Comment traiter la pharyngite virale ?

16 septembre 2020
La pharyngite virale est une inflammation causée par un virus. Il s'agit d'une infection commune qui, dans la plupart des cas, ne génère pas de complications et dont les symptômes disparaissent en quelques jours.

La pharyngite virale est la forme la plus courante de cette maladie. Entre 60 et 80% des pharyngites sont causées par un virus. Cependant, la plupart du temps elles sont traitées avec des antibiotiques. Ce qui est une erreur car ces médicaments ne devraient être utilisés uniquement en cas d’infection bactérienne.

En général, cette forme de la maladie se présente au cours des saisons ou des périodes froides. Il s’agit d’une infection contagieuse. La meilleure mesure de prévention consiste donc à éviter tout contact avec une personne malade.

Qu’est-ce la pharyngite virale ?

L’inflammation de la muqueuse du pharynx causée par une infection virale est connue sous le nom de pharyngite virale. Le pharynx est une structure anatomique en forme de tube, qui relie la cavité buccale avec le larynx et l’oesophage. Il se situe dans le cou et mesure, chez un adulte, environ 13 centimètres.

Néanmoins, il faut savoir que le pharynx peut s’enflammer pour diverses raisons. Parfois, cela se produit parce qu’il y a une infection bactérienne ou la présence d’un champignon. En outre, dans jusqu’à 30% des cas, il n’y a aucun agent pathogène.

Par conséquent, on nomme pharyngite virale seulement celle qui est causée par un virus. L’évolution de la maladie dépend du type de virus impliqué et de la prise en charge de la maladie. Des complications ne surviennent que dans de rares cas.

La pharyngite virale se déclare dans la gorge.

Lisez également : Rhinopharyngite chez l’enfant: symptômes, causes et traitements

Causes de la pharyngite virale

La pharyngite virale est généralement associée à une infection virale. En d’autres termes, c’est l’un des symptômes d’une autre maladie infectieuse. Lorsque cette inflammation se manifeste sans la présence d’autres symptômes, on parle de pharyngite virale non spécifique.

Dans ce dernier cas, la maladie présente souvent une apparition progressive et entraîne peu d’affections. La condition se résout généralement en deux ou trois jours. Dans tous les autres cas, les virus et les pathologies associés peuvent être les suivants :

  • Adénovirus, entérovirus et rhinovirus : ils génèrent des rhumes et des pharyngites
  • Grippe : cause parfois la grippe et également la pharyngite
  • Herpès simple (HSV) : dans ce cas, la pathologie principale est l’herpès simple
  • Epstein-Barr : il s’agit du virus de la mononucléose infectieuse
  • Immunodéficience humaine : il provoque un syndrome rétroviral aiguë qui s’accompagne d’une pharyngite

Identifier la maladie

Le symptôme caractéristique de cette maladie est le mal de gorge. En plus de cela, il existe d’autres manifestations qui peuvent se présenter avec plus ou moins d’intensité, en fonction de chaque personne. Voici les principaux symptômes :

  • Sécheresse dans la gorge
  • Douleur en avalant des aliments, voire même la salive
  • Inflammation des amygdales, également connue comme amygdalite
  • Fièvre qui ne dépasse pas les 38°C
  • Mal de tête
  • Ganglions du cou enflammés
  • Sensation de fatigue

Les symptômes peuvent variés selon le type de virus à l’origine de la maladie. Lors d’une pharyngite virale aiguë, le pharynx devient rouge et est couvert de mucus. Dans le cas de la pharyngite chronique, la muqueuse est pâle, mince et couverte d’un mucus épais.

En général, le diagnostic est clinique et s’établit sur la base d’un examen physique du patient. Dans certains cas, des tests comme la culture pharynx-amygdale sont effectués afin d’écarter la pharyngite bactérienne.

Une femme qui a mal à la gorge à cause d'une pharyngite virale.

Découvrez aussi : Remèdes maison pour traiter la pharyngite

Quel est le traitement de la pharyngite virale ?

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la pharyngite virale. Souvent, on préconise des remèdes maison comme les gargarismes à l’eau tiède et au sel. Cela consiste à diluer 3 grammes de sel dans un verre d’eau tiède puis de faire des gargarismes trois fois par jour.

Par ailleurs, il est fondamental de boire beaucoup d’eau. Cela aide à rafraîchir la gorge et contribue également à purifier l’organisme contre les virus. Il est préférable de suivre un régime mou, de se reposer et d’éviter les substances irritantes telles que le tabac et les aliments épicés.

En outre, il est essentiel de ne pas prendre d’antibiotiques au cas où la pharyngite est virale. Ils ne sont d’aucune utilité. Bien au contraire, la personne qui les prend rend les bactéries encore plus résistantes à ces médicaments.

Il est rare que la pharyngite présente des complications. Cependant, il est prouvé que les cas de pharyngite-amygdalite aiguës sont devenus plus agressifs ces dernières années. Il s’agit d’une forme de pharyngite qui touche les amygdales et qui est également causée par un virus dans 80% des cas.

 

  • Wilson A. Pharyngitis. Essential Infectious Disease Topics for Primary Care. 2008;15-24. doi:10.1007/978-1-60327-034-2_2
  • Wolford RW, Goyal A, Belgam Syed SY, et al. Pharyngitis. [Updated 2020 May 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519550/
  • Boktor SW, Hafner JW. Influenza. [Updated 2020 May 26]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459363/
  • Coco A, Kleinhans E. Prevalence of primary HIV infection in symptomatic ambulatory patients. Ann Fam Med. 2005;3(5):400-404. doi:10.1370/afm.376
  • van der Veen EL, Sanders EA, Videler WJ, van Staaij BK, van Benthem PP, Schilder AG. Optimal site for throat culture: tonsillar surface versus posterior pharyngeal wall. Eur Arch Otorhinolaryngol. 2006;263(8):750-753. doi:10.1007/s00405-006-0046-6
  • Satomura K, Kitamura T, Kawamura T, et al. Prevention of upper respiratory tract infections by gargling: a randomized trial. Am J Prev Med. 2005;29(4):302-307. doi:10.1016/j.amepre.2005.06.013