Degrés et types d’entorses

18 avril 2021
Il existe différents degrés et types d'entorses. En fonction de la façon dont se produit le traumatisme et de son intensité, elles seront plus ou moins graves. Apprenez-en plus dans cet article.

Il existe trois degrés et types d’entorses, mais tous ont quelque chose en commun : une articulation est touchée. Une entorse est une lésion ligamentaire car la principale structure affectée est un ligament ou plusieurs en même temps.

Les ligaments en question appartiennent à une articulation. Il peut s’agir d’une entorse de la cheville, du poignet, du genou, de l’épaule, entre autres. Néanmoins, la plus commune est, de loin, celle qui touche la cheville.

Les ligaments se composent de fibres qui ont une certaine élasticité. Cet étirement permis sur le plan physiologique donne une mobilité aux articulations. Le problème est que cette flexibilité n’est pas infinie. Quand le mouvement va au-delà de la capacité du ligament, la lésion se produit.

Nous pourrions dire qu’une entorse est l’étirement d’un ligament articulaire au-delà de sa capacité, avec la possibilité d’une rupture de ce dernier. C’est, quelque part, une luxation, car l’articulation perd sa ligne de stabilité et la forme normale de contact entre les os qui la forment.

Les deux groupes les plus affectés par les entorses sont les sportifs et les personnes âgées. Les premiers en raison de l’exposition fréquente aux blessures liées à l’exercice et les seconds à cause du manque de flexibilité qui survient avec l’âge.

Facteurs de risque des entorses

Avant de développer les degrés et les types d’entorses qui existent, il est important de savoir quels sont les facteurs de risque qui prédisposent à la lésion. N’importe quelle personne peut avoir une entorse mais certaines sont plus exposées en raison de leur condition physique ou des activités qu’elles réalisent.

Les facteurs de risque les plus fréquents sont :

  • Pratique sportive : dans certains sports, les articulations sont trop sollicitées. L’exercice surcharge les ligaments et, à la longue, une entorse par usure peut se produire. Elle peut aussi avoir lieu à cause d’un traumatisme lors de la pratique sportive ou à cause d’un mauvais mouvement.
  • Âge : plus nous sommes âgé et moins nous avons de flexibilité. Les ligaments durcissent au fil du temps et les articulations deviennent plus rigides. Bien évidemment, ce facteur est aussi influencé par le degré d’activité physique que la personne a réalisé tout au long de sa vie.
  • Surpoids : plus notre poids est important et plus la charge que les articulations doivent supporter est lourde. Même s’il ne réalise pas un sport d’impact, le corps obèse peut souffrir d’une entorse en marchant sur un terrain plat. Les articulations des membres inférieurs sont les plus touchées.
  • Sédentarismele manque d’activité physique détériore les articulations. Ceci peut déboucher sur une lésion quand on essaie de réaliser un exercice auquel on n’est pas habitués ou quand on commence la pratique d’un sport de façon brusque.
Une entorse de la cheville.

Les entorses peuvent toucher n’importe quelle articulation. Néanmoins, elles ont souvent lieu au niveau de la cheville.

Poursuivez votre lecture : Fracture ou entorse : quelle est la différence ?

Symptômes des entorses

Le principal symptôme d’une entorse est la douleur. L’articulation affectée fait mal, ainsi que les tissus autour d’elle. Cette même souffrance peut finir par limiter la fonctionnalité. La personne est incapable de se mobiliser.

En plus de la douleur, il y a une inflammation pour tous les degrés et types d’entorses. L’articulation blessée augmente de volume et le gonflement est un composant supplémentaire dans la limitation de la fonctionnalité.

Le changement de coloration est un autre signe. L’étirement d’un ligament s’accompagne de la rupture de petites veines et d’artères qui l’entourent. Ceci donnera lieu à un hématome sur la peau de l’articulation. L’hématome changera de couleur au fil des jours, selon l’évolution de l’hémoglobine.

Enfin, il y a une augmentation de la température à cause de l’inflammation. Les tissus mous autour de l’articulation sont chauds à cause du mouvement des cellules inflammatoires qui migrent vers cette zone.

Le bandage d'une entorse.

En plus de causer une douleur, les entorses s’accompagnent d’une inflammation de l’articulation, d’hématomes et d’une augmentation de la température dans la zone affectée.

Découvrez aussi : Entorse du poignet : en quoi consiste-t-elle ?

Degrés et types d’entorses

Comme nous l’avons déjà indiqué, il y a trois degrés et types d’entorses. Intéressons-nous dès maintenant à leurs caractéristiques.

Premier degré

Le ligament se tend sans se rompre. Cela fait mal, comme toutes les entorses, mais la douleur est supportable. Il y a aussi une inflammation mais l’impotence fonctionnelle de l’articulation peut ne pas être extrême. Les mouvements normaux devraient pouvoir être réalisés.

Les indications médicales face à ces cas ne sont pas intensives. Un certain repos est nécessaire mais il peut se limiter à quelques jours. Il est même possible de ne prescrire aucun anti-inflammatoire.

Deuxième degré

Les ligaments ne font pas que se tendre dans ce cas : de petites ruptures des fibres ligamentaires apparaissent également. La douleur est plus intense que dans le degré précédent et les mouvements deviennent limités.

Le traitement implique d’immobiliser l’articulation pendant un moment avec des bandages ou une attelle. On recommande aussi des anti-inflammatoires, du froid local et d’élever la jambe.

Troisième degré

C’est la forme la plus grave. Le ligament se tend, se rompt et perd le contact avec l’un des os dans lesquels il était inséré. Cette entorse nécessitera un traitement chirurgical pour réparer le tissu endommagé. Par ailleurs, la récupération sera lente, avec beaucoup de rééducation et de repos.

Pour conclure

Il existe différents degrés et types d’entorses. En pratiquant un sport d’une certaine intensité, nous nous exposons dans une large mesure à une lésion de ce type. Il est important de prendre des précautions pour éviter que nos ligaments ne se blessent.

Si vous avez une entorse, il est important de consulter un traumatologue. Il déterminera la portée de la lésion et le meilleur traitement à appliquer. Il sera peut-être nécessaire de réaliser un examen complémentaire pour diagnostiquer le degré de votre entorse.

  • Rojas, José Emigdio Alberto Pérez, et al. “Guía clínica para la atención del paciente con esguince de tobillo.” Revista Médica del Instituto Mexicano del Seguro Social 42.5 (2004): 437-444.
  • Peralta, Albert J. Macías, et al. “Consideraciones frente la gravedad de problemas de esguince en el paciente.” Polo del Conocimiento: Revista científico-profesional 4.5 (2019): 398-410.
  • Novo Fernández, Elia. “Revisión sistemática: Estudio de la eficacia de los tratamientos del esguince de tobillo.” (2013).