Comment la radiothérapie agit-elle ?

5 octobre 2020
Aujourd'hui, la radiothérapie est devenue beaucoup plus précise et a moins de conséquences négatives que dans le passé. Ce traitement s'utilise pour détruire les cellules cancéreuses à travers l'application de hautes radiations.

La radiothérapie est un traitement oncologique. Elle se base sur l’utilisation de radiations ionisantes comme des rayons gamma, des protons et des particules alpha. Cette technique s’appuie sur une haute fréquence pour détruire les cellules cancéreuses.

L’Institut National du Cancer la définit comme un traitement qui se base sur de hautes doses de radiations afin de détruire et de réduire des tumeurs. Il s’agit d’un processus local car l’objectif est de détruire les cellules cancérigènes à l’endroit où elles se trouvent.

Ce traitement se pratique depuis un siècle. Les progrès de la physique, de l’oncologie et de l’informatique ont permis de beaucoup avancer dans cette spécialité. Ils se reflètent d’ailleurs à travers l’amélioration technologique des équipements au niveau de la qualité et de la précision.

Comment fonctionne la radiothérapie ?

La radiothérapie consiste à utiliser beaucoup d’énergie pour endommager l’ADN des cellules cancéreuses, produisant ainsi de petites failles à l’intérieur de ces dernières. De cette façon, elles ne peuvent plus se diviser et grandir.

La radiation est efficace car elle s’applique de façon localisée sur les cellules oncologiques. Celles-ci se reproduisent plus rapidement que les cellules normales et ne peuvent pas réparer les dommages dont elles souffrent de façon efficace. S’il est vrai que les cellules normales sont aussi touchées par la radiothérapie, elles peuvent malgré tout guérir entre les sessions.

Ce processus se fait sur plusieurs jours ou semaines car une seule application ne suffit pas pour aboutir à une mort cellulaire. Une fois que la capacité reproductive des cellules cancéreuses a été détruite, le corps s’en libère de façon naturelle ; elles se décomposent et l’organisme s’en débarrasse.

Une radiothérapie du cerveau.

La radiothérapie cherche à détruire les cellules cancérigènes à travers les radiations.

Poursuivez votre lecture : Métastases osseuses : symptômes et traitements

Qui sont ceux qui appliquent ce traitement ?

Au cours du traitement par radiothérapie, plusieurs professionnels de la médecine interviennent. En général, on retrouve des personnes comme :

  • L’oncologue radiothérapeute : c’est le médecin qui supervise tout le traitement par radiations contre le cancer car il est formé pour l’administrer de façon adéquate.
  • Le radiophysicien : c’est un physicien spécialisé en radiations. Sa fonction est de garantir que l’équipe qui émet les rayons fonctionne correctement et que la dose adéquate de rayons soit administrée.
  • Le technicien dosimétriste : il s’agit de la personne qui aide le médecin et le radiophysicien à planifier le traitement.
  • Le radiotechnicien : c’est la personne chargée de faire fonctionner le matériel de radiation et de donner des indications au patient.
  • L’infirmier-e radiothérapiste : il/elle a une formation spéciale en radiothérapie pour assister le patient et fournir des informations.

Il faut ici souligner que le traitement varie selon le type de radiothérapie que l’on doit appliquer. Les types de radiothérapie les plus employés sont les suivants :

  • Interne : si la source de radiation est placée dans le corps.
  • Externe : quand les rayons sont dirigés de l’extérieur du corps vers la tumeur.
  • Systémique : si on a recours à des médicaments radioactifs.

Effets secondaires de la radiothérapie

L’application de radiothérapie peut endommager les cellules saines qui se trouvent à proximité des cellules cancéreuses. Même s’il est vrai qu’elles peuvent récupérer, certains effets secondaires peuvent apparaître. Ils varient selon chaque cas. Les plus fréquents sont les suivants :

  • Problèmes de peau : sécheresse, démangeaisons ou desquamation, ainsi qu’une formation d’ampoules. Ces problèmes ont tendance à disparaître au bout de quelques semaines.
  • Fatigue : impression d’être tout le temps fatigué.

Les effets secondaires sont liés à la partie du corps qui a reçu une dose de radiations :

  • Tête et cou : on peut retrouver une sécheresse et des plaies dans la bouche et sur les gencives, ainsi que des difficultés à avaler, des mandibules rigides, des nausées, des caries ou un type d’inflammation du nom de lymphœdème. 
  • Thorax : il est possible de voir surgir des difficultés à respirer ou à avaler, des douleurs au niveaux des seins ou des tétons, des épaules rigides, de la toux, de la fièvre et une plénitude thoracique, aussi appelée pneumopathie radique et fibrose par radiation.
  • Estomac et abdomen : on retrouve des nausées, des vomissements ou de la diarrhée.
  • Pelvis : diarrhée, saignement rectal, incontinence, irritation de la vessie, dysfonction érectile et plus faible dose de sperme chez les hommes. Ce sont des altérations habituelles. Chez les femmes, on retrouve des altérations au niveau des menstruations et des symptômes de ménopause précoce.
Un patient qui suit une radiothérapie.

Les effets secondaires sont fréquents car les cellules normales, non oncologiques, souffrent aussi des effets du traitement.

Lisez également : Comment lutter contre le cancer de l’utérus

Recommandations générales si vous devez suivre ce traitement

Avant de commencer un traitement par radiothérapie, on doit demander au médecin comment il se réalisera et quels seront les possibles effets secondaires. Il se peut qu’un régime spécial soit recommandé pour lutter contre des désagréments tels que les nausées ou les difficultés pour manger.

Au cours du traitement, l’organisme dépense beaucoup d’énergie à essayer de guérir. Les aliments riches en protéines et en calories sont donc conseillés car ils permettent de maintenir un poids adéquat chez le patient. Un plan nutritionnel sain et équilibré aidera à compenser la dépense d’énergie.

La peau doit recevoir une attention spécial car c’est le premier organe qui reçoit les radiations. Il n’est pas conseillé d’utiliser des crèmes ou autres produits sans d’abord consulter un médecin. Enfin, il est recommandé de porter des vêtements amples, sans élastiques pouvant frôler la zone où l’on reçoit les radiations ; cela permet de prévenir les plaies ou les desquamations.

 

  • Sánchez, N. C. (2013). Conociendo y comprendiendo la célula cancerosa: Fisiopatología del cáncer. Revista Médica Clínica Las Condes, 24(4), 553-562.
  • Bayo, N. (2001). Reacción celular ante la radiación. Radiobiología, 1(1), 9-11.
  • Guinot, J. L. (2004). Entre el miedo y la esperanza: la experiencia de afrontar un cáncer. Anaya-Spain.
  • Nejaim, Yuri, et al. “Racionalización de la dosis de radiación.” Revista estomatologica herediana 25.3 (2015): 238-245.
  • Torrecilla, José López, and Ernesto Bataller Alonso. “Situación de la braquiterapia en España. Análisis de complejidad y tiempos de preparación y tratamiento.” Revista de Oncología 3.2 (2001): 91-99.
  • Expósito, José, et al. “Variabilidad en los tratamientos con radioterapia externa. Estudio de los hospitales públicos de Andalucía.” Var Práct Méd Sist Nac Salud 3.2 (2009): 236-240.
  • García López, Andrea. “Radioisótopos de iodo con aplicaciones biomédicas.” (2017).
  • Villarín, Alfredo J. Lucendo, Laura Polo Araujo, and Jesús Noci Belda. “Cuidados de enfermería en el paciente con cáncer de cabeza y cuello tratado con radioterapia.” Enfermería Clínica 15.3 (2005): 175-179.
  • Heredia, Gilda Lucia Garcia, et al. “Manifestaciones bucales por radioterapia en pacientes geriátricos con cáncer de cabeza y cuello.” Revista Cubana de Estomatología 54.4 (2017): 1-11.
  • Montero, A., et al. “Control de síntomas crónicos: Efectos secundarios del tratamiento con Radioterapia y Quimioterapia.” Oncología (Barcelona) 28.3 (2005): 41-50.
  • Kelsey, Thomas, Raúl de Diego Burillo, and Justo Callejo Olmos. “Radioterapia y gonadotoxicidad femenina.” Preservación de la fertilidad en la paciente oncológica (2009): 43.