Causes et symptômes de la rosacée

17 avril 2020
La rosacée est une maladie cutanée dont on ignore la véritable origine. Cette maladie se manifeste par des rougeurs et, pour la traiter, le recours à des médicaments systémiques est parfois requis. Sachez-en plus sur cette maladie grâce à cet article. 

La rosacée est une maladie qui affecte essentiellement la peau. Ceux qui en souffrent la connaissent bien, car le diagnostic n’est pas si difficile à établir, étant donné que les symptômes ne passent pas tellement inaperçus. Il est alors possible d’établir le diagnostic suffisamment tôt.

On estime que presque 2 personnes sur 10000 souffrent de rosacée chaque année. Cette estimation n’est pas exacte et varie beaucoup d’une région à une autre. En réalité, il n’existe aucun registre fiable de la rosacée. Alors que certains pays considèrent que cette maladie concerne 1 % de la population, d’autres estiment que cette maladie affecte 10 % de la population.

La rosacée attaque la peau en provoquant des rougeurs et en rendant les vaisseaux sanguins visibles à travers l’épiderme. Il arrive parfois que des protubérances rouges apparaissent en plus des taches.

Les femmes sont les personnes les plus affectées par la rosacée, notamment celles qui ont le teint clair. Cette maladie n’est pas très fréquente chez les enfants : elle concerne notamment les adultes âgés entre trente et quarante ans.

Les critères pour établir le diagnostic de la rosacée

Nombreuses sont les maladies qui présentent des symptômes similaires à ceux de la rosacée et qui peuvent donc créer une certaine confusion au moment du diagnostic. Pour cette raison, des critères ont été établis en 2002 afin que les médecins puissent confirmer la présence de la maladie.

Ces critères diagnostiques se divisent en deux groupes : les critères primaires et les critères secondaires. Parmi les critères primaires figurent :

  • Erythème facial (coloration rouge au niveau de certaines zones)
  • Télangiectasies (présence d’ « araignées » vasculaires)
  • Papules et pustules (soulèvements épidermiques avec ou sans pus)

Les critères secondaires sont les suivants :

  • Prurit (démangeaisons)
  • Sécheresse cutanée
  • Changements au niveau du nez (agrandissement de la zone)
  • Lésions au niveau des yeux
La rosacée chez un patient

Les causes à l’origine de la rosacée

Comme nous le disions un peu plus haut, on ignore quelles sont les véritables causes à l’origine de la rosacée. Il est possible que ce soit l’association de facteurs génétiques avec des facteurs environnementaux qui déclenche la réaction cutanée.

Certaines études scientifiques ont associé la rosacée à des allergies, notamment aux allergies causées par des éléments flottants dans l’air ou par des aliments. Cela ne veut pas dire que la rosacée est une forme d’allergie, mais qu’il y a un dénominateur commun en rapport avec l’apparition des taches.

Les spécialistes ont également observé que les patients qui souffrent de cette maladie dermatologique ont plus de probabilité de souffrir d’hypertension et d’une maladie métabolique. Chez les femmes, il est fréquent d’observer un déséquilibre hormonal.

Les facteurs de risque possibles de la rosacée sont les suivants :

  • Exposition à la lumière solaire
  • Climat sec et venteux
  • Consommation d’aliments piquants et de boissons alcoolisées
  • Stress
  • Médicaments qui possèdent des propriétés vasodilatatrices
  • Produits cosmétiques
La rosacée vue avec une loupe

Cet article peut également vous intéresser : La dermatite atopique et la dermatite séborrhéique : les différences

Les symptômes de la rosacée

Le symptôme par excellence de la rosacée est manifestement la tache rouge sur le visage. Elle se trouve généralement au centre du visage et des petits vaisseaux sanguins sont également visibles à travers la peau.

Ces taches peuvent ou non s’accompagner de protubérances rouges. De l’acné peut également apparaître, pouvant ainsi créer une confusion au moment du diagnostic. Or, il s’agit de deux lésions cutanées différentes. De plus, les protubérances ne contiennent pas toujours du pus.

La rhinophyma est une autre caractéristique de la rosacée. Ce terme désigne un nez coloré ayant augmenté de volume. Le nez bulbeux est un autre terme pour désigner cette caractéristique qui est la conséquence d’un épaississement de la peau qui recouvre le nez.

Enfin, les yeux peuvent également être affectés par la rosacée, mais il s’agit d’un symptôme peu fréquent. Certains patients peuvent souffrir de la forme oculaire de la maladie : les yeux deviennent extrêmement secs et les paupières gonflent.

Les différents stades de la maladie

Les rosacées ne sont pas toutes identiques. La manifestation de la maladie varie d’une personne à une autre en fonction de l’élément déclencheur. L’âge est également capable de modifier l’évolution des symptômes. À tout cela, s’ajoute le fait que la maladie passe par différents stades. Voyons cela plus en détail dans la suite de cet article :

  • Diathèse rosacée : C’est le premier stade de la maladie et sa principale caractéristique est son intermittence : les taches rouges ne restent pas très longtemps sur le visage, mais elles finissent par revenir
  • Premier stade : lorsque les symptômes persistent, sans période de disparition, le patient est alors au premier stade de la maladie. On observe également des télangiectasies
  • Deuxième stade : aux symptômes déjà cités, s’ajoutent les protubérances et, parfois, des pustules avec sécrétion
  • Troisième stade : c’est le stade le plus compliqué de la maladie au cours duquel apparaissent également des nodules sous la peau

Cet article peut également vous intéresser : Qu’est-ce que la couperose ?

Les traitements

Il n’est pas possible d’affirmer qu’il existe un traitement curatif pour la rosacée. Nous pouvons dire qu’il existe des techniques et des médicaments qui permettent de soulager les symptômes et d’améliorer l’aspect de la peau du visage.

Les crèmes contenant du métronidazole constituent la première ligne de traitement. C’est la première option chez les patients qui sont à un stade faible de la maladie. Si ce traitement ne fonctionne pas, les médecins optent alors pour la voie orale avec des antibiotiques comme la tétracyline ou avec de l’isotrétinoïne.

En ce qui concerne le rhinophyma, le recours au laser au dioxyde de carbone est possible, une technique qui offre des résultats prometteurs à l’heure de d’atténuer l’inflammation nasale. Le laser et la lumière pulsée pour traiter les télangiectasies sont d’autres techniques possibles.

Bien qu’il s’agisse d’une maladie qui affecte seulement l’aspect esthétique, des recherches sont en cours afin de trouver de nouveaux traitements. Ce n’est pas une maladie dangereuse, mais elle n’est pas agréable. Il est donc fondamental que vous consultiez votre médecin si vous présentez des symptômes de rosacée.

 

  • van Zuuren, Esther J. « Rosacea. » New England Journal of Medicine 377.18 (2017): 1754-1764.
  • Gallo, Richard L., et al. « Standard classification and pathophysiology of rosacea: The 2017 update by the National Rosacea Society Expert Committee. » Journal of the American Academy of Dermatology 78.1 (2018): 148-155.
  • Plewig, Gerd, Bodo Melnik, and WenChieh Chen. « Rosacea Therapy. » Plewig and Kligman ́ s Acne and Rosacea. Springer, Cham, 2019. 559-572.