Conseils pour cultiver des plantes sur la terrasse

22 mars 2021
Vous souhaitez cultiver des plantes sur votre terrasse ? Vous trouverez ici les meilleurs conseils pour récolter vos propres aliments avec succès.

De plus en plus de personnes rejoignent l’initiative de cultiver des plantes sur la terrasse. Les erreurs sont communes au début, mais il existe des moyens de les éviter. Dans cet article, nous partageons nos conseils pour ne pas échouer et sentir la joie de cultiver ses propres aliments.

Dans un premier temps, on part du principe que l’on peut y arriver grâce au bon sens: arroser les plantes, fertiliser la terre, les placer dans un endroit au soleil. Mais même ces idées simples ne fonctionnent pas toujours. Certains facteurs supplémentaires doivent être pris en compte.

Comment cultiver des plantes sur une terrasse ? Nos 10 conseils

Souvent, nous nous empressons d’acheter les pots, la terre, les graines et de se mettre au travail! Mais ayez un peu de patience. Tout d’abord, réfléchissez à ce que vous voulez et ce que vous pouvez cultiver, en évaluant l’espace que vous avez ainsi que ses caractéristiques.

Lisez également : 5 plantes parfumées pour un petit jardin aromatique

1. Le soleil

En fonction de l’orientation de votre terrasse, il faut opter pour des plantes pour le soleil ou pour l’ombre. Les légumes tels que l’ail, le brocoli, les courgettes, les oignons, l’artichaud, le concombre, les tomates, le persil et les haricots, ont besoin de 5 à 6 heures de soleil direct chaque jour.

Les blettes, le céleri, la laitue, le chou frisé, les épinards et les radis, peuvent se cultiver avec un faible ensoleillement.

Si les plantes grandissent trop en hauteur ou sont clairsemées et sans feuilles dans la partie inférieure, c’est un signe qu’elles manquent de lumière.

2. Les contenants

Pour les plantes à croissance rapide (laitue, choux, épinards), choisissez des pots de 15 à 22 centimètres de profondeur. Vous pouvez même en combiner plusieurs dans un grand pot, ou un pot carré, séparées par 10 cm entre chaque plantes.

Les légumes à fruits tels que les tomates, les courgettes, les aubergines ou les concombres, doivent se semer dans un récipient de 40 à 45 centimètres de profondeur. Et chaque plante dans son propre espace de culture.

Dans les deux cas, assurez-vous que les pots soient dotés de trous pour drainer l’eau. Mesurez également l’espace disponible pour les plantes sur votre terrasse. Enfin, déterminez le nombre et la taille des pots que vous pourrez installer.

Pots de plantes contre un mur.

“Evaluez l’espace pour déterminer les contenants que vous placerez sur votre terrasse.”

Découvrez aussi : Apprendre à cultiver des champignons de Paris chez soi

3. Le substrat

Au fond de chaque pot, disposez 2 centimètres de gravier ou de billes d’argile qui permettent un drainage correct. Par-dessus, arrosez le substrat avec un mélange de 40% de fibre de coco ou de son de riz, 30 % de terre ou de terreau universel, et 30 % d’humus de vers de terre, de compost ou de fumier.

Si possible, étalez également une fine couche d’humus sur le substrat. Cela lui apportera plus de nutriments et évitera que l’eau s’évapore trop rapidement.

4. Les graines

La provenance des graines va déterminer la qualité, la taille de la plante et sa résistance face aux maladies. Assurez-vous donc que les graines soient cultivées de façon locale et organique.

Si vous êtes débutant, il est préférable de commencer avec des semis que vous pourrez ensuite transplanter dans vos récipients. Lorsque vous vous sentez plus confiant, passez aux graines.

5. Les vents

Les vents très chauds assèchent très vite les plantes ou l’humidité de la terre. Dans ce cas, il est nécessaire d’arroser plus souvent. Si vous habitez près des côtes, les vents côtiers transportent du sel qui brûlent les feuilles. Vous devez donc les protéger.

Si le vent souffle beaucoup sur votre terrasse, vous pouvez mettre en place des tuteurs pour supporter la tige de la plante. Placez également des coupe-vent en plastique ou déplacez les pots pour les mettre plus à l’abris.

6. Des plantes sur la terrasse: le moment de semer

Il existe des variétés à semis direct (petits pois, fèves, épinards, navets, carottes, melon, pastèque, poivron, radis ou concombre) qui doivent être semées à l’endroit où elles vont pousser. Car si vous les changez de place, les racines ne récupèrent pas.

D’autre part, les cultures à croissance lente (piment, céleri, aubergine, brocoli, chou, chou-fleur, oignon ou tomate) peuvent être semées indirectement. Autrement dit, il faut d’abord les semer dans une pépinière puis transplanter le plant dans son lieu définitif.

7. L’arrosage

Un autre conseil important pour cultiver des plantes sur une terrasse concerne l’arrosage. Avant d’arroser, vérifier que la terre est sèche en insérant un bout de bois ou en tapant doucement le pot.

Si le son est sec et clair, il est temps d’arroser à nouveau. N’oubliez pas d’arroser régulièrement et légèrement afin de ne pas faire pourrir les racines. Il suffit d’humidifier le sol, pas de le tremper.

Par ailleurs, le meilleur moment pour arroser est le matin ou le soir. La fréquence peut varier en fonction du vent et de l’ensoleillement. Pendant les journées très chaudes et avec des vents secs, vous aurez certainement besoin d’arroser tous les jours.

8. Cultiver des plantes sur une terrasse : fertilisation du substrat

Un indicateur que les plantes manquent de nutriments est l’apparition d’une couleur jaunâtre ou rougeâtre sur les feuilles. L’endroit où elle se développe (bords, nerfs, feuilles adultes ou jeunes) indique le nutriment qui peut manquer.

Tous les mois, ajoutez des fertilisants liquides dans la terre. Puis, avant chaque plantation ou une fois par an ajoutez une couche de compost dans une proportion de 5% du volume total du pot.

9. Parasites et maladies

Les parasites sont les insectes tels que les acariens, les pucerons, les chenilles ou les mouches blanches. Les maladies sont des virus, champignons ou bactéries dans la plante.

Observez vos plantes attentivement et régulièrement pour détecter rapidement toute infection. Ensuite, isolez la plante affectée afin qu’elle ne contamine pas les autres, puis traitez-la. Si possible, avec des infusions naturelles en fonction du parasite ou de la maladie.

Une plante morte dans un pot.

“Isolez la plante malade afin qu’elle ne contamine pas les autres. De plus, elle doit recevoir un soin spécial pour reprendre des forces.”

10. La récolte

A vous de découvrir le moment idéal pour récolter chaque fruit. Certains doivent se récolter quand ils sont mûrs, et d’autres, comme l’aubergine ou le concombre, quand ils sont verts.

Dans tous les cas, utilisez un couteau ou des ciseaux pour couper le fruit. Si vous l’arrachez, vous risquez d’abîmer les tiges.

Profitez maintenant de la culture des plantes sur votre terrasse

Si vous disposez de cet espace chez vous, profitez-en pour récolter vos propres fruits et légumes. L’agriculture urbaine est bénéfique pour la planète en rendant les villes plus vertes, en contribuant à réduire l’empreinte carbone et en réutilisant les déchets.

Enfin, cela vous donnera une perspective différente sur la manière de vous nourrir et ajoutera un nouveau travail à vos journées tout en vous connectant avec la nature.

  • Casanovas E. Manual de iniciación al huerto urbano. España: Bauhaus. 2013.
  • Gonzáles Rojas C. Huerto orgánicos urbanos en azoteas, terrazas y patios traseros. Primera edición. Lima: IPES-Promoción del desarrollo sostenible. 2008
  • Sánchez López L. F., Fresno Tejedo E. Pequeño manual de cultivo en azoteas. Gran Canaria: Ecologistas en acción. 2009.