Obésité, tendances de consommation et recommandations

19 octobre 2020
Pour combattre l'obésité, il ne suffit pas de réduire la consommation de certains produits : il faut aussi apprendre à acheter les bons aliments.

L’obésité est l’un des problèmes de santé ayant la plus forte prévalence au sein de la population mondiale et requiert une attention immédiate. C’est pour cela que les experts continuent de souligner qu’il est important d’apprendre à acheter et à manger. Oui, acheter, car c’est au moment des achats que l’on commet généralement le plus d’erreurs.

Les chercheurs scientifiques essaient d’apprendre au public à lire les étiquettes des produits du supermarché, à déterminer si un aliment est nutritif ou s’il n’apporte que des calories vides, entre autres aspects. Tout cela se fait dans le but d’aider les personnes à faire de bons achats et, après cela, à préparer des plats plus sains.

Ce n’est pas qu’une question de graisses

Une femme qui fait ses achats.

Adopter des habitudes d’alimentation saines est compliqué pour de nombreuses personnes. Après des années à avoir consommé des aliments transformés et de la nourriture rapide, il est difficile de leur apprendre les tendances diététiques actuelles.

Pour être en bonne santé, il n’est pas nécessaire d’avoir faim, de renoncer aux bonnes choses ou de se soumettre à une activité physique intense tous les jours. Il s’agit d’apprendre à être conscient de ce qui est bon pour l’organisme et non pas d’arrêter de manger pour avoir un corps svelte.

Bien souvent, les personnes s’efforcent d’éliminer de leur vie les graisses trans, sans prendre en compte que d’autres ingrédients nuisent à leur santé et sabotent n’importe quel plan alimentaire, et pas uniquement ceux qui visent à perdre du poids.

Le sel et le sucre sont très présents dans tous les produits transformés (et même ceux présenté sous le nom d’« aliments sains »). En fait, la consommation régulière de sucre simple est associée à un plus grand risque de maladies à moyen terme, selon un article publié dans la revue JAMA Internal Medicine.

Ces deux substances sont aussi nocives que les graisses trans. Elles améliorent en effet la saveur des produits transformés et incitent l’organisme à les consommer davantage. Il est donc difficile de ne pas céder à cette impulsion qui nous dit de manger plus qu’il ne le faut.

Pour en savoir plus : Consommez des graisses saines avec ces 6 aliments

Bien acheter pour bien manger

Il n’y a pas que les viennoiseries et les friandises qui contiennent des graisses trans et des substances nocives pour la santé : les desserts laitiers (pas les yaourts natures), la nourriture rapide, les aliments frits, etc., en contiennent aussi. Oui, les calories vides peuvent se cacher n’importe où.

La grande majorité des personnes ne savent pas exactement ce qu’elles achètent lorsqu’elles avancent dans les rayons des supermarchés. Elles font confiance à ce qu’elles lisent en gros sur le paquet et ne lisent pas les étiquettes.

Par exemple, on achète souvent des légumes congelés parce qu’on pense qu’il s’agit de produits sains. Or, ils contiennent parfois un pourcentage élevé de sel, de sucre, de graisses et d’autres additifs.

Ceci se produit surtout quand on retrouve un quelconque type de panure dans les légumes congelés. Ce type d’aliment est nocif pour la santé, selon une étude publiée en 2019On doit donc toujours prioriser l’ingestion d’aliments frais.

Au moment de choisir les aliments au supermarché, les experts en santé et en nutrition recommandent les choses suivantes :

  • Il faut toujours lire les étiquettes pour vérifier si le produit contient du sel, du sucre et d’autres additifs.
  • Les aliments frais et organiques sont ceux qui ont une véritable valeur nutritionnelle. Ainsi, un brocoli non emballé chez un marchand de légumes sera un aliment nutritif et sa consommation sera recommandée.
  • Si un aliment contient un grand nombre d’additifs, sa valeur intrinsèque aura diminué ou disparu (comme le cas des légumes congelés).
  • Suivre les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé en ce qui concerne la consommation quotidienne de sel et de sucre.

Selon les experts, si l’on parvient à faire de bons achats, il sera beaucoup plus simple de combiner et de disposer des aliments de façon saine. Bien évidemment, l’étape suivante consiste à apprendre à réaliser des préparations saines et à modérer les portions.

Ceci peut vous intéresser : Qu’est-ce que l’étiquetage nutritionnel ?

Une personne obèse.

Aides complémentaires contre l’obésité

S’il est vrai que les conseils précédents constituent des aides complémentaires pour combattre l’obésité et avoir le contrôle de ce que l’on mange, il est indispensable d’adopter des habitudes alimentaires cohérentes de façon progressive. Pour cela, le plus adéquat est de consulter un médecin et de suivre ses indications.

Par ailleurs, il faut savoir qu’il existe des produits qui peuvent aider le processus de perte de poids et de contrôle de l’appétit, comme ObesiBloc et ObesiControl, développés par Bio3. Tous deux ont été testés cliniquement ; ils aident à renforcer la perte de poids et peuvent aussi bien s’acquérir en pharmacie que sur le site web.

  • ObesiBloc aide à bloquer l’absorption de graisses des aliments et à réduire le nombre de calories.
  • ObesiControl aide à favoriser la satiété et à réduire l’appétit.

Ces deux suppléments peuvent aider à améliorer de façon significative les habitudes alimentaires. Ils facilitent aussi leur maintien dans le temps, conduisant ainsi à une perte de poids. Il faut malgré tout toujours bien prendre en considération les normes du médecin ou du nutritionniste et élaborer une stratégie cohérente pour parvenir aux résultats désirés.

L’importance de la réduction de l’obésité

Réduire les niveaux d’obésité est primordial pour améliorer l’état de santé. Pour cela, il est nécessaire d’avoir de bonnes habitudes d’achat d’aliments et de consommation de ces derniers.

Avoir une alimentation variée et équilibrée constitue une grande aide pour atteindre cet objectif. Il est par ailleurs fondamental de compléter ce régime par la pratique d’exercice physique régulier.

 

 

 

  • Kearns CE., Schmidt LA., Glantz SA., Sugar industry and coronary heart disease research: a historical analysis of internal industry documents. JAMA Intern Med, 2016. 176 (11): 1680-1685.
  • Srour B., Fezeu LK., Kesse Guyot E., Alles B., et al., Ultra processed food intake and risk of cardiovascular disease: prospective cohort study (Nutrinet -Santé). BMJ, 2019.