respiration pour améliorer le sommeil

Causes de la respiration par la bouche

Une douleur au nez.

En général, le corps est obligé de respirer par la bouche quand la voie respiratoire est bouchée. Les causes de l’obstruction sont variées. Parmi elles, nous retrouvons :

  • Hypertrophie amygdalienne : il s’agit d’une condition fréquente à l’âge pédiatrique. Le tissu lymphatique des amygdales ou des adénoïdes – ou des deux – s’élargissent. Par conséquent, étant donné que les amygdales s’agrandissent, une partie du passage de l’air par le nez s’interrompt.
  • Rhinite et sinusite : l’inflammation chronique de la muqueuse nasale ou des sinus paranasaux, bien évidemment, complique la respiration nasale. Il peut s’agir d’une réaction allergique continue ou d’infections à répétition. Quelle qu’en soit l’origine, le résultat final est généralement le même : on a du mal à respirer par le nez.
  • Déviation de la cloison : à cause de défauts de naissance ou d’un traumatisme, la cloison du nez peut dévier. Si la déviation est importante, l’un des orifices nasaux se bouche, ou les deux en même temps. Même s’il existe une chirurgie corrective pour la cloison déviée, les symptômes peuvent persister, même après l’intervention chirurgicale.
  • Polypes nasaux : la muqueuse du nez peut grandir excessivement jusqu’à l’intérieur des orifices. Ces croissances anormales sont les polypes du nez. Que ce soit en raison de leur quantité ou de leur volume, ils ont tendance à obstruer le flux d’air.

Découvrez également : Les 10 meilleurs décongestifs naturels

Conséquences

Une insomnie chez une femme

Les conséquences de la respiration par la bouche pendant de longues périodes sont compliquées. Il est très difficile de parvenir à empêcher les changements qui se produisent. Parmi ces conséquences, nous retrouvons :

  • Infections respiratoires : des rhumes habituels aux pneumonies.
  • Manque d’oxygénation du cerveau : l’air inspiré par la bouche empêche de tirer parti de tout l’oxygène. Avec moins d’oxygène qui circule, les fonctions neuronales sont appauvries. Chez les enfants qui respirent par la bouche, le déficit d’apprentissage est commun.
  • Altérations de la colonne : respirer par la bouche est associé à une mauvaise posture générale du corps. La personne qui respire par la bouche a la tête penchée en avant et la colonne copie ce mouvement en modifiant sa structure.
  • Mauvais développement du crâne : la respiration nasale compte, parmi ses fonctions indirectes, la faculté de modeler les os de la tête pendant leur croissance. Si l’enfant respire par la bouche depuis qu’il est tout petit, il ne stimule pas correctement les os du crâne. La maxillaire inférieure ne se développe pas suffisamment et le palais devient ogival.

On vous a déjà dit que vous respiriez par la bouche en dormant ? Si c’est le cas, pensez à consulter votre médecin pour qu’il vous examine et analyse si tout va bien ou si vous avez besoin d’un traitement. Souvenez-vous, ceci vous aidera à gagner en bien-être.

  • López, Juan Hernández, and René Pablo Céspedes Isasi. “Respiración bucal. Nivel de conocimientos de padres o tutores.” MULTIMED 23.3 (2019).
  • Marchesan, Irene Queiroz. “Evaluación y terapia de los problemas de respiración.” Centro de Especialização em Fonoaudiologia Clínica. (2016).
  • García Triana, Bárbara Elena, Ahlam Hibatulla Ali, and Ileana Bárbara Grau León. “Respiración bucal y su relación con algunas afecciones bucales y médicas: mecanismos fisiopatológicos involucrados.” Revista Habanera de Ciencias Médicas 15.2 (2016): 200-212.