Le cancer de l’utérus peut être évité dans 60% des cas

3 mars 2019
Un régime faible en graisse, la pratique régulière d'un exercice physique, ainsi que l'ingestion d'un café par jour peut nous aider à réduire les risques de souffrir d'un cancer de l'utérus.

Selon de récentes études, on peut prévenir le cancer de l’utérus de façon assez simple. Il s’agit de faire de l’exercice quotidien, en adoptant une alimentation saine et en buvant une tasse de café par jour.

Des rapports ont été publiés par l’Institut Américain de Recherche sur le Cancer et par le Fond Mondial pour la Recherche sur le Cancer. Ainsi, presque 59% des cancers de l’endomètre peuvent être évités si les femmes pratiquent trente minutes d’exercice par jour. Mais aussi si elles bannissent les graisses saturées de leur alimentation.

Le cancer de l’endomètre est le type de cancer de l’utérus le plus fréquent aux États-Unis. C’est aussi le quatrième parmi ceux qui touchent les femmes, après le cancer du sein, le cancer du poumon et celui du côlon.Il existe également un autre type de cancer de l’utérus, peu fréquent, et qui est connu sous le nom de sarcome utérin.

Ces deux types de cancer sont ceux qui apparaissent le plus fréquemment dans l’appareil reproducteur féminin. Ils représentent ainsi à eux deux 6% des types de cancers féminins.

Que révèlent les études scientifiques sur le cancer de l’utérus ?

D’après les données provenant des études menées par les chercheurs des institutions citées plus haut, nous pouvons conclure qu’une sélection adéquate des aliments que nous consommons quotidiennement est la clé pour éviter que le cancer ne fasse son apparition dans notre organisme.

 En consommant chaque jour une tasse de café, on peut faire diminuer d’environ 7% le risque de cancer, alors qu’une consommation excessive d’aliments riches en sucre et en farines raffinées peut augmenter considérablement ce même risque.

Cancer de l'endomètre

Lisez également :

7 signaux du cancer du col de l’utérus dont il faut tenir compte 

Quelles en sont les causes ?

On pense que le cancer de l’endomètre est directement lié au fonctionnement de certaines hormones. C’est le cas des œstrogènes et l’insuline, qui sont elles-mêmes en étroite relation avec l’obésité et l’excès de graisse.

C’est pour cette raison que l’exercice physique est recommandé pour atteindre un poids correct afin de réduire les taux d’œstrogènes et d’insuline, et de plus renforcer en même temps le système immunologique et l’appareil digestif.

Voilà pourquoi le café, qui contient des antioxydants tels que l’acide chlorogénique, peut prévenir les lésions de l’ADN. Il améliore ainsi notablement la sensibilité à l’insuline et en évitant que le glucose soit absorbé par l’intestin.

Il faut malgré tout éviter de consommer tous les aliments qui élèvent les niveaux de glycémie. En effet, ils font augmenter le risque de développer un cancer de l’endomètre ou d’autres maladies.

Lisez également :

Mythes autour des aliments cancérigènes 

Quels en sont les symptômes ?

Cancer de l'utérus - matrice

Afin de pouvoir prévenir un cancer de l’endomètre, il faut être attentif aux symptômes suivants :

  • Un saignement vaginal qui survient après la ménopause.
  • Un saignement qui se produit en dehors des règles.
  • Une douleur pelvienne.
  • Des relations sexuelles douloureuses.

Il est possible, de surcroît, que certaines femmes souffrent d’une perte de poids importante. Mais il ne faut pas s’alarmer trop vite, car ces symptômes peuvent être associés à des maladies autres que le cancer.

Cependant, si vous ressentez l’un de ces symptômes, prenez rendez-vous dans une clinique. On vous fera les analyses opportunes afin de réfuter ou de confirmer le diagnostic.

  • Rouzier, R., & Legoff, S. (2013). Cancer du col de l’utérus. EMC – Traité de Médecine AKOS. https://doi.org/10.1016/s1634-6939(07)45148-1
  • Haute Autorite de Sante. (2013). Dépistage et prévention du cancer du col de l’utérus. Référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé (EPS).
  • Bergeron, C. (2013). Frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus. EMC – Traité de Médecine AKOS. https://doi.org/10.1016/s1634-6939(07)35158-2