Découvrez ce qu'Albert Camus a dit sur le sens de la vie

Pour Albert Camus, la vie n'a pas de sens. Toutefois, elle vaut tout de même la peine d'être vécue.
Découvrez ce qu'Albert Camus a dit sur le sens de la vie

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Quel est le sens de la vie ? Sommes-nous vivants pour une raison ? Pourquoi existons-nous ? Ce sont des questions que l’être humain s’est posées depuis sa création et a tenté d’y répondre à travers la philosophie, la science et la religion.

La vérité est que nous n’avons pas de réponse définitive à ces questions. Certains, par exemple, donnent un sens à leur vie en croyant aux divinités ; d’autres trouvent un sens à leur via grâce à la science, et encore d’autres nient simplement le fait qu’il existe un sens à la vie.

À cet égard, Albert Camus, l’un des philosophes contemporains les plus influents de l’histoire, a soutenu que la vie n’a pas de sens. Mais pour lui, cela ne signifie pas que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Au contraire, c’est le manque de sens qui nous permet d’être maîtres de notre existence. Approfondissons.

L’absurde d’Albert Camus

Albert Camus est né en 1913 à Mondowi (Algérie française). Avec Jean-Paul Sartre, il est considéré comme l’une des figures les plus importantes de la littérature française du XXe siècle.

En 1957, à l’âge de 44 ans, il remporte le prix Nobel de littérature, ce qui a fait de lui le deuxième plus jeune à recevoir cette distinction.

Selon ce grand penseur, il est inutile pour l’être humain de songer à trouver le sens de la vie, puisqu’il n’y a pas de sens.

En d’autres termes, la vie est quelque chose d’insignifiant, qui peut se résumer à une succession d’événements inutiles, vides et dénués de sens que nous répétons chaque jour par inertie, habitude ou tradition.

Cependant, l’être humain a toujours cherché une raison derrière tout événement ou idée. Tout doit avoir une cause, une raison qui le justifie.

Or, selon la philosophie de Camus, cette idée n’est pas possible, et l’absence d’une cause originelle produit un non-sens inévitable. Ou ce qui revient au même, une absurdité.

L’esprit humain n’accepte pas la non-justification et donc l’absurdité surgit.

Autrement dit, l’être humain tombe dans l’absurde quand on essaie de faire de quelque chose d’insignifiant une œuvre qui nous dépasse. Or, c’est précisément l’acceptation de l’absurde qui conduit l’être humain à vivre librement.

L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde. Le désespoir, comme l’absurde, juge et désire tout, en général et rien, en particulier. L’art comme l’absurde naissent tous deux du hasard.

~ Albert Camus dans Le Mythe de Sisyphe, 1942 ~
L'homme pense à l'absurdité de la vie.
Ce qui est absurde, c’est de vouloir donner une explication transcendantale à quelque chose qui n’en a pas, selon la pensée de Camus.

Des stratégies pour faire face au manque de sens dans la vie

Pour Camus, il y a 3 façons d’affronter l’absurdité de la vie et seule la dernière est correcte :

  1. La première est de s’abandonner à l’absurde en optant pour le suicide. Dans ce cas, la personne comprend qu’il n’y a pas de sens supérieur à sa vie et en arrive à la conclusion que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. La personne en vient à accepter que la vie la dépasse.
  2. La seconde est de nier l’absurde, en s’abandonnant à une foi qui nous donne de fausses réponses sur le sens de la vie. Dans ce cas, les dieux et les dogmes apparaissent comme des réponses à l’incertitude.
  3. Et la troisième, qui pour Camus est la bonne voie, serait d’accepter l’absurde et de se rebeller contre lui. Cela implique de comprendre que le non-sens de la vie ne signifie pas que cette dernière ne vaut pas la peine d’être vécue. Au contraire, c’est renoncer à la recherche d’une explication et vivre avec indépendance, liberté et autodétermination.

J’ai obtenu trois conséquences de l’absurde : ma rébellion, ma liberté et ma passion. Avec le seul jeu de la conscience, je transforme ce qui était une invitation à la mort en règle de vie.

~ Albert Camus dans Le Mythe de Sisyphe ~



Le sens est l’existence même

Albert Camus écrit ceci :

Je continue à croire que ce monde n’a pas de sens supérieur. Mais je sais que quelque chose en lui a du sens et c’est l’homme, parce qu’il est le seul être à exiger d’en avoir.

~ Cher Monsieur Germain (1944) ~

Avec cette phrase, le philosophe français précise que le sens de l’existence humaine est l’existence elle-même. La prétention de l’être humain à chercher une explication de la vie donne à l’espèce une valeur unique qui, pour Camus, est un bastion d’une raison universelle.

Un être humain pense à son existence.
L’être humain pensant à lui-même et à son existence représente le sens de la vie.



Nous sommes les maîtres de notre vie

L’absurde de Camus soustrait à la philosophie la tâche de répondre à des questions telles que « quel est le sens de la vie » ou « pourquoi existons-nous ». Comme le défend l’auteur, la vie est une absurdité qui n’a aucun sens et l’univers est indifférent aux doutes existentiels de l’être humain.

Cependant, cela n’est pas négatif. C’est précisément le manque de sens qui nous permet de vivre avec liberté et autodétermination.

En d’autres termes, c’est nous-mêmes qui déterminons le sens de notre existence individuelle, en nous fixant des objectifs personnels. Il s’agit d’être maître de sa propre vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la philosophie peut-elle être appliquée dans la vie quotidienne ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment la philosophie peut-elle être appliquée dans la vie quotidienne ?

Nous appliquons tous la philosophie au quotidien, mais la plupart d'entre nous n'en sont pas conscients.



    • Camus A. El extranjero. México: Selector; 2021.
    • Camus A. El mito de Sísifo. España: Penguin Random House; 2021.
    • Málishev M. Albert Camus: de la conciencia de lo absurdo a la rebelión. Ciencia Ergo Sum [Internet]. 2000 [consultado el 25 de julio de 2022]; 7(3): 235-245. Disponible en: https://www.redalyc.org/pdf/104/10401904.pdf