Cimicifuga : propriétés et contre-indications

La racine de la plante connue sous le nom de cimicifuga s'emploie dans le traitement des symptômes de la ménopause. Par ailleurs, on pense qu'elle peut aider à calmer d'autres maux. Poursuivez votre lecture !
Cimicifuga : propriétés et contre-indications

Dernière mise à jour : 01 juillet, 2021

La cimicifuga est aussi connue sous le nom d’actée à grappes noires. Il s’agit d’une plante pérenne de la famille des renonculacées, originaire d’Amérique du Nord, dont les racines et les rhizomes s’utilisent, en médecine traditionnelle, comme supplément pour réguler l’activité hormonale, calmer les symptômes de la ménopause et réduire certains maux.

Selon les informations de la National University of Natural Medicine (NUNM), elle est connue depuis l’Antiquité en tant que fortifiant pour soutenir la santé reproductive de la femme car elle n’est pas seulement utile pendant la ménopause mais soulage aussi les altérations menstruelles, l’endométriose et les problèmes de stérilité.

Entre autres choses, on pense qu’elle est utile contre la morsure du serpent à sonnettes, pour atténuer les douleurs musculo-squelettiques et améliorer la qualité du sommeil. Que dit la science à ce sujet ? Quelles sont ses contre-indications ? Nous allons le détailler dans cet article.

Caractéristiques de la cimicifuga

La cimicifuga, dont le nom scientifique est Cimicifuga racemosa, est une herbacée pérenne qui provient des Etats-Unis et du Canada. On la cultive actuellement en Europe et elle est vendue en tant que supplément dans de nombreux pays du monde, que ce soit sous forme de poudre, d’extraits liquides ou de comprimés.

La plante a une tige qui peut atteindre jusqu’à 2,5 mètres. Elle fleurit généralement entre juin et juillet et a une odeur désagréable qui reste jusqu’à ce qu’elle sèche.

Chaque fleur dispose d’environ 100 étamines, ce qui donne une apparence de grande grappe de fleurs. D’ailleurs, par le passé, on la connaissait sous le nom de Macrotys racemosace qui signifie grosse grappe.

La partie de la plante qui s’emploie dans la médecine naturelle est principalement la racine, dont l’extérieur est noir brunâtre, avec un centre à la tonalité blanche. Sa saveur est amère et les feuilles laissent une sensation âpre sur la langue.

Principaux composés actifs

On a pu identifier une large variété de composés actifs dans la cimicifuga. Ceux-ci expliqueraient, apparemment, ses propriétés médicinales. Selon des données divulguées par le National Center for Biotechnology Information, elle se composerait de :

  • Isoflavone formononétine.
  • Acide isoférulique, caféique, salicylique et fukinolique.
  • Acides gras.
  • Tanins.
  • Sucres.
  • Glycosides de triterpène.

Propriétés de la cimicifuga

Des douleurs menstruelles.

Cette plante pourrait aider au niveau des douleurs menstruelles.

Dès l’Antiquité, la cimicifuga a été cataloguée comme une « alliée pour la santé de la femme ». La plante a en effet affiché des propriétés œstrogéniques, anti-inflammatoires, analgésiques et antispasmodiques. Elle semble également agir en tant que tranquillisant, expectorant et antitussif.

Les résultats des études sont cependant mixtes et il y a des opinions divisées en ce qui concerne son efficacité. Des entités comme l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) ont d’ailleurs choisi de supprimer l’information médicale associée à cette plante car il n’y a aucune certitude sur son profil de sécurité.

Quels bénéfices lui attribue-t-on ?

Les principaux bénéfices de la cimicifuga sont liés aux symptômes de la ménopause, à l’équilibre hormonal et à la santé reproductive de la femme. Plusieurs études ont été menées à ce sujet. Néanmoins, les évidences sont encore limitées. Voyons ses différents usages en détail.

Ménopause

Le contenu en isoflavones de la cimicifuga aide à atténuer les symptômes de la ménopause. La consommation des suppléments de la plante est utile pour diminuer les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, la nervosité, la sécheresse vaginale et autres gênes associées à cette étape.

À ce sujet, une étude a découvert que les femmes ménopausées qui ont pris 20 milligrammes de suppléments de cimicifuga ont remarqué avoir moins de bouffées de chaleur et une plus grande sensation de bien-être. 

Fertilité

Les natifs Américains ont utilisé cette plante pour renforcer la fertilité de la femme. Malgré cela, les évidences sont limitées. On croit cependant que les phytoestrogènes qu’elle contient sont utiles pour augmenter l’efficacité du Clomid (citrate de clomifène), un médicament utilisé pour stimuler la fertilité.

Dans une petite étude, on a pu déterminer de meilleurs taux de grossesse et d’ovulation chez les femmes infertiles qui ont pris ce type de suppléments avec le médicament mentionné.

Équilibre hormonal

L’activité oestrogénique de la cimicifuga aiderait à rétablir l’équilibre hormonal de la femme. Les études exposent que les phytoestrogènes peuvent être utiles pour réguler les cycles menstruels face à des affections comme le syndrome des ovaires polykystiques.

On suggère aussi qu’elle contribue à calmer les douleurs menstruelles, la dysménorrhée et le syndrome prémenstruel. Par ailleurs, certaines études ont trouvé que les extraits de cette plante retardaient la propagation des cellules du cancer du sein. Néanmoins, davantage d’études sont nécessaires pour évaluer ces effets.

Santé mentale

La littérature populaire affirme que la cimicifuga favorise le soulagement du stress et de l’anxiété. Pour le moment, il n’y a pas d’études concluantes à ce sujet. Quoi qu’il en soit, dans une étude partagée dans Post Reproductive Health, la supplémentation avec cette plante a aidé à améliorer les symptômes psychologiques chez des femmes péri et post-ménopausées.

Douleur musculaire et articulaire

En médecine traditionnelle, les extraits de cette plante s’utilisent aussi comme complément pour diminuer la douleur et l’inflammation. On affirme même qu’elle a des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antipyrétiques. On s’en sert donc en tant qu’alliée pour diminuer la douleur musculo-squelettique, l’arthrite et les maux de tête.

Qualité du sommeil et bien-être

La cimicifuga, seule ou combinée à de la mélisse ou du millepertuis, agit comme un relaxant nerveux et musculaire. Grâce à cela, elle augmente la sensation de bien-être et aide à améliorer la qualité du sommeil. Elle est idéale pour calmer les états de nervosité et d’irritabilité.

Risques et contre-indications de la cimicifuga

Allergie à la cimicifuga.

Il est probable de voir apparaître des allergies lorsque l’on utilise cette substance.

Les suppléments de cette plante pour le traitement de la ménopause ont une faible incidence d’effets indésirables. Néanmoins, ils peuvent provoquer des gênes gastro-intestinales, des nausées, des éruptions cutanées, des douleurs ou un gonflement des seins et des saignements irréguliers.

On déconseille la consommation de cette plante dans des cas d’antécédents de maladies hépatiques ou si on risque d’être sujets à ces dernières. Un effet hépatotoxique a été observé, qui peut être très nocif chez ces patients.

Par ailleurs, des études sur des animaux ont trouvé que la consommation de hautes doses de cimicifuga peut provoquer une anémie car elle conduit à des dommages dans les globules rouges. On doit aussi l’éviter dans les cas suivants :

  • Grossesse et allaitement.
  • Cancer et traitements associés.
  • Altérations de la pression artérielle.
  • Traitements avec des médicaments hépatoprotecteurs.
  • Réaction allergique aux plantes de la famille des renonculacées.

Que faut-il retenir au sujet de cette plante ?

La cimicifuga ou actée à grappes noires est une plante médicinale avec de grands antécédents de complément pour la santé hormonale et reproductive de la femme. Ses suppléments s’utilisent pour pallier, dans une large mesure, les symptômes de la ménopause et les problèmes de fertilité.

Malgré cela, sa consommation peut provoquer des effets indésirables au niveau de la santé hépatique, surtout chez des personnes avec des antécédents de maladie. On ne doit donc pas la prendre de manière excessive, sans surveillance médicale. Il est important de consulter le professionnel pour établir des doses sûres.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que se passe-t-il dans le corps au moment de la ménopause ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Que se passe-t-il dans le corps au moment de la ménopause ?

La ménopause est le passage de l'étape fertile à l'étape non fertile dans la vie d'une femme. Elle implique une importante modification.



  • Felter HM, Lloyd JU. 1898. Kings American Dispensatory. www.henriettes-herb.com.
  • Godfrey A, Saunders PR. Principles & practices of naturopathic botanical medicine. Toronto: Canadian College of Naturopathic Medicine Press; 2010.
  • Wobser RW, Takov V. Black Cohosh. [Updated 2020 Dec 5]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470187/
  • Henneicke-von Zepelin HH. 60 years of Cimicifuga racemosa medicinal products : Clinical research milestones, current study findings and current development. 60 Jahre Arzneimittel aus Cimicifuga racemosa : Meilensteine klinischer Forschung, aktuelle Studienergebnisse und derzeitige Entwicklung. Wien Med Wochenschr. 2017;167(7-8):147-159. doi:10.1007/s10354-016-0537-z
  • Mehrpooya M, Rabiee S, Larki-Harchegani A, Fallahian AM, Moradi A, Ataei S, Javad MT. A comparative study on the effect of “black cohosh” and “evening primrose oil” on menopausal hot flashes. J Educ Health Promot. 2018 Mar 1;7:36. doi: 10.4103/jehp.jehp_81_17. PMID: 29619387; PMCID: PMC5868221.
  • Friederichsen L, Nebel S, Zahner C, Bütikofer L, Stute P. Effect of CIMicifuga racemosa on metaBOLIC parameters in women with menopausal symptoms: a retrospective observational study (CIMBOLIC). Arch Gynecol Obstet. 2020 Feb;301(2):517-523. doi: 10.1007/s00404-019-05366-8. Epub 2019 Nov 16. PMID: 31734757; PMCID: PMC7033259.
  • Shahin AY, Ismail AM, Zahran KM, Makhlouf AM. Adding phytoestrogens to clomiphene induction in unexplained infertility patients–a randomized trial. Reprod Biomed Online. 2008 Apr;16(4):580-8. doi: 10.1016/s1472-6483(10)60465-8. PMID: 18413068.
  • Shahin AY, Mohammed SA. Adding the phytoestrogen Cimicifugae Racemosae to clomiphene induction cycles with timed intercourse in polycystic ovary syndrome improves cycle outcomes and pregnancy rates – a randomized trial. Gynecol Endocrinol. 2014 Jul;30(7):505-10. doi: 10.3109/09513590.2014.895983. Epub 2014 Mar 5. PMID: 24592984.
  • Kamel HH. Role of phyto-oestrogens in ovulation induction in women with polycystic ovarian syndrome. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2013 May;168(1):60-3. doi: 10.1016/j.ejogrb.2012.12.025. Epub 2013 Jan 21. PMID: 23347605.
  • Huyen CTT, Luyen BTT, Khan GJ, Oanh HV, Hung TM, Li HJ, Li P. Chemical Constituents from Cimicifuga dahurica and Their Anti-Proliferative Effects on MCF-7 Breast Cancer Cells. Molecules. 2018 May 4;23(5):1083. doi: 10.3390/molecules23051083. PMID: 29734650; PMCID: PMC6102574.
  • Shahmohammadi A, Ramezanpour N, Mahdavi Siuki M, Dizavandi F, Ghazanfarpour M, Rahmani Y, Tahajjodi R, Babakhanian M. The efficacy of herbal medicines on anxiety and depression in peri- and postmenopausal women: A systematic review and meta-analysis. Post Reprod Health. 2019 Sep;25(3):131-141. doi: 10.1177/2053369119841166. PMID: 31630610.
  • Jiang K, Jin Y, Huang L, Feng S, Hou X, Du B, Zheng J, Li L. Black cohosh improves objective sleep in postmenopausal women with sleep disturbance. Climacteric. 2015;18(4):559-67. doi: 10.3109/13697137.2015.1042450. Epub 2015 May 22. PMID: 26000551.