Dégénérescence maculaire liée à l’âge

1 avril 2019
La dégénérescence maculaire liée à l'âge est caractéristique des personnes de plus de 50 ans. Cela se produit très rarement chez les jeunes et il reste encore à en élucider les causes, même si les facteurs de risque jouent un rôle essentiel.

La dégénérescence maculaire est une maladie oculaire qui est caractérisée par la destruction progressive de la vision centrale. Cela rend de plus en plus difficile la visualisation des détails et la poursuite de la lecture.

C’est ce qu’on appelle la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA ou DME), car cette pathologie est nettement plus fréquente chez les personnes de plus de 50 ans. Généralement, la détérioration est lente, même si dans certains cas elle progresse rapidement.

Actuellement, plusieurs études sont en cours pour corriger la dégénérescence maculaire liée à l’âge. En outre, des progrès ont été réalisés dans la compréhension génétique de la maladie. Et il existe également des études prometteuses relatives à la transplantation de cellules saines pour corriger le problème.

A voir aussi : 10 aliments pour prendre soin de votre vue

En quoi consiste la dégénérescence maculaire liée à l’âge ?

cas de dégénérescence maculaire liée à l'âge

Plus précisément, la dégénérescence maculaire liée à l’âge est un problème de la rétine. Il s’agit d’un tissu sensible à la lumière situé au bas de l’œil. Sa fonction est de convertir la lumière et les images en impulsions électriques transmises au cerveau.

La macula est située au centre de la rétine. C’est un point jaune dont la fonction est de capturer les plus fins détails de la vision. Lorsque la dégénérescence maculaire liée à l’âge se produit, la vision centrale se dégrade, mais la vision périphérique est maintenue.

Cette maladie est plus fréquente chez ceux qui ont une dépendance au tabac et/ou sont en surpoids mais également chez les personnes souffrant d’hypertension, et ayant un taux de cholestérol élevé ou du diabète.

Types de dégénérescence maculaire

dégénérescence maculaire liée l'âge

 

 

Il existe deux types de dégénérescence maculaire associés à l’âge : humide et sec. La dégénérescence maculaire humide se produit lorsque les vaisseaux sanguins se développent anormalement sous la rétine. De tels vaisseaux sont fragiles et ont tendance à laisser couler du sang et des liquides.

Tout cela fait sortir la macula de sa place normale. Cela endommage l’endommage rapidement. Le type humide est le plus grave ; l’un des premiers symptôme en est la perception de lignes droites en lignes ondulées.

La dégénérescence maculaire sèche, en revanche, est la forme la plus courante de cette pathologie. Elle se produit lorsque les cellules de la macula, sensibles à la lumière, se détériorent. La vision devient trouble et il est de plus en plus difficile de maintenir la vision centrale. Elle se développe en trois étapes :

  • Dégénérescence maculaire précoce : tout d’abord, la personne ne présente pas de symptômes. Lors de l’examen de la rétine, des dépôts « drusen » ou jaunes apparaissent sous la rétine.
  • AMD intermédiaire : ensuite, le patient présente de nombreux drusen. Il peut y avoir une vision floue ou un plus grand besoin de lumière pour lire.
  • La dégénérescence maculaire avancée : enfin, il existe de nombreux drusen et également une détérioration des cellules et des tissus dans la zone centrale de la rétine. La vision centrale est opaque et floue. De plus, il est difficile de lire et de reconnaître les visages.

Les causes

La cause de la dégénérescence maculaire liée à l’âge n’est pas encore claire. Évidemment, cela a à voir avec la détérioration naturelle de l’organisme, liée au passage du temps. Au-delà, il n’y a pas beaucoup d’informations.

Ce que l’on sait, c’est qu’il existe des facteurs de risque pouvant précipiter cette maladie. Ce sont principalement les suivants :

  • Antécédents familiaux
  • Tabagisme
  • Facteurs nutritionnels , tels qu’un régime alimentaire riche en graisses
  • Fait être blanc
  • Fait d’être une femme

A voir également: 10 exercices et quelques aliments pour avoir une bonne vue

Diagnostic et pronostic

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est détectée à travers un examen ophtalmologique . En règle générale, le test comprend les tests suivants :

  • Test d’acuité visuelle : mesurer la vue à différentes distances.
  • Tonomètre : mesurer la pression à l’intérieur de l’œil avec un appareil spécial
  • Examen avec dilatation des pupilles : des gouttes sont mises dans les yeux pour dilater la pupille. La rétine et le nerf optique sont ensuite examinés à la loupe
  • « Grille d’Amsler » : c’est une grille semblable à un échiquier. On demande au patient de se couvrir un œil et de regarder un point noir au milieu de la grille. Ensuite, le même exercice est répété avec l’autre œil.

Le pronostic de la dégénérescence maculaire sèche est généralement positif. Il est fréquent que la perte de vision ne soit pas invalidante. En revanche, dans la dégénérescence maculaire humide, il se produit une perte importante de la vue. Dans ce cas, il ne sera pas possible de réaliser des activités nécessitant la visualisation de détails fins.

Enfin, si vous remarquez certains des symptômes mentionnés, n’hésitez pas à consulter un spécialiste pour le traiter de la manière la plus appropriée.

 

Van Bol, L., & Rasquin, F. (2014). La dégénérescence maculaire liée à l’âge. Revue Medicale de Bruxelles. Sayen, A., Hubert, I., & Berrod, J. P. (2011). Dégénérescence maculaire liée à l’âge. Revue Du Praticien. Massé, A., & Buhannic, L. (2017). Comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Actualites Pharmaceutiques. http://doi.org/10.1016/j.actpha.2017.02.005 Lecerf, J.-M., & Desmettre, T. (2010). Nutrition et dégénérescence maculaire liée à l’âge. Journal Français d’Ophtalmologie. http://doi.org/10.1016/j.jfo.2010.09.011 Guigou, S., Hajjar, C., Parrat, E., Merite, P. Y., Pommier, S., Matonti, F., … Meyer, F. (2014). Étude rétrospective du traitement par Ozurdex® dans l’œdème maculaire diabétique: MOZART study. Journal Francais d’Ophtalmologie. http://doi.org/10.1016/j.jfo.2014.03.001