Relation entre les hormones et la prise de poids

4 février 2018
Pour stimuler la production de l'hormone de croissance, et favoriser la transformation de la graisse en énergie, il est essentiel de dormir 8 heures par jour en plus de faire de l'exercice. 

Les habitudes alimentaires ont une grande influence sur le contrôle du poids. Toutefois, ces habitudes ne sont pas seules responsables de l’excès ou de la pertes de graisse. Certaines hormones participent également au processus de prise ou perte de poids.

Les hormones se chargent de réguler de nombreuses fonctions importantes du corps. Notamment le contrôle du métabolisme, de l’appétit, de la digestion et d’autres fonctions liées au poids.

Par conséquent, un déséquilibre de ces hormones peut avoir une incidence sur la prise de poids. Mais réciproquement, le surpoids peut être la cause d’un déséquilibre de ces hormones.

Ces hormones sont essentielles pour la santé. Nous allons énumérer les plus importantes d’entre elles, et détailler la relation entre les hormones et la prise de poids.

Les hormones et la prise poids : la leptine

Les hormones et la prise poids : la leptine

Cette hormone est sécrétée par les cellules graisseuses. Sa fonction est d’informer le cerveau lorsque nous avons suffisamment d’énergie stockée et que nous n’avons pas besoin de consommer plus de calories.

Pour cette raison, on dit d’elle qu’elle coupe la faim, et son équilibre est donc déterminant pour un poids sain.

Le problème est qu’un excès de graisse augmente le taux de leptine, et le cerveau cesse alors de répondre à ses signaux. Pour éviter que cela se produise, consommez plus de fruits, de légumes et d’autres aliments riches en antioxydants.

L’insuline

L’insuline est certainement l’hormone la plus connue en raison du rôle qu’elle joue dans le contrôle du sucre dans le sang. Toutefois, en plus d’exercer cette fonction importante, elle intervient également dans l’exploitation du métabolisme des nutriments en augmentant la dépense énergétique.

Si elle subit un quelconque déséquilibre ou une modification, les sucres sont alors stockés sous forme de graisse, rendant ainsi difficile la perte de poids.

Le cortisol

Les hormones et la prise poids : le cortisol

Connue comme étant l’hormone du stress, le cortisol est en relation avec l’augmentation de la graisse abdominale. En plus de son importance dans la pression artérielle, son autre fonction est de contrôler le métabolisme des lipides, des protéines et des glucides.

Lorsqu’elle est sécrétée en trop grande quantité en raison du stress ou autres facteurs stimulants, elle réagit négativement.

Lisez aussi : Remèdes naturels pour baisser les hauts niveaux de cortisol

Les œstrogènes et les androgènes

Les œstrogènes sont un groupe d’hormones essentiellement féminines, tandis que les androgènes sont essentiellement masculines.

Ces deux types d’hormones exercent une influence sur la distribution de la graisse dans le corps.  Ce qui explique que la masse corporelle varie en fonction de leur activité à chaque étape.

Par exemple, les femmes en période de reproduction ont tendance à stocker plus de graisse dans leur partie basse. Alors que pendant la ménopause les femmes ont tendance à l’accumuler dans l’abdomen.

L’hormone de croissance

Les hormones et la prise poids : l'hormone de croissance

Pour perdre du poids plus facilement, il faut augmenter le taux de cette hormone. Son activité interagit avec les cellules graisseuses, et favorise leur transformation en énergie. Pour la stimuler, il est recommandé de pratiquer régulièrement une activité physique et de dormir au moins 8 heures par jour.

L’épinéphrine 

Plus connue sous le nom d’adrénaline, cette hormone exerce une grande influence sur la transformation des graisses en énergie. Son activité supprime l’appétit, prévient l’accumulation de la graisse abdominale, et constitue donc un élément clé pour éviter l’obésité.

Une activité physique quotidienne est la meilleure façon de stimuler cette hormone et de la maintenir stable.

Lisez aussi cet article : Adrénaline : l’hormone de l’activité, du stress et des maux de tête

L’adiponectine

L’adiponectine est une hormone synthétisée par le tissu adipeux. Elle participe au métabolisme du glucose et des acides gras.

Son activité améliore la capacité des muscles à obtenir de l’énergie à travers les hydrates de carbone. Elle augmente également le rythme avec lequel le corps décompose les graisses et contrôle l’appétit.

Pour maintenir un taux équilibré, il faut pratiquer une activité physique et consommer des graisses monoinsaturées.

L’irisine

Les hormones et la prise poids : l'irisine

L’irisine est une hormone qui est sécrétée lors de la pratique d’une activité physique. Sa fonction est d’aider à brûler les calories plus efficacement. Elle agit même après la fin ses exercices physiques.

Elle atteint les cellules de graisse blanche (« mauvaise graisse ») par le sang, qu’elle transforme alors en graisse brune (« bonne graisse »).

La cholécystokinine

La fonction de cette hormone intestinale est de contrôler l’appétit en réduisant la consommation de calories. Lorsqu’elle se libère, elle diminue le volume consommé et prolonge la sensation de satiété qui survient pendant chaque repas.

En définitive, l’activité physique et l’équilibre hormonal jouent un rôle essentiel dans le contrôle du poids. L’adoption de bonnes habitudes ainsi que les contrôles médicaux sont clés pour éviter les dérèglements.

  • Universidad Mayor de San Simón. Facultad de Ciencias Médicas., M., & Carvajal Garcés, C. F. (2010). OBESIDAD Y RESISTENCIA A LA LEPTINA. Gaceta Médica Boliviana. https://doi.org/10.1016/j.jamcollsurg.2004.07.014
  • Almanza-Pérez, J. C., Blancas-Flores, G., García-Macedo, R., Alarcón-Aguilar, F. J., & Cruz, M. (2008). Leptina y su relación con la obesidad y la diabetes mellitus tipo 2. Gaceta Medica de Mexico. https://doi.org/10.1016/j.phpro.2012.05.036
  • Vasquez-Machado, M., & Ulate-Montero, G. (2010). Regulación del peso corporal y del apetito. Acta Médica Costarricense.
  • Fernando Carrasco, N., José Eduardo Galgani, F., & Marcela Reyes, J. (2013). Síndrome de resistencia a la insulina. estudio y manejo. Revista Médica Clínica Las Condes. https://doi.org/10.1016/S0716-8640(13)70230-X