Comment aider une personne atteinte du trouble d'anxiété généralisée ?

Le soutien des proches est d'une importance vitale pour favoriser le bien-être des patients souffrant de troubles anxieux généralisés. Voici comment procéder.
Comment aider une personne atteinte du trouble d'anxiété généralisée ?

Dernière mise à jour : 18 mai, 2021

Nous avons tous connu des préoccupations à un moment donné de notre vie. Surtout dans les situations stressantes ou menaçantes. Cependant, il y a des personnes dont l’anxiété est excessive, fréquente et difficile à contrôler. Dans ce cas, il est probable que nous soyons confrontés à un trouble d’anxiété généralisée (TAG) et que nous voulions les aider.

Les personnes atteintes de ce trouble s’inquiètent excessivement des situations quotidiennes. Elles peuvent même ressentir un malaise pour des circonstances mineures, comme le fait d’être en retard à un rendez-vous. Cela entraîne des déficiences importantes dans leurs relations sociales, leur travail et leur scolarité.

C’est pourquoi il est d’une importance vitale qu’elles reçoivent le soutien et le traitement appropriés. Si vous connaissez une personne atteinte de cette maladie, voici comment vous pouvez l’aider à se sentir mieux.

Qu’est-ce que le trouble d’anxiété généralisée ?

L’American Psychological Association le définit comme une anxiété et une inquiétude excessives concernant une série d’événements de la vie. Les adultes atteints de ce trouble ont tendance à s’inquiéter des responsabilités professionnelles, de la santé, des finances, de la famille et des tâches ménagères. Les enfants, en revanche, ont tendance à s’inquiéter excessivement de leurs compétences et de leurs performances à l’école.

La caractéristique de ce trouble est que l’anxiété et l’inquiétude sont difficiles à contrôler. De plus, l’intensité, la durée et la fréquence de la détresse sont disproportionnées par rapport à l’occurrence de l’événement menaçant.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) stipule que, pour un diagnostic précis du trouble, l’anxiété et l’inquiétude excessive doivent être présentes depuis au moins 6 mois.

En outre, ils s’accompagnent des désagréments physiques et mentaux suivants :

  • Agitation, nervosité ou sentiment d’être piégé
  • Fatigue
  • Difficultés de concentration et insomnie
  • Irritabilité
  • Tension musculaire
Une femme qui fait des cauchemars.
Les troubles du sommeil font parfois partie de la symptomatologie du TAG.

Comment aider une personne souffrant de trouble d’anxiété généralisée ?

Le fait de souffrir d’un trouble d’anxiété généralisée entraîne une souffrance. Par conséquent, le soutien de l’entourage est essentiel pour renforcer le bien-être de la personne.

Cependant, de nombreuses personnes ne savent pas comment offrir une aide appropriée. Il est fréquent que la famille et les amis interviennent avec l’intention d’apporter leur soutien, mais aggravent involontairement la situation. Pour éviter que cela ne se produise, considérez les points suivants.

Vérifiez comment la personne se sent

Commencez par lui demander comment elle se sent et comment elle va. Il est normal qu’elle dise “Je vais bien”. Toutefois, si elle semble tendue ou agitée, vous pouvez remettre en question sa déclaration, en lui faisant savoir qu’elle ne semble pas ressentir ce qu’elle dit.

L’idée est d’apprendre à connaître ce qu’elle vit et d’éviter de le supposer de notre point de vue.

Écoutez et faites preuve d’empathie

Lorsque le patient communique ses émotions, ses sentiments et ses pensées, évitez de l’interrompre ou de lui donner des conseils inutiles. Si vous intervenez, essayez de donner des réponses empathiques.

Une erreur courante consiste à ignorer leur souffrance. Ainsi, nous essayons d’apaiser leur inquiétude avec des commentaires tels que “garde le moral” ou “ne t’inquiète pas”. Ce type de réponse, même s’il n’a pas de mauvaises intentions, détourne l’attention de l’importance de leur situation.

Valider leurs sentiments

Être empathique implique de comprendre, de légitimer et de valider les sentiments de l’autre personne. Évitez de les blâmer ou de banaliser ce qu’ils ressentent. Une façon de le faire est de leur dire que vous avez également connu l’anxiété et que vous savez à quel point cela peut être difficile.

Transmettre le calme et la sérénité

Une autre erreur courante consiste à s’énerver contre la personne anxieuse ou à s’affliger du malaise qu’elle peut ressentir. Idéalement, nous devrions être calmes afin de pouvoir transmettre ce sentiment.

Pour ce faire, il est préférable de parler calmement, de prendre une posture corporelle détendue et de leur faire comprendre que nous sommes disponibles pour les aider.

Il est normal que vos proches ressentent de la frustration et de l’épuisement pendant le processus. Si vous vous sentez ainsi, demandez de l’aide. Il est difficile d’être une figure de soutien si vous n’êtes pas bien.

Suggérez à la personne de chercher une aide professionnelle et encouragez-la à le faire

S’il s’agit d’une personne qui n’a pas reçu de soins et de diagnostic professionnels, la compagnie et le soutien de ses proches sont essentiels pour faire ce premier pas. Trouvez les contacts de spécialistes (psychologues, psychiatres ou organisations de santé mentale) et proposez-les.

Si elle hésite à se faire aider par un professionnel, ne la forcez pas à prendre cette décision. Une façon de la convaincre est de l’informer des traitements disponibles et de lui montrer les avantages qu’elle peut éprouver si elle choisit l’un d’entre eux.

Soyez là pour elle pendant le traitement

Essayez de lui offrir un soutien fréquent, même si elle a déjà commencé à recevoir le soutien d’un spécialiste. Il a été démontré que le soutien des proches aide les patients à ressentir un plus grand bien-être subjectif.

Apprenez-en plus sur le trouble d’anxiété généralisée pour vous aider

Il existe un grand nombre de recherches et de publications sur ce trouble. Idéalement, vous devriez en apprendre le plus possible sur ses symptômes, ses traitements et sa prévention. Plus vous en saurez, mieux vous maîtriserez la situation et plus l’aide proposée sera précise.

La thérapie psychologique d'un homme.

Aider les personnes souffrant de troubles anxieux généralisés est une tâche importante

Le trouble d’anxiété généralisée peut être difficile à diagnostiquer. Les symptômes ne sont pas concentrés sur un seul élément. De plus, la nervosité est modérée, chronique, et il n’y a pas d’attaques de panique. En somme, c’est de l’inquiétude, et cela nous concerne tous.

Cependant, il existe des différences par rapport à l’inquiétude ordinaire. Cette situation est moins grave et il est possible de la mettre de côté pour s’occuper d’autres choses plus immédiates.

L’inquiétude pathologique, en revanche, est difficile à contrôler et commence sans cause apparente. Si certaines personnes atteintes de TAG peuvent décrire ce qui les rend nerveuses, d’autres ne le peuvent pas.

De nombreuses personnes atteintes de ce trouble ont vécu avec leurs symptômes pendant des années sans chercher à obtenir une aide professionnelle. Cela est peut-être dû au fait que, dans ces cas, le degré de déficience n’est pas aussi grave. Cependant, une assistance clinique est essentielle pour atteindre le bien-être.

Cela pourrait vous intéresser ...
Anxiété chez les enfants : quand faut-il s’inquiéter ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Anxiété chez les enfants : quand faut-il s’inquiéter ?

L'anxiété chez les enfants est-elle la même que chez les adultes ? Quels sont les symptômes permettant de la détecter ? Découvrez-en plus ici.



  • American Pshychological Association. APA Dictionary of Psychology: generalized anxiety disorder [Internet]. American Pshychological Association, 2021. 8 de marzo de 2021: https://dictionary.apa.org/endogenous-depression
  • Amercian Psychiatric Association. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales DSM 5. Quinta Edi. London: Amercian Psychiatric Publishing; 2013. 222-226 p.
  • Capafons, Antonio, Tratamientos psicológicos eficaces para la ansiedad generalizada. Psicothema [Internet]. 2001;13(3):442-446. Recuperado de: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=72713309
  • Marrero Quevedo Rosario J., Carballeira Abella Mónica. El papel del optimismo y del apoyo social en el bienestar subjetivo. Salud Ment  [Internet]. 2010; 33( 1 ): 39-46. Disponible en: http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0185-33252010000100005&lng=es.
  • Morrison J. DSM-5. Guía para el diagnóstico clínico. Manual Moderno, editor. México; 2013. 191-193 p.