Comment gérer l’hypothyroïdie : 4 conseils

11 octobre 2020
L'hypothyroïdie peut réduire la qualité de vie de la personne qui en souffre. Heureusement, la pratique de certaines habitudes saines peut aider à mieux la surmonter. Découvrez-les dans cet article !

Gérer l’hypothyroïdie est possible avec un peu de patience et en suivant toutes les indications de l’endocrinologue. Il est malgré tout important de prendre en compte l’importance de certains facteurs associés qui peuvent même être dangereux.

Même si, lors de ses étapes initiales, l’hypothyroïdie peut être asymptomatique, le désordre qu’elle produit sur le plan hormonal conduit généralement à des problèmes comme le surpoids, des douleurs articulaires, une infertilité ou des maladies cardiaques, entre autres.

Ceci veut donc dire qu’il sera essentiel de faire quelques changements dans le style de vie. Approfondissons ce sujet.

4 conseils pour gérer l’hypothyroïdie

La diminution de la production d’hormones thyroïdiennes interfère dans l’équilibre normal des réactions chimiques du corps. Par conséquent, les patients atteints d’hypothyroïdie ont tendance à prendre du poids et présentent des symptômes comme de la fatigue prolongée, des palpitations, une dépression, une constipation ou une sensation constante de froid.

Actuellement, le traitement par des hormones thyroïdiennes synthétiques permet de gérer l’hypothyroïdie de façon sûre et efficace. Cependant, pour compléter ses effets, il convient de mettre en pratique quelques habitudes saines qui peuvent aider à contrôler ses symptômes.

Prenez note !

Ceci peut vous intéresser : 10 aliments bienfaisants pour traiter l’hypothyroïdie

1. Augmenter la consommation d’iode

Des aliments riches en iode.

L’iode est un élément de base dont l’organisme a besoin pour élaborer les hormones thyroïdiennes.

La carence en iode est l’un des facteurs qui ont une incidence sur le développement de l’hypothyroïdie, selon cette étude réalisée par le Dr. Chung. L’une des recommandations pour gérer ce trouble est donc d’augmenter sa consommation à travers des sources naturelles comme les blettes, les radis, les algues, les céréales ou les poissons.

Il faut cependant prendre en compte que si l’hypothyroïdie n’est pas causée par la carence en iode, augmenter sa consommation peut être inutile. En fait, prendre des suppléments d’iode en excès pourrait nuire davantage à la fonction de la glande thyroïde, compliquant ainsi le traitement de ce déséquilibre.

Par conséquent, avant de procéder à une modification alimentaire, il est fondamental de consulter un endocrinien.

2. Maintenir un régime équilibré

L’une des conséquences de cette maladie est la prise de poids. Modifier les habitudes antérieures par un régime sain élaboré par l’endocrinien permettra l’absorption adéquate de nutriments et favorisera les fonctions du métabolisme pour contrôler le poids corporel.

Un régime équilibré doit contenir les choses suivantes :

  • Des sources de fibres, comme les céréales complètes, les fruits secs, les graines, les fruits et végétaux.
  • Des aliments riches en protéines maigres, comme le poulet, la dinde, les poissons, etc.
  • De l’eau.
  • Des graisses saines, comme celles qu’apporte l’huile d’olive, l’avocat ou les poissons gras, entre autres.

Par ailleurs, il faut éliminer du régime tout ce qui peut être nocif, aussi bien pour la thyroïde que pour avoir un poids sain. Ceci inclut les sucres et les farines raffinées, les graisses saturées et trans, les huiles hydrogénées, etc.

Lisez aussi : Connaissez-vous la différence entre l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie ?

3. Parler avec un psychologue

En raison des altérations qui se produisent dans l’axe hypothalamo-hypophyso-thyroïdien et dans le système de neurotransmetteurs, la dépression peut être l’un des symptômes de l’hypothyroïdie.

Il est donc recommandé de consulter un psychologue. Il est très important de prendre soin de votre santé mentale, surtout quand une maladie chronique entre en jeu.

4. Faire de l’exercice physique pour gérer l’hypothyroïdie

L’exercice physique régulier est indiqué pour gérer l’hypothyroïdie et ses effets sur la santé.

S’il ne remplace pas la thérapie hormonale, on peut néanmoins en tirer des bénéfices spécifiques complémentaires, surtout sur le poids et la santé cardiovasculaire, comme l’affirme cette étude réalisée par une équipe du Shri Ram Murti Smarak Institude of Medical Sciences (Inde).

Les entraînements modérés réduisent le risque de maladies du cœur. Ils aident aussi au contrôle des symptômes liés à la prise de poids, à la fatigue et aux douleurs articulaires.

Le plus important est néanmoins d’adapter la routine aux capacités physiques de chacun. C’est pour cela que la pratique de ces activités doit se faire de façon graduelle.

Des protéines végétales.
Les protéines végétales devraient faire partie de l’alimentation, mais elles sont moins digestes que les protéines animales.

N’abandonnez pas

L’hypothyroïdie est un trouble qui entraîne une dérégulation des fonctions de l’organisme. Ainsi, pour éviter qu’elle n’affecte la qualité de vie, il est important de chercher un traitement médical adéquat et d’améliorer le style de vie.

Il est aussi recommandé de parler avec un psychologue. Vous ne devez pas laisser la maladie affecter votre humeur. Vous êtes fort et vous pourrez combattre cette maladie : vous avez seulement besoin d’un peu d’aide supplémentaire.

 

  • Chung, Hye Rim. (2014).Iodine and thyroid function. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4049553/
  • Galindo, José Roberto., Reyes, Elena.Differential Diagnosis between Anxiety and Thyroid Disease. http://www.bvs.hn/RHPP/pdf/2016/pdf/Vol10-2-2016-6.pdf
  • VV.AA. (2015) The effect of regular physical exercise on the thyroid function of treated hypothyroid patients: An interventional study at a tertiary care center in Bastar region of India. http://www.amhsjournal.org/article.asp?issn=2321-4848;year=2015;volume=3;issue=2;spage=244;epage=246;aulast=Bansal