Comment parler à votre enfant de la compétition ?

29 octobre 2020
La compétition lorsqu'elle est saine apporte de nombreux bénéfices. Au contraire, la compétition toxique ne fait que nous blesser. Découvrez comment vous pouvez aider votre enfant à devenir un bon compétiteur tout en encourageant des valeurs saines.

Apprendre à votre enfant à aimer la compétition tout en partageant des valeurs de partage et d’empathie peut paraître difficile. C’est pourquoi nous vous proposons aujourd’hui d’aborder le sujet afin de vous donner quelques idées sur la manière de parler de la compétition à votre enfant. Lisez donc cet article pour en savoir plus !

La compétition fait partie intégrante de notre société. C’est pourquoi elle est souvent encouragée au sein de la famille. Mais que se passe-t-il lorsqu’un enfant ne profite plus de ses activités extrascolaires en raison d’un excès de compétition ? Découvrez tout cela et plus encore à présent.

Parler de la compétition avec votre enfant

Avant de rentrer dans le vif du sujet, essayons de définir ce qu’est la compétition. Au fond, on pourrait dire que la compétition implique de vouloir réaliser quelque chose qui dépasse ce que l’on ne pensait pas être capable de faire. Comme vous pouvez le constater, la compétition n’est pas nécessairement synonyme de victoire ou de dépassement des autres. Il est en fait surtout question d’amélioration personnelle.

Une compétition saine et toxique

Une fillette qui joue à un jeu vidéo.

Le bon compétiteur sait gagner mais il sait surtout perdre. Il est conscient que perdre fait partie du processus d’apprentissage et de celui d’amélioration. Malgré cela, il conçoit l’idée de réussir dans le futur.

Au contraire, un compétiteur toxique ne se préoccupe que d’être au-dessus des autres. La compétition pour lui est liée uniquement à la supériorité. Il estime que «perdre» ne lui apporte rien d’autre que de la frustration et un lot d’émotions désagréables.

Maintenant, que voulez-vous pour votre enfant ? Certainement la première option. Le bon compétiteur n’apprécie pas seulement les résultats, mais aussi le processus, la chemin. En effet, ceci est dû au fait que le résultat n’est pas une fin en soin.

Lorsque l’enfant se concentre uniquement sur le résultat, lorsque la seule chose qui compte pour lui est de battre les autres, c’est une relation toxique à la compétition qui s’établit. Cette dernière est un frein à l’apprentissage, au plaisir et au dépassement. Pour cette raison, il est très important de répondre à la question suivante. Comment parler à son enfant de la compétition ?

Découvrez aussi : Comment enseigner à vos enfants à demander pardon ?

Des idées pour encourager une compétition saine

Faire une compétition en famille.

La première étape pour que votre enfant devienne un bon compétiteur est de lui en parler. Votre tout-petit doit comprendre que le plus important n’est pas le résultat final mais bien l’effort personnel pour atteindre son objectif. Pour cela, il est extrêmement important que vous donniez l’exemple. En effet, si vous êtes un compétiteur sain, vos enfants sont plus susceptibles de l’être également.

Asseyez-vous avec votre enfant et discutez avec lui. Expliquez-lui que tout le monde gagne et perd à des moments différents. Parlez-lui d’une expérience que vous avez vécue et ouvrez la porte à toutes sortes de sentiments. Votre enfant doit savoir qu’il est normal de se sentir frustré lorsqu’on perd. Cependant, ces sentiments ne doivent pas venir entacher son plaisir.

Voici quelques idées pour promouvoir une concurrence saine et équitable qui aidera votre tout-petit à devenir un concurrent sain à long terme.

1. Les objectifs personnels

Pour que votre enfant devienne un bon compétiteur, il est important qu’il poursuive un objectif. Le problème est que nous nous concentrons souvent sur la mauvaise cible.

L’accent doit être mis sur : «Je veux faire de mon mieux» plutôt que sur «Je veux gagner». Ce léger changement de point de vue libère l’enfant de la culpabilité lorsqu’il ne gagne pas. Prenons un exemple. Imaginez
que votre enfant fait de la course à pied. Plutôt que de battre tous les autres enfants durant la compétition, son objectif pourrait être de courir plus vite qu’il ne le fait habituellement.

2. L’importance de l’effort

Des enfants qui jouent en plein air.

Dans tous les domaines de la vie, le plus important est de donner le meilleur de soi. L’effort personnel à une valeur bien supérieure au simple fait de gagner. C’est ce que vous devez souligner à votre enfant.

S’il a donné le meilleur de ses capacités, il se sera sûrement amélioré et il n’y a rien de plus précieux que ce dépassement! En fait, il s’agit là du vrai triomphe. Etre un peu meilleur chaque jour. Et ce, même s’il y a quelqu’un qui démontre de meilleures performances.

Ne manquez pas : Votre enfant souffre-t-il d’anxiété sociale ? 4 conseils pour l’aider

3. Pour apprendre on droit se tromper

Vous vous souvenez probablement que vos parents vous ont dit que nos erreurs nous aident à apprendre. Et c’est vrai! Vos enfants doivent également faire des erreurs pour avancer. Tout comme nous. Celui qui n’échoue pas, ne s’améliore pas.

4. Se concentrez sur soi-même

Pour que votre enfant puisse profiter de ses activités, il est nécessaire de quitter des yeux la «récompense». Gagner ne devrait pas être le seul prix. La vraie motivation devrait plutôt être l’amusement et l’apprentissage. Cherchez à ce que votre enfant vive chaque expérience et la savoure pleinement. C’est seulement alors qu’il en profitera et vivra la compétition d’une manière saine.

5. Montrez à votre enfant que vous êtes fier de lui

Les enfants ont besoin du soutien inconditionnel de leurs parents. Il est important pour eux de savoir que vous êtes à leurs côtés, que vous les aimez quels que soient leurs résultats et que vous êtes fier d’eux pour leurs efforts et leur ténacité.

Ne devenez donc pas ces parents qui hurlent au bord du terrain pour que leur enfant marque un but. Évitez aussi les situations où votre tout-petit pourrait se sentir sous pression. N’oubliez pas que pour que votre enfant soit un bon compétiteur, vous devez l’être aussi!

  • Bisquerra Alzina, R., & Pérez Escoda, N. (2007). Las competencias emocionales. Educación XX1. https://doi.org/10.5944/educxx1.1.10.297
  • Attewell, P. (2016). ¿Qué es una competencia? Pedagogia Social Revista Interuniversitaria. https://doi.org/10.7179/psri_2009.16.03
  • TOLEDANO, Á., & INFANTIL, E. (2009). LA AUTOESTIMA EN LOS NIÑOS/AS. Csi-Csif.Es.