Combien doit mesurer la circonférence abdominale ?

5 octobre 2020
La mesure de la circonférence abdominale est une donnée importante pour déterminer si on est dans un cas d'obésité ou non. C'est aussi un facteur essentiel au niveau du risque cardiovasculaire et de la possibilité de dommages dans la circulation sanguine.

Les mesures de la circonférence abdominale vont bien au-delà du simple aspect esthétique. Si, dans cette zone du corps, on voit de la graisse accumulée, cela peut se transformer en facteur de risque cardiovasculaire. Pour connaître ce nombre, il suffit de faire passer un mètre autour de la taille, à la hauteur du nombril.

Quelle est la limite à ne pas dépasser pour la circonférence abdominale ? L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) établit que, dans le cas des femmes, la mesure ne doit pas dépasser les 88 centimètres. Chez les hommes, la limite est de 102 centimètres.

Les risques d’une circonférence abdominale plus élevée que la normale

L’alarme de risques cardiovasculaires se déclenche quand on est dans un cas d’obésité. Ce risque est aussi plus élevé si la circonférence abdominale dépasse les mesures considérées comme saines car cela est synonyme d’augmentation des problèmes de circulation.

Si les kilos en trop sont répartis dans différentes parties du corps, il existe un réel danger de pathologies cardiaques. Or, celui-ci augmente quand la zone abdominale accumule plus de graisse que d’autres régions corporelles. Pourquoi ? Parce que le tissu gras intra-abdominal contient des cellules du nom d’adipocytes qui produisent une certaine quantité d’hormones avec une valeur métabolique.

Ces adipocytes agissent en libérant des acides gras libres, métabolisés par le foie, qui les utilise en tant qu’énergie au lieu de se servir du glucose. Par conséquent, le sucre non utilisé par le foie reste dans l’organisme et ses niveaux augmentent. Ce processus mène à l’augmentation des lipides dans le sang et à l’explosion du taux de glycémie.

On comprend donc pourquoi un abdomen gonflé n’est pas qu’un problème esthétique : cela peut conduire au syndrome métabolique. Celui-ci se caractérise par une augmentation du mauvais cholestérol et des triglycérides, par une diminution du bon cholestérol et par une hausse de la pression artérielle et de l’hyperglycémie.

Le diamètre abdominal.

Le périmètre de la taille et de l’abdomen se mesure de façon simple, avec un mètre.

Comment prendre les mesures correctement

Un mètre et quelques conseils sont nécessaires pour prendre les mesures de la circonférence abdominale. Les médecins procèdent généralement à cette mesure lors des contrôles de routine. Ils le font aussi quand ils remarquent une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) qui indique une possible obésité ou un surpoids.

Pour prendre correctement les mesures de la circonférence abdominale, il faut être debout, les bras le long du corps. Ensuite, il faut desserrer sa ceinture si on en porte une. Il faut aussi retirer le vêtement du haut pour pouvoir poser le mètre sur la peau et à hauteur du nombril.

Le mètre ou le ruban à mesurer doit être placé en dessous de la cage thoracique et au-dessus de la partie supérieure de l’os de la hanche. L’abdomen doit être détendu. Il faut aussi expirer avant de passer le mètre et, après avoir procédé à la mesure, noter les chiffre immédiatement pour ne pas perdre leur information.

Ceci peut vous intéresser : Comment commencer à faire de l’exercice lorsque vous êtes en surpoids ?

Types d’obésité en fonction du périmètre abdominal

Il existe deux types d’obésité selon la localisation de l’excès de graisse. La première est l’obésité périphérique ; on parle d’elle lorsque l’adiposité se situe au niveau des cuisses, des fessiers ou des hanches. La seconde est l’obésité centrale, qui se localise presque exclusivement au niveau de la circonférence abdominale.

Lorsqu’une personne présente une obésité centrale, elle a un double risque de souffrir de maladies cardiovasculaires. Il convient cependant de prendre en compte que l’excès de graisse n’est jamais bon, quel que soit l’endroit où il se situe.

Quand il y a plus de graisse abdominale ou viscérale, on l’appelle l’obésité androïde ou en forme de pomme. L’obésité produite par l’accumulation de graisse dans les bras, les jambes et les hanches est dite gynoïde ou en forme de poire.

C’est dans la zone de la circonférence abdominale que se situent des organes très importants : le foie, l’estomac, la rate et la vésicule. Ce sont ceux qui souffrent de l’activité de cette graisse localisée. Dans le cas des femmes, les changements hormonaux de la ménopause contribuent à imprimer des changements dans leur structure corporelle.

La mesure de l'abdomen.

La mesure de la circonférence abdominale fait actuellement partie des contrôles cardiologiques de routine.

Lisez également : Xenical : un médicament contre l’obésité

Que faire si ma circonférence abdominale est plus haute que la normale ?

Pour éviter l’augmentation de graisse au niveau de la circonférence abdominale, il convient d’avoir un mode de vie sain. On conseille ainsi de réaliser des exercices aérobics combinés à des exercices de force. Les premiers contribuent à la dépense de calories tandis que les seconds tonifient les muscles et améliorent la posture corporelle.

Avoir une alimentation saine, sans graisses saturées et sucres simples, aide à contrôler son poids. Par ailleurs, ce type d’alimentation est bénéfique pour le cœur. L’hydratation est un facteur important car elle contribue à prévenir la rétention de liquides. Bien se reposer soulage le stress et améliore le fonctionnement hormonal.

La posture corporelle est un point très important. Il n’est pas bon de rester plusieurs heures assis avec la colonne courbée. Cette position favorise le relâchement des muscles abdominaux et, par conséquent, l’accumulation de graisses dans la zone. Enfin, il est indispensable de faire un contrôle médical au moins une fois par an pour que le médecin mesure notre circonférence abdominale et certifie qu’elle diminue.

 

 

  • Moreno González, M. I. (2010). Circunferencia de cintura: una medición importante y útil del riesgo cardiometabólico. Revista chilena de cardiología, 29(1), 85-87.
  • Aguilar, N. C. M., & Cáceres, V. A. S. (2016). Obesidad Central y Obesidad Periférica como Factor de Asociación de Hipertensión Arterial en Escolares Adolescentes de los Principales Colegios de la Ciudad de Chiclayo. Revista Experiencia en Medicina del Hospital Regional Lambayeque: REM, 2(2), 44-49.
  • Remón Popa, I., González Sotolongo, C., & Arpa Gámez, Á. (2013). Estimación del punto de corte de la circunferencia abdominal como criterio diagnóstico del síndrome metabólico. Revista Cubana de Medicina Militar, 42(1), 29-38.
  • Chambilla, Mari Carrión, et al. “Índice de masa corporal, circunferencia abdominal y su impacto en los niveles de presión arterial.” Revista Diagnostico 46.1 (2007).
  • Johnson, Steven T., et al. “Metabolic risk varies according to waist circumference measurement site in overweight boys and girls.” The Journal of pediatrics 156.2 (2010): 247-252.
  • Ramírez, Robinson, and Ricardo A. Agredo. “El sedentarismo es un factor predictor de hipertrigliceridemia, obesidad central y sobrepeso.” Revista Colombiana de Cardiología 19.2 (2012): 75-79.
  • Pavón de Paz, I., C. Alameda Hernando, and J. Olivar Roldán. “Obesidad y menopausia.” Nutrición Hospitalaria 21.6 (2006): 633-637.
  • Siqueira, Gisela Rocha de, and Giselia Alves Pontes da Silva. “Alterações posturais da coluna e instabilidade lombar no indivíduo obeso: uma revisão de literatura.” Fisioterapia em movimento 24.3 (2011): 557-566.
  • Jorquera, A. Carlos, and L. Jorge Cancino. “Ejercicio, obesidad y síndrome metabólico.” Revista Médica Clínica Las Condes 23.3 (2012): 227-235.