Comment gérer les pensées obsessionnelles ?

12 novembre 2019
Il existe des techniques pour apprendre à gérer les pensées obsessionnelles. L'important est de savoir comment on les gère. Vous voulez en savoir plus ? Nous vous disons tout ce qu'il y a à savoir dans cet article.

Avoir des pensées obsessionnelles est quelque chose de commun chez les personnes en général. Nous sommes des êtres pensants et il est important que nous soyons conscients de la possibilité d’héberger de multiples pensées aléatoires. Le problème apparaît lorsque ces pensées deviennent obsessionnelles et qu’elles limitent notre fonctionnement quotidien.

Cela survient souvent parce que la personne accorde trop de valeur ou d’importance au fait de penser à quelque chose. De fait, la pensée passe d’un simple évènement mental à un problème d’ordre psychologique. L’action d’accorder de la valeur aux pensées est quelque chose sur lequel nous avons une capacité de contrôle.

Il existe de grandes différences sur la manière dont on gère nos évènements cognitifs. Il y a des personnes qui sont capables de ne pas fusionner avec leurs pensées, de les voir telles qu’elles sont et ne pas leur octroyer trop de valeur ni trop d’importance.

Par ailleurs, il existe des personnes –souvent très perfectionnistes et responsables, qui gèrent leurs pensées comme si elles étaient des situations réelles.

L’une des principales manières d’apprendre à gérer les pensées obsessionnelles est logiquement que le patient apprenne de nouvelles manières de gérer ses pensées. L’objectif est que la pensée ne contrôle pas la vie de la personne.

Lisez également : Comment éviter les obsessions mentales ?

Penser ou ne pas penser ? Telle est la question

Une femme en train de pleurer à cause de pensées obsessionnelles

Les pensées obsessionnelles peuvent devenir très gênantes. Souvenez-nous de toutes les fois où le tube de l’été vous est resté dans la tête sans pouvoir le faire disparaître. De fait, plus vous essayiez de ne pas l’entendre ni de la chantonner, plus elle vous dérangeait.

Il se passe exactement la même chose avec les pensées obsessionnelles. L’idée de « ne pas penser » induit paradoxalement un effet rebond. La pensée devient encore plus présente. Par conséquent, il faut apprendre à mettre nos pensées de côté, en les contemplant comme si nous étions spectateurs de nos propres processus mentaux.

Néanmoins, cet exercice est loin d’être facile. Nous avons déjà expliqué que les obsessions sont très inconfortables et qu’il est naturel de vouloir les éliminer de notre esprit pour nous libérer de l’anxiété. C’est là qu’entrent en jeu les compulsions. Ce sont ces actes moteurs qui neutralisent le mal-être et font que l’obsession diminue.

A voir : Douleur physique et anxiété : quelle est leur relation ?

À court terme, il semblerait que cela soit efficace. En revanche, le long terme nous montre que la « solution » devient le véritable problème. Nous devenons dépendants de ces compulsions et nous les utilisons pour éliminer les obsessions. Ces dernières s’en voient ainsi renforcées.

Stratégies pour gérer les pensées obsessionnelles

L’idée est de ne pas tomber dans la compulsion comme un moyen de neutraliser les pensées ni de les éviter. Par conséquent, les stratégies qui ont fait leurs preuves jusqu’à maintenant pour gérer les pensées obsessionnelles sont les suivantes :

Appliquer la défusion cognitive

Se défusionner cognitivement de nos évènements mentaux signifie savoir séparer les pensées de la réalité et de soi-même. Autrement dit, vous devez vous dire que vous n’êtes pas vos pensées, vous êtes bien plus. Par ailleurs, il est également nécessaire de se rendre compte que le fait d’avoir des pensées ne signifie pas que celles-ci sont réelles.

Les pensées ne sont rien de plus que des contenus psychologiques, des images, des perceptions… Mais elles ne constituent pas des réalités objectives et vérifiables. Il est insensé d’agir selon des idées qui ne correspondent pas à la vérité. 

Il est bien mieux de considérer les pensées comme des entités qui ne vous plaisent pas, de les regarder passer, y compris de les saluer et de rester avec elles, jusqu’à ce qu’elles s’en aillent d’elles-mêmes en diminuant leur intensité.

Réduire la valeur accordée

Deux femmes en train de discuter de pensées obsessionnelles

Nous n’avons aucune raison d’accorder de l’importance à une pensée pour le seul fait de l’avoir. Tel que nous l’avons déjà indiqué, penser est humain, tout comme le fait de rêver. Nous avons tous des pensées que nous aurions honte de reconnaître ou de raconter. Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’elles sont importantes ni qu’elles nous définissent de quelque manière que ce soit. Par conséquent, il est bon de diminuer la valeur que nous y accordons.

Embrasser la pensée

Nous devons essayer de réaliser l’exercice mental d’embrasser nos pensées. Embrasser nos démons suppose d’être ouverts à l’expérience d’être en leur présence, bien qu’ils nous déplaisent.

Inhiber les compulsions

Cette partie est fondamentale. Chaque compulsion que nous produisons donne une raison d’être à la pensée. Autrement dit, nous réalisons un acte réel sur la base d’une idée mentale.

Réalité et esprit sont deux mondes différents qui n’ont pas de raison d’aller de pair. Il est ainsi nécessaire de faire l’effort d’inhiber la compulsion pour ne pas alimenter davantage les pensées obsessionnelles.

Vous avez des pensées obsessionnelles ? Tel que vous avez pu le remarquer, il existe plusieurs stratégies pour les gérer et éviter qu’elles ne prennent le contrôle de notre vie. Il peut néanmoins être indiqué de consulter un psychologue.

 

  • Ruiz, M.A., Díaz, M. I., Villalobos, A. (2012). Manual de Técnicas de Intervención Cognitivo Conductuales. Desclée De Brouwer, S.A
  • Julien, D., O’Connor, K. P., & Aardema, F. (2007). Intrusive thoughts, obsessions, and appraisals in obsessive-compulsive disorder: A critical review. Clinical Psychology Review. Elsevier Inc. https://doi.org/10.1016/j.cpr.2006.12.004
  • Kühn S, Schmiedek F, Brose A, Schott BH, Lindenberger U, Lövden M. The neural representation of intrusive thoughts. Soc Cogn Affect Neurosci. 2013;8(6):688–693. doi:10.1093/scan/nss047
  • Masuda, A., Twohig, M. P., Stormo, A. R., Feinstein, A. B., Chou, Y. Y., & Wendell, J. W. (2010). The effects of cognitive defusion and thought distraction on emotional discomfort and believability of negative self-referential thoughts. Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry41(1), 11–17. https://doi.org/10.1016/j.jbtep.2009.08.006
  • Morein-Zamir S, Fineberg NA, Robbins TW, Sahakian BJ. Inhibition of thoughts and actions in obsessive-compulsive disorder: extending the endophenotype?. Psychol Med. 2010;40(2):263–272. doi:10.1017/S003329170999033X