Dépression existentielle : quand la vie perd son sens

Les personnes ayant de grandes capacités intellectuelles peuvent souffrir d'un type de dépression très particulier. Elle apparaît lorsqu'ils ont le sentiment que la vie n'a pas de sens, que les injustices abondent, que nous sommes finis, seuls et sans véritable liberté.
Dépression existentielle : quand la vie perd son sens

Dernière mise à jour : 07 décembre, 2020

La dépression existentielle est un type d’état psychologique peu connu mais récurrent. Parmi ses caractéristiques, on trouve par exemple le sentiment que nous ne répondons pas aux attentes, que la vie n’a pas de sens ou que le monde est un endroit désordonné, un scénario où règnent l’injustice et l’inégalité infinie.

Il est possible que ce terme nous semble étrange et même risqué d’un point de vue clinique. Il est vrai qu’il ne figure pas dans le DSM-V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) et que nous ne connaissons personne qui ait reçu ce diagnostic. Toutefois, il convient de noter qu’il s’agit d’un type de trouble psychologique courant et qu’une partie de la population en souffre.

Histoire de la dépression existentielle

C’est en 2012 que le Dr Robert Seubert a publié un article de recherche dans le Journal de l’Association européenne de psychiatrie afin de mettre en lumière quelque chose d’important. Une partie de notre société ne réagit pas aux traitements ordinaires de la dépression et cela peut être lié au type de personnalité et même à des capacités intellectuelles élevées.

Il y a des gens qui naviguent dans d’autres univers psychiques, dans lesquels ils se posent des questions plus profondes et ressentent un type de souffrance qui sort de l’ordinaire. L’anxiété face à l’avenir du monde ou la tristesse de ne pas trouver le vrai sens de la vie peuvent provoquer une dépression très particulière.

Un homme se tenant la tête.
La dépression existentielle apparaît chez les personnes ayant de grandes capacités intellectuelles.

La dépression existentielle : définition, symptômes et causes

Il est possible que cette typologie dépressive nous ramène à des auteurs comme Søren Kierkegaard ou Friedrich Nietzsche. Leur courant philosophique nous a parlé des principes de liberté et de responsabilité individuelle, de la solitude humaine et de ce concept très classique qu’est l’angoisse existentielle.

Ce dernier terme fait référence à cette peur de l’avenir, du poids de nos décisions, du vertige de ne pas devenir ce que l’on attend. Mas quel est le rapport avec la dépression existentielle elle-même ?

En réalité, il est très étroit. L’une des personnalités qui a le plus étudié cette condition psychologique est Irvin David Yalom, professeur de psychiatrie à l’université de Stanford et psychothérapeute. L’une de ses œuvres les plus remarquables est la “Psychothérapie existentielle”.

Il y parle des principales caractéristiques que présente la personne souffrant de ce type de dépression. Comme nous le verrons, elle est assez semblable aux idées qui nous ont été transmises en son temps par les figures les plus représentatives de l’existentialisme en philosophie.

Vous pourriez être intéressé par : Le stress quotidien peut provoquer une dépression

Quels sont les symptômes de la dépression existentielle ?

Toute dépression est un phénomène multidimensionnel et complexe. Chaque personne la vit de manière différente et elle intervient comme une comorbidité d’autres troubles, comme l’anxiété. Cependant, ce type de réalité présente une série de caractéristiques très particulières, qui sont les suivantes.

  • Manque de sens : la personne ne trouve pas de sens à son existence. Elle a l’impression d’avancer dans un vide où rien n’est transcendant, authentique ou enrichissant pour l’esprit.
  • Sentiment de ne pas être compris : c’est celui de se sentir étranger dans ce monde, ainsi que seul.
  • Ne pas pouvoir s’épanouir : parce que la société est limitée, parce qu’il n’y a pas de mécanismes pour favoriser cette croissance créative, professionnelle, humaine et civique.
  • Souffrir des injustices sociales : des inégalités, du manque de liberté.
  • Des divagations fréquentes sur la mort : on pense à la nature fugace des êtres humains. Les idées suicidaires sont également présentes dans ce type de troubles psychologiques.
  • Manifestations physiques : telles que l’épuisement, l’insomnie, l’hypersomnie, les troubles alimentaires.

Un type de dépression courant chez les personnes ayant de hautes compétences intellectuelles

La dépression existentielle fait partie d’une théorie développée par le psychiatre Kazimierz Dabrowski (1902-1980). Cette approche est appelée désintégration positive et repose sur l’explication suivante :

  • Les gens peuvent passer par 5 étapes de développement personnel.
  • Cependant, environ 70 % de la population ne dépasse pas les trois premières étapes. C’est un développement dans lequel on finit par s’habituer aux orientations fixées par la société, jusqu’à ce que, peu à peu, on y trouve sa place et qu’on s’adapte.
  • D’autre part, 30% atteignent le sommet de leur développement personnel et, loin d’apporter plus de sagesse ou de bien-être, cela signifie qu’ils doivent passer par une période de crise existentielle. Ils ne se sentent pas intégrés dans ce que la société attend d’eux.
  • C’est ce que le Dr Dabrowski a appelé la désintégration positive. C’est-à-dire que celui qui atteint ce niveau est obligé de se reformuler, de se désintégrer pour se reconstruire.
  • Néanmoins, il est fréquent qu’ils traversent une période de doutes profonds, d’angoisse, de ne pas trouver le sens de ce qui les entoure.
  • Ce type de souffrance est fréquent chez les personnes ayant un QI élevé ; les hommes et les femmes qui présentent le plus souvent des signes de dépression existentielle.

Vous pourriez également être intéressé par : Que faire et dire si votre partenaire souffre de dépression

Une femme en transparence dans une forêt.
Le sentiment que la vie n’a pas de sens est l’une des idées les plus récurrentes chez les personnes souffrant de dépression existentielle.

Stratégies thérapeutiques

La dépression existentielle peut-elle être traitée ? Ce type d’affection, comme tout autre type de trouble de l’humeur, est traitable.

Il est généralement important d’individualiser la stratégie de traitement en tenant compte des besoins de chaque personne. Ainsi, il y aura ceux qui, en plus de la thérapie psychologique, bénéficieront d’une réponse pharmacologique (antidépresseurs). Mais comment aider la personne ayant de hautes compétences intellectuelles qui souffre de dépression ?

  • La thérapie cognitivo-comportementale est toujours une bonne stratégie. Elle nous permettra d’orienter ces réflexions vers des approches plus positives pour trouver un nouveau sens à la vie. Elle cherchera également à fixer des objectifs qui permettront à la personne de les atteindre et de retrouver l’espoir en l’avenir.
  • Nous travaillerons sur la gestion des émotions afin de réduire l’impact des émotions les plus négatives ou les plus compliquées. L’objectif est de s’assurer que la personne continue à se développer, mais sans le fardeau de l’angoisse et de la négativité.
  • Thérapie d’acceptation et d’engagement (TAC). Ce type d’approche nous permet de supposer que le monde n’est souvent pas comme nous le voulons. Nous devons accepter l’incertitude, la contradiction et l’injustice sans être invalidés par cette souffrance. Mais en nous engageant à fixer une série de valeurs et d’objectifs pour les conquérir.

Aborder la dépression existentielle, même si elle ne figure pas dans les manuels

En conclusion, bien que la dépression existentielle ne figure pas dans les manuels de diagnostic, il existe des traitements et des stratégies efficaces pour assurer le bien-être des personnes qui en souffrent. Il est difficile pour un patient de se présenter à la consultation avec cette approche, mais ce sont ses sentiments sur le monde qui l’entoure qui le pousseront à chercher de l’aide.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 façons d’équilibrer la chimie du cerveau pour affronter la dépression
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
3 façons d’équilibrer la chimie du cerveau pour affronter la dépression

Marcher une demi heure par jour est une façon idéale d'équilibrer la chimie du cerveau pour favoriser la production de sérotonine et eviter la dépr...



  • Dabrowski, K. (1966). The Theory of Positive Disintegration. International Journal of Psychiatry, 2(2), 229-244.
  • Webb, J. T., Meckstroth, E. A. and Tolan, S. S. (1982). Guiding the Gifted Child: A Practical Source for Parents and Teachers. Scottsdale, AZ: Gifted Psychology Press, Inc. (formerly Ohio Psychology Press).
  • Marjorie Battaglia; Sal Mendaglio; Michael Piechowski (2013). Ann Robinson; Jennifer Jolly (eds.). Kazimierz Dabrowski – A Life of Positive Maladjustment (1902-1980)A Century of Contributions to Gifted Education: Illuminating Lives. London: Routledge. pp. 181–198.
  • Rodríguez, Magda Yaneth Acevedo, and Leidy Mayerly Gélvez Gafaro. “Estrategias de intervención cognitivo conductual en un caso de depresión persistente.” Revista Virtual Universidad Católica del Norte 55 (2018): 201-217.
  • Sidoli, Mara (1983). “De-Integration and Re-Integration in the First Two Weeks of Life”. J. Anal. Psychol. 28(3): 201–212.
  • Yalom, I. D. (1980). Existential Psychotherapy. New York: Basic Books.
  • Skrzyniarz, Ryszard. “Lublin teachers, lecturers and masters of Kazimierz Dąbrowski: discovering the biography.” Polska Myśl Pedagogiczna 5.5 (2019).
  • Luciano, Carmen, et al. “Dificultades y barreras del terapeuta en el aprendizaje de la Terapia de Aceptación y Compromiso (ACT).” International journal of psychology and psychological therapy 16.3 (2016): 357-373.