Comment diagnostiquer la dyslexie ?

10 septembre 2020
Diagnostiquer la dyslexie chez une personne n'est pas évident. Au-delà des symptômes, il n'existe pas de méthodes d'imagerie spécifique pour guider et certifier la maladie. Comment est-elle donc détectée ?

Parvenir à diagnostiquer la dyslexie chez une personne est un processus qui doit être progressif. Cela ne se fait pas en deux minutes. Au contraire, les équipes de santé prennent leur temps pour déterminer l’existence de ce trouble car cela ouvre un éventail de traitements et d’approches possibles à l’avenir.

La qualité de vie d’une personne dyslexique peut être bonne, mais cela dépendra d’un dépistage précoce et d’un soutien postérieur. Les thérapies pluridisciplinaires sont la clé de l’intégration d’un patient dans une vie normale et sociale.

Qu’est-ce que la dyslexie ?

Pour diagnostiquer la dyslexie, il faut commencer par la définir. Fondamentalement, il s’agit d’un trouble de l’apprentissage, notamment de la lecture et de l’écriture, dont l’apparition dans l’enfance est associée à l’absence de réalisations de certains paramètres attendus à chaque étape du développement de l’enfant.

Ce qui est étonnant, c’est que les personnes qui souffrent de ce trouble ne présentent généralement pas de problème associé qui l’explique de l’extérieur. Autrement dit, il n’existe aucune altération physique ou psychique qui explique l’existence de la dyslexie.

Un enfant dyslexique a des difficultés à apprendre l’alphabet et à identifier chaque lettre séparément. Les sons des mots deviennent également étranges, avec de sérieux obstacles pour comprendre ce qu’il lit. Au point qu’il peut changer de syllabes à la lecture, les remplacer ou les déformer. Lorsque les enfants détectent leur difficulté à comprendre, la lecture devient plus lente et hésitante.

Certains experts concentrent la définition du problème sur la capacité à décoder le message. En d’autres termes, l’enfant atteint de dyslexie n’a pas développé la capacité de s’approprier les codes du langage avec les autres.

Diagnostiquer la dyslexie chez un enfant n'est pas toujours évident.

Lisez également : L’effet de la dyslexie sur les enfants

Symptômes permettant de diagnostiquer la dyslexie

Le diagnostic de la dyslexie devient compliqué lorsqu’il dépend, presque entièrement, de l’interprétation faite par les professionnels de la santé. En l’absence d’examens complémentaires confirmatifs, les professionnels réunissent les différents critères pour établir la présence du trouble.

Lecture difficile

C’est certainement le signe initial le plus visible. En cas de dyslexie, l’enfant commet des erreurs de lecture parce qu’il utilise de multiples outils erronés pour parvenir à une signification supposée des mots.

Il change une lettre par une autre, il modifie les syllabes, il inverse les mots et les sons, répète et lit très lentement. De plus, une fois qu’il a terminé de lire, il est fort probable qu’il ne sache pas ce que le texte disait. En effet, le son de l’alphabet ne correspond pas à une signification cognitive déjà élaborée dans son esprit.

Troubles de l’écriture

La difficulté de la lecture affecte sans aucun doute l’écriture. Lors de dyslexie, les troubles du paragraphe précédent se répètent à la mise par écrit des pensées. L’enfant oublie des lettres, change des syllabes, la ponctuation est absente ou remplacée à certains endroits qui rendent le texte illisible.

Par ailleurs, la syntaxe de l’enfant dyslexique est mauvaise parce qu’il n’a pas les outils pour s’exprimer. Même si ce n’est pas toujours le cas.

Trouble axé sur la lecture et l’écriture

Il n’est pas rare que les enfants dyslexiques suscitent la curiosité des enseignants car ils possèdent d’excellentes capacités intellectuelles dans presque tous les domaines, à l’exception des langues et du français. Il n’y a pas de retard mental, bien au contraire. Et la maturation d’une grande partie des zones de développement se situe dans les paramètres attendus.

Diagnostiquer la dyslexie : obstacles à la réalisation des tâches lexicales

A l’école, qui est généralement le principal site de détection de la dyslexie, les élèves présentant ce problème n’accomplissent pas correctement les tâches linguistiques. Si on leur demande d’indiquer des majuscules ou de trouver des mots dans un jeu de mots mêlés, ils se perdent dans la tâche.

D’autre part, le problème de l’ordre et du séquençage s’étend parfois à d’autres domaines plus mathématiques et géométriques, bien que ce ne soit pas la règle. Dans ce cas, les enfants ont des difficultés à multiplier ou à ordonner les jours de la semaine, par exemple.

Comportement altéré

On peut soupçonner et diagnostiquer la dyslexie lorsqu’un stress important affecte la vie des enfants qui ont des problèmes à l’école. Effectivement, le simple fait d’être “en retard” par rapport à leurs camarades est suffisant pour déclencher des symptômes viscéraux et émotionnels.

Les troubles du comportement ont tendance à être relativisés dans les établissement éducatifs. On suppose qu’une petite problématique est la conséquence d’un manque d’intérêt pour l’apprentissage, et vice versa. Peu à peu, l’enfant dyslexique entre dans une catégorie d’élèves de second rang avec qui il ne faut pas perdre de temps car, quoi qu’il arrive, il n’apprendra pas.

Certaines personnes reçoivent le diagnostic de la dépression avant que leur dyslexie ne soit détectée. Et le temps perdu retarde l’aide professionnelle. On leur prescrit même parfois des médicaments qui ne font rien pour les aider.

Un enfant timide collé à sa maman.

Découvrez aussi : 5 exercices pour développer le langage des enfants

Qui peut diagnostiquer la dyslexie ?

Etant donné qu’il n’existe pas de méthodes de diagnostic complémentaires comme l’IRM ou les scanners cérébraux, il est légitime de se demander qui peut établir le diagnostic ?

Au sein des troubles de l’apprentissage et de leur approche, nous dirions que les psychopédagogues, les logopédistes et les neuropsychologues sont les spécialistes formés pour cette tâche. A travers des tests et des évaluations conjointes, les équipes pluridisciplinaires peuvent réunir les critères qui suscitent les soupçons.

A la fin, un rapport signé par l’équipe de santé servira de certificat de diagnostic. L’étape suivante correspond à l’engagement familial et éducatif pour adapter le processus d’acquisition des connaissances au parcours de chaque enfant.

Enfin, en tant que parents, n’ayez crainte de demander une consultation avec les psychopédagogues présents dans les écoles et les centres de santé. Effectivement, le fait d’obtenir à temps un diagnostic de dyslexie peut complètement changer le développement futur d’un jeune enfant.

 

  • Lorenzo, Susana Tamayo. “La dislexia y las dificultades en la adquisición de la lectoescritura.” Profesorado. Revista de Currículum y Formación de Profesorado 21.1 (2017): 423-432.
  • Luis Bravo, V., B. Jaime Bermeosolo, and G. Arturo Pinto. “Dislexia fonémica: decodificación-codificación fonémica y comprensión lectora silenciosa.” Infancia y aprendizaje 11.44 (1988): 21-34.
  • Artigas-Pallarés, J. “Dislexia: enfermedad, trastorno o algo distinto.” Revista de neurología 48.2 (2009): 63-69.
  • González, Juan Eugenio Jiménez, Celia Morales Rando, and Cristina Rodríguez. “Subtipos disléxicos y procesos fonológicos y ortográficos en la escritura de palabras.” European Journal of Education and Psychology 7.1 (2014): 5-16.
  • Coalla, Paz Suárez, et al. “Dificultades de escritura en niños españoles con dislexia.” Infancia y Aprendizaje: Journal for the Study of Education and Development 39.2 (2016): 291-311.
  • Jiménez-Fernández, Gracia, et al. “El papel del aprendizaje implícito en la lectura: Dislexia vs Retraso Lector.” AA. VV. Respuestas Flexibles en Contextos Educativos Diversos. Murcia: Consejería de Educación, Formación y Empleo (2012).
  • Artigas-Pallarés, J. “Problemas asociados a la dislexia.” Revista de neurología 34.1 (2002): 7-13.
  • Alves, Rauni Jandé Roama, et al. “Test para la identificación de Señales de Dislexia: Evidencia de la Validez de Criterio.” Paidéia (Ribeirão Preto) 28 (2018).