Comment traiter les salmonelles et E. coli naturellement ?

Bien que la plupart des personnes se rétablissent rapidement, les infections à salmonelles et à E. coli peuvent être très dangereuses chez les personnes en mauvaise santé et chez les enfants. Il est nécessaire de maintenir des niveaux d'hygiène optimaux lors de la manipulation des aliments.
Comment traiter les salmonelles et E. coli naturellement ?

Dernière mise à jour : 30 décembre, 2021

Les salmonelles ou Salmonella  et E. coli sont deux des bactéries les plus « communes » aujourd’hui. Elles affectent le système intestinal et sont liées aux aliments mal préparés ou mal cuits, ainsi qu’à l’hygiène lors de la manipulation des aliments.

Cependant, l’état de la personne qui consomme ces aliments y est aussi pour beaucoup. En effet, les bactéries prolifèrent dans un environnement « propice », comme un organisme malade. Apprenez-en davantage ci-dessous.

Les maladies liées à l’alimentation

Le système de production industrialisé actuel ne conserve pas ou ne cuit pas toujours correctement les aliments. De plus, de mauvaises mesures d’hygiène lors de la manipulation des aliments peuvent également provoquer la prolifération de bactéries toxiques pouvant même être mortelles.

Cependant, tout dépendra de l’état de santé de la personne qui les consomme. En effet, il est plus fréquent que Salmonella ou E. coli affecte les personnes âgées, les enfants ou les adultes atteints d’une maladie.

Les salmonelles

Les salmonelles sont des bactéries qui vivent dans les intestins des humains, des animaux et des oiseaux infectés. Par conséquent, elles sont transmises par les selles. L’hygiène lors de la manipulation des aliments à toutes les étapes de la chaîne – de la ferme à la table – est donc essentielle pour prévenir leur apparition. De plus, il faut garder à l’esprit que leur présence dans les aliments n’altère ni son goût ni son apparence, elle ne peut donc pas être détectée.

L’infection causée par Salmonella est la salmonellose. De 0 à 72 heures après avoir été contaminée, l’individu peut présenter une diarrhée, des douleurs abdominales et parfois de la fièvre.

Les symptômes apparaissent plus clairement à partir du quatrième ou du septième jour : maux de tête, fièvre,  diarrhée, douleurs abdominales et éruptions cutanées sur la poitrine et le dos. Normalement, la convalescence dure entre 1 et 8 semaines.

Bactéries analysées en laboratoire.

Escherichia coli

Pour sa part, E. coli (Escherichia coli) est une entérobactérie présente dans les intestins. Elle a été découverte en 1885, mais elle était presque inconnue jusqu’à récemment. Certaines épidémies aux États-Unis ont attiré l’attention sur cette bactérie.

Bien qu’elle fasse partie des bactéries nécessaires au bon fonctionnement du processus digestif, certaines souches peuvent être dangereuses, comme Escherichia coli O157H7. L’infection est liée au manque d’hygiène au moment de la manipulation des aliments, notamment des viandes crues et des légumes. Par conséquent, la bactérie est liée à une mauvaise cuisson des aliments et à des températures inférieures à 70 degrés.

Elle peut provoquer des infections intestinales et excrétrices, une cystite, une inflammation des voies urinaires, une méningite, une septicémie, une mammite, une pneumonie et une diarrhée sanglante. Alors que les personnes en bonne santé se rétablissent généralement rapidement, cette bactérie est particulièrement dangereuse chez les enfants, les femmes enceintes et les adultes malades.

Comment traiter les infections à salmonelles et à E. coli ?

Heureusement, la salmonellose se présente généralement comme une infection bénigne, elle disparaît donc d’elle-même après quelques jours chez les adultes en bonne santé. Dans ces cas, les individus n’ont besoin que de soins de soutien, tels que la réhydratation et l’administration de probiotiques ou de prébiotiques.

Un traitement antibiotique sera nécessaire chez les personnes immunodéprimées ou en cas de diarrhée sévère. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent l’utilisation des fluoroquinolones chez les adultes et de l’azithromycine chez les enfants. De plus, ils établissent que la ceftriaxone peut être utilisée en cas de souches résistantes.

Escherichia coli est une bactérie qui peut être plus agressive et plus résistante au traitement antibiotique conventionnel. Cela est dû au fait qu’elle a créé une résistance face à de nombreux antibiotiques, suite à une utilisation aveugle.

Dans les cas bénins, le système immunitaire lui-même sera capable d’éliminer les bactéries, et seules des mesures générales seront donc nécessaires. En cas d’infections sévères, une culture et un antibiogramme sont obligatoires.

Prévenir la salmonellose et l’infection à E. coli

En réalité, nous entrons tous en contact avec ces types de bactéries à un moment de notre vie. Cependant, cela ne signifie pas que nous nous souffrons de salmonellose ou d’une infection par E. coli. De plus, les symptômes peuvent être mineurs ou légers.

Comme nous l’avons déjà indiqué, certains organismes sont plus sensibles, comme ceux des personnes malades ou des enfants. Pour ces groupes d’individus, ces infections peuvent être très dangereuses.

Dans tous les cas, il est toujours nécessaire de consulter un médecin face au moindre symptôme. Nous devons être clairs sur le fait que seuls les spécialistes de la santé professionnelle peuvent vous aider à vaincre ces infections, et qu’il n’existe pas de remèdes miracles ni de remèdes pleinement efficaces.

Comment préserver la santé du système digestif ?

Il est essentiel de consommer des probiotiques, à savoir des aliments ou des compléments qui aident à réguler le microbiote intestinal. En effet, ces substances contiennent des micro-organismes vivants qui maintiennent et stimulent la croissance des « bonnes bactéries ». De plus, elles aident à protéger le système immunitaire et à prévenir la prolifération de champignons et de parasites nocifs pour la santé.

D’ailleurs, l’industrie de la viande ajoute peu à peu des probiotiques à ses produits pour les rendre plus sûrs. Cependant, il est conseillé de les introduire de manière plus “naturelle” dans notre alimentation. Les meilleurs aliments fermentés pour prévenir les infections aux salmonelles ou par E. coli sont les suivants :

  • Yaourt
  • Kéfir
  • Choucroute
  • Kimchi
  • Kombucha
  • Tempeh

D’autre part, les prébiotiques contribuent également à la santé du microbiote intestinal. Ces aliments contiennent des fibres végétales qui servent d’engrais pour les bactéries intestinales, aidant à combattre les infections. Le vinaigre de cidre est un prébiotique connu.

D’autre part, le miel pourrait aider à éliminer les salmonelles et E. coli. Il est conseillé de consommer une cuillère à café à jeun pour éradiquer les bactéries qui causent de nombreux problèmes, comme les ulcères d’estomac. Le miel doit être le plus pur possible.

Des bactéries.

Quelques recommandations pour éviter les salmonelles et E. coli

  • Tout d’abord, lavez-vous les mains avant de manger. Notamment lorsque vous allez au restaurant.
  • D’autre part, nettoyez également toutes les surfaces avant la cuisson (tables, couteaux, vaisselle, etc.) avec de l’eau chaude et du détergent.
  • Séparez également la viande des légumes ou des aliments qui doivent être consommés crus.
  • Cuisinez toujours à la bonne température (faites bouillir les aliments, ne mangez pas de viandes crues).
  • Réfrigérez immédiatement vos courses une fois de retour à la maison.
  • Préférez également les planches à découper en bois plutôt qu’en plastique, car elles sont naturellement antibactériennes.
  • Ne coupez pas la viande et les légumes avec le même couteau. Il est préférable d’utiliser un couteau pour chaque aliment.
  • Enfin, soyez prudent lorsque vous sortez manger. Préférez la viande bien cuite.

La meilleure façon de lutter contre ces bactéries est la prévention par l’hygiène lors de la cuisson et de la consommation. Évitez la contamination croisée et assurez-vous de bien cuire vos aliments. Dans tous les cas, si vous souffrez de symptômes de décomposition, consultez votre médecin.

Images reproduites avec l’aimable autorisation de Mike dot Mike, NIAID, News21 National, Dino Giordano et Peter Hellberg.

Cela pourrait vous intéresser ...
Bactéries intestinales : la possible base de futurs traitements contre l’obésité
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Bactéries intestinales : la possible base de futurs traitements contre l’obésité

Les dernières études signalent que les bactéries intestinales peuvent jouer un rôle important dans certaines maladies. Découvrez-en plus !



  • Naciones Unidas, F.A.O, “Prevención de la E. Coli en los alimentos”, FAO.org
  • Centro Europeo para la Prevención y el Control de las Enfermedades. “ECDC: Excelencia
    en la prevención y el control de las enfermedades infecciosas” (folleto informativo)
  • Código de Prácticas del Codex Alimentarius, Principios Generales de Higiene de los Alimentos (CAC/RCP 1-1969, Rev. 3-1997, Amd. [1999]; Sección VII – Instalaciones: Higiene Personal), del Programa Conjunto FAO/OMS sobre Normas Alimentarias, Comisión del Codex Alimentarius. Requisitos generales (higiene de los alimentos). FAO/OMS. Roma. 2001.
  • Comisión del Codex Alimentarius. 2002. “Perfil de riesgos para Escherichia Coli enterohemorrágica, incluida la identificación de los productos básicos de interés, entre ellos las semillas germinadas y la carne molida de res y puerco”, CX/FH 03/5-Add. 4 de septiembre de 2002
  • Eng, Shu-Kee; Pusparajah, Priyia; Ab Mutalib, Nurul-Syakima; Ser, Hooi-Leng; Chan, Kok-Gan; Lee, Learn-Han (octubre de 2014). «Salmonella: A review on pathogenesis, epidemiology and antibiotic resistance», Frontiers in Life Science,  8 (3): 284-293
  • Raúl Romero Caballero; Ismael Francisco Herrera Benavente (2002). Síndrome diarreico infeccioso. Ed. Médica Panamericana. pp. 120 ss
  • AECOSAN, “Informe del Comité Científico de la Agencia Española de Seguridad
    Alimentaria y Nutrición (AESAN) sobre medidas de prevención y recomendaciones
    aplicables para evitar posibles infecciones alimentarias
    por cepas de Escherichia coli verotoxigénicos/productores de
    toxinas Shiga/enterohemorrágicos (VTEC/STEC/EHEC)”, Revista del comité científico, número 6