Clonazépam : qu'est-ce que c'est et dans quel cas est-il utilisé ?

Les médicaments pour le traitement des crises d'épilepsie sont principalement axés sur la réduction de l'hyperactivation cérébrale, qui est caractéristique de cette maladie.
Clonazépam : qu'est-ce que c'est et dans quel cas est-il utilisé ?

Dernière mise à jour : 05 novembre, 2021

Le clonazépam est un médicament du groupe des benzodiazépines qui agit sur le système nerveux central (SNC). Il exerce en particulier des effets anticonvulsivants, anxiolytiques, sédatifs, hypnotiques et stabilisateurs au niveau de l’humeur.

C’est pourquoi il est souvent utilisé dans le traitement des troubles épileptiques et des attaques de panique. Il peut être administré par voie orale ou intraveineuse.

A quoi est due l’épilepsie ?

Une crise d’épilepsie survient à partir d’un foyer neuronal activé par un stimulus ou spontanément. À partir de ce foyer, appelé foyer épileptique ou épileptogène, le stimulus se propage aux neurones adjacents par le biais de synapses neuronales. Cela entraîne ce que nous appelons une crise d’épilepsie, qui peut également être causée par des anomalies structurelles du cerveau.

Un foyer épileptique est un groupe neuronal qui est activé de manière excessive par la décompensation des neurotransmetteurs. Ce sont les produits chimiques que les neurones utilisent pour transmettre des signaux entre eux. Lorsqu’un neurone reçoit un stimulus, il réagit en libérant un neurotransmetteur qui atteindra un autre neurone. Les neurotransmetteurs peuvent être :

  • Des activateurs, s’ils produisent l’excitation ou l’activation du deuxième neurone et favorisent la transmission de l’impulsion. Le glutamate est le plus impliqué dans l’épilepsie.
  • Des inhibiteurs, s’ils provoquent l’arrêt de la transmission du signal, tels que l’acide gamma-aminobutyrique (GABA).

Dans les épisodes d’épilepsie, soit l’activité du glutamate est augmentée (activateur), soit l’activité du GABA (inhibiteur) est diminuée dans une région neuronale spécifique. En conséquence, le foyer épileptique est activé anormalement et le signal se propage en suivant les circuits neuronaux. Les manifestations dépendront de la localisation de l’épidémie et de sa propagation.

Effets-sur-le-cerveau

Le mécanisme d’action du clonazépam

Le clonazépam est une benzodiazépine à action prolongée. Il se lie aux récepteurs du cerveau appelés récepteurs BZ (benzodiazépines) et les active. En d’autres termes, il s’agit d’un agoniste du récepteur BZ.

Les récepteurs BZ améliorent l’activité du GABA, qui est diminuée lors des crises d’épilepsie. L’augmentation de cette inhibition cérébrale ralentit la propagation de la crise, bien qu’elle n’agisse pas sur le foyer épileptogène.

Le clonazépam est administré principalement par voie orale ou intraveineuse, et son action débute 20 à 60 minutes après son administration. L’effet varie des adultes aux enfants et peut durer jusqu’à 12 heures.

Une fois dans le sang, il traverse la barrière hémato-encéphalique et atteint le système nerveux. Il faut tenir compte du fait qu’il est métabolisé dans le foie et est principalement éliminé dans les urines. Pour cette raison, sa dose doit être ajustée lorsqu’elle est administrée à des personnes atteintes d’insuffisance hépatique.

D’autre part, ce médicament est capable de traverser la barrière placentaire et, par conséquent, son utilisation n’est pas recommandée au cours du dernier trimestre de la grossesse. Parmi ses effets nocifs possibles sur le fœtus, figurent l’hypothermie et la dépression respiratoire. De plus, le clonazépam est contre-indiqué pendant l’allaitement.

Mécanisme d'action du clonazépam

Les indications du clonazépam

Il existe différents types d’épilepsies. Selon leurs caractéristiques, certains médicaments ou d’autres seront utilisés.

Chez les enfants 

Le clonazépam est principalement utilisé pendant l’enfance, en particulier lors de crises généralisées qui se propagent dans tout le corps et entraînent une perte de conscience. Il en existe deux sortes :

  • Crises d’épilepsie de type petit mal. On les appelle aussi crises d’absence ou absence épileptique. Elles se caractérisent par une perte de connaissance soudaine, sans chute au sol ni mouvements convulsifs. Le sujet cesse simplement d’effectuer l’activité qu’il faisait. Après quelques secondes, il reprend l’activité sans se souvenir de la crise. Ces crises sont souvent déclenchées par des sources lumineuses intermittentes (stimulation lumineuse intermittente ou SLI) ou dans des situations d’hyperventilation.
  • Crises d’épilepsie de type grand mal. Techniquement appelées crises tonico-cloniques, ce sont les plus connues, mais pas les plus fréquentes. Le sujet perd brusquement conscience et tonus musculaire et tombe au sol.

Au début, le sujet se raidit. Ensuite, commence une crise violente qui dure quelques secondes. Lorsque la crise cesse, le patient reprend conscience après une période de confusion, sans aucun souvenir de la crise. Par ailleurs, ces crises peuvent associer des altérations végétatives, telles qu’une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle.

Chez les adultes

  • Crises focales. Elles n’affectent pas tout l’organisme. Elles se concentrent sur un certain domaine et sont très variées. Elles peut se manifester par des altérations visuelles et olfactives, une perte de sensibilité, une altération de la conscience ou une paralysie temporaire de certains membres, entre autres.
  • Etat de mal épileptique. Il représente un état d’urgence pathologique. On parle d‘état de mal épileptique lorsque la crise dure plus de trente minutes ou lorsque deux crises ou plus surviennent sans reprise de conscience.
  • Autres types d’épilepsie de l’adulte.

Les gouttes de ce médicament doivent être mélangées avec de l’eau, des jus de fruits ou des infusions et administrées à la cuillère au patient. Elles ne doivent jamais être administrées directement du récipient à la bouche.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que l’épilepsie gélastique ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que l’épilepsie gélastique ?

On appelle épilepsie gélastique la pathologie convulsive dont le principal symptôme est le rire incontrôlable et involontaire de ceux qui en souffr...



  • Frauger E, Pradel V, Natali F, Thirion X, Reggio P, Micallef J. Détournement d’usage du clonazépam (Rivotril): tendances récentes [Misuse of clonazepam (Rivotril): recent trends]. Therapie. 2006 Jan-Feb;61(1):49-55. French. doi: 10.2515/therapie:2006014. PMID: 16792154.
  • Kacirova I, Grundmann M, Silhan P, Brozmanova H. A Case Report of Clonazepam Dependence: Utilization of Therapeutic Drug Monitoring During Withdrawal Period. Medicine (Baltimore). 2016;95(9):e2881. doi:10.1097/MD.0000000000002881
  • Basit H, Kahwaji CI. Clonazepam. [Updated 2021 Apr 29]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK556010/
  • National Center for Biotechnology Information (2021). PubChem Compound Summary for CID 2802, Clonazepam. Retrieved October 14, 2021 from https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Clonazepam.
  • Dokkedal-Silva V, Berro LF, Galduróz JCF, Tufik S, Andersen ML. Clonazepam: Indications, Side Effects, and Potential for Nonmedical Use. Harv Rev Psychiatry. 2019 Sep/Oct;27(5):279-289. doi: 10.1097/HRP.0000000000000227. PMID: 31385811.
  • Sjö O, Hvidberg EF, Naestoft J, Lund M. Pharmacokinetics and side-effects of clonazepam and its 7-amino-metabolite in man. Eur J Clin Pharmacol. 1975 Apr 4;8(3-4):249-54. doi: 10.1007/BF00567123. PMID: 1233220.
  • Welch TR, Rumack BH, Hammond K. Clonazepam overdose resulting in cyclic coma. Clin Toxicol. 1977;10(4):433-6. doi: 10.3109/15563657709046280. PMID: 862377.