Comment fonctionne le régime hormonal ?

Nos hormones sont essentielles au fonctionnement optimal de l'organisme. Elles régulent de nombreuses fonctions très variées telles que le transport de substances, l'humeur, la reproduction et le métabolisme. Un régime nous permet-il d'équilibrer le système endocrinien et de perdre du poids ?
Comment fonctionne le régime hormonal ?

Dernière mise à jour : 04 octobre, 2021

Si l’on suit l’idée développée dans le livre The Hormone Diet, il est possible de réguler le système endocrinien avec l’alimentation. Selon l’écrivaine, la Doctoresse Natasha Turner, “il existe environ 16 types d’hormones qui affectent la capacité à perdre du poids”.

Il s’agit notamment de l’insuline, des hormones sexuelles, des hormones du stress et de l’humeur. Conçu comme un régime pour perdre du poids et améliorer la santé, il se concentre sur la relation entre le fonctionnement hormonal et la perte de poids.

Le régime hormonal pour perdre du poids

Le régime hormonal promet une perte de poids grâce à la réactivation des hormones. Il repose sur l’idée que si certaines personnes n’arrivent pas à maigrir, c’est en raison d’un dysfonctionnement hormonal. Par conséquent, corriger les déséquilibres hormonaux dans l’organisme est ce qui permettrait de perdre du poids et de maintenir ce nouveau poids dans le temps.

Il favorise également une meilleure santé globale ainsi qu’une désintoxication de l’organisme. Pour y parvenir, la clé réside dans les habitudes alimentaires, l’exercice physique ainsi que les compléments nutritionnels. La régulation hormonale nécessite de prêter attention aux aliments consommés, à l’heure des repas et encore à d’autres habitudes de vie complémentaires.

Analyse sanguine des taux hormonaux.
Le régime hormonal est basé sur l’équilibre des hormones au sein de l’organisme.

Comment fonctionne-t-il ?

Le régime est conçu pour être réalisé en 3 étapes. Il dure six semaines.

Première étape : 2 semaines detox

Tout d’abord, il s’agit de corriger certaines habitudes alimentaires, puis d’abandonner la consommation de certains aliments et nutriments nocifs. Les boissons alcoolisées, à base de caféine, le gluten, le sucre ajouté, les produits laitiers, la viande ainsi que les agrumes, ne sont pas autorisés.

Parallèlement, il est recommandé d’augmenter l’ingestion de légumes, de fruits, de poisson, de soja, de boissons végétales, de fruits secs et de céréales complètes sans gluten. Selon les termes de sa créatrice, ce régime peut être défini comme une alimentation méditerranéenne à faible indice glycémique.

Deuxième étape : réintroduction alimentaire

Lors de la seconde phase, certains des aliments interdits durant les deux premières semaines peuvent être réintroduits. La liste est longue et il est toujours important de prêter attention à la tolérance individuelle de chacun. Il faut également cesser de consommer un grand nombre de produits ultra-transformés.

Dernière étape : des mesures complémentaires au régime hormonal

Enfin, dans la troisième phase, l’exercice physique est encouragé, afin d’activer les hormones et le bien-être émotionnel. Des conseils sont également indiqués pour un sommeil de qualité ainsi qu’une bonne gestion du stress.

Le régime hormonal est-il mauvais pour la santé ?

Si nous examinons les habitudes mises en avant par le régime hormonal, nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit d’une alimentation mauvaise ou dangereuse pour la santé. Réduire les calories  -sans pour autant transformer notre alimentation en une restriction calorique sévère – et favoriser la consommation d’aliments plus sains est la base de nombreuses directives pour perdre du poids.

Par ailleurs, le régime hormonal restreint l’ingestion de boissons et d’aliments transformés. Ce type de produits ne devraient être présents dans aucun type de régime, car ils nuisent à la santé. Un autre de ses points forts est que, outre l’alimentation, il met l’accent sur le sommeil, l’équilibre émotionnel, le stress – à éviter autant que possible – et l’exercice physique.

Toutefois, il est toujours recommandé aux personnes qui souhaitent perdre du poids de suivre un programme individualisé, en fonction de leurs besoins énergétiques et de leur activité quotidienne. Ce programme doit être adapté progressivement à la perte de poids obtenue.

Aliments transformés.
Le régime hormonal suggère d’éliminer les aliments transformés et ultra-transformés. Une mesure qui s’avère saine à bien des égards.

Le problème de la régulation hormonale

Le principal souci du régime hormonal est qu’il promet une régulation hormonale. Pour l’instant, il n’y a pas de preuve scientifique indiquant que cette promesse est tenue. Il existe des ouvrages sur le régime hormonal et ses applications, mais elles ne sont pas soutenues par des études scientifiques.

Comme nous l’avons vu, les hormones sont impliquées dans le fonctionnement général de notre organisme, au-delà de la régulation du poids corporel. C’est pourquoi essayer de les contrôler dans le seul but de maigrir pourrait être contre-productif.

Par ailleurs, ce régime favorise une perte de kilos importante en seulement deux semaines, ce qui est malsain et quelque peu surréaliste. Ce phénomène pourrait également avoir un impact négatif sur le métabolisme, entraînant par la suite une nouvelle prise de poids.

Le régime hormonal, un programme de plus pour perdre du poids

En résumé, le régime hormonal peut être considéré comme un régime qui favorise la perte de poids. Mais même s’il encourage une alimentation et des habitudes de vie saines, il n’est certainement pas valable pour tout le monde. Perdre rapidement du poids n’est souvent pas la bonne stratégie pour maintenir un poids sain sur le long terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
Méthodes dangereuses pour perdre du poids
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Méthodes dangereuses pour perdre du poids

Malheureusement, il existe encore beaucoup de personnes qui misent sur des méthodes dangereuses pour perdre du poids. Découvrez-les ici !



  • Byrne NM, et al. Intermittent energy restriction improves weight loss efficiency in obese men: the MATADOR study. International Journal of Obesity. Agosto 2017. 42-129-138.
  • Leibel RL, Rosenbaum M, Hirsch J. Changes in energy expenditure resulting from altered body weight. New Journal England of Medecine. Marzo 1995. 9;332(10):621-8.
  • Mann T, et al. Medicare’s search for effective obesity treatments: diets are not the answer. The American Psychologist. Abril 2007. 62(3):220-33.
  • Ogilive RP, Patel SR. The epidemiology of sleep and obesity. Sleep Health. Octubre 2017. 3(5):383-388.