Des études signalent que les laits artificiels pour bébés contiennent une grande quantité de sucre

Les laits artificiels pour bébés contiennent, en général, de fortes concentrations de sucre. C'est ce qu'ont révélé plusieurs études scientifiques qui alertent sur leurs effets secondaires à moyen et long terme.
Des études signalent que les laits artificiels pour bébés contiennent une grande quantité de sucre

Dernière mise à jour : 13 juin, 2021

Les laits artificiels pour bébés sont très utilisés pour compléter l’alimentation des plus petits ou pour remplacer le lait maternel. Néanmoins, des études récentes suggèrent que la quantité de sucres contenue dans ces laits est excessivement élevée.

Ceci pourrait avoir des conséquences négatives sur le développement de l’organisme. L’une d’elles est l’altération de la microflore qui, au cours des premières étapes de la vie, est sensible à l’alimentation, comme l’affirme cette étude. Un trop grand apport en sucres pourrait conditionner la prédisposition à être atteint de diabète, d’obésité ou d’autres maladies complexes.

Les laits artificiels pour bébés et le lait maternel

L’idéal serait que ces préparations ressemblent le plus possible au lait maternel en termes de valeur nutritionnelle. De cette façon, nous assurerions le bon développement de l’enfant et le bon fonctionnement de son organisme.

Néanmoins, il peut être intéressant d’inclure des quantités légèrement plus élevées de certains nutriments, comme les oméga-3. Ces acides gras, selon les études, sont impliqués dans le développement cérébral. Par ailleurs, ils possèdent une capacité anti-inflammatoire intéressante.

Quantité de sucre dans les laits artificiels

Même si le lait maternel contient du lactose, un sucre qui n’est pas digérable au cours des premières étapes de la vie, les laits artificiels présentent une quantité excessive de sucres simples. En fait, dans un grand nombre de préparations et de laits artificiels pour bébés, le contenu en sucres est supérieur à 7,5 grammes pour 100 ml de produit. Cette concentration en sucres est comparable, par exemple, à celle contenue dans les boissons pour sportifs.

Il convient de souligner que le sucre, en plus d’apporter des propriétés organoleptiques, présente un certain effet addictif, comme certaines recherches le signalent. Il n’y a donc rien de bon dans le fait de soumettre les bébés à un excès de ce nutriment. Si nous le faisons, le palais du bébé s’y habituera et il tombera dans une consommation excessive.

Une maman et son bébé.

Le sucre et les maladies complexes

De plus en plus d’études relient la consommation de sucre chez des personnes non sportives au risque de développer des maladies complexes à moyen terme. Le lien entre la consommation de sucres simples et le diabète ou l’obésité est assez clair. On a aussi pu relier la consommation de ce nutriment à un risque d’être atteint de certains types de cancer.

Comme si cela ne suffisait pas, la consommation de cette substance a aussi une relation étroite avec le risque de maladie cardiovasculaire chez les enfants. C’est ce qu’un article de la revue Circulation souligne. En outre, l’ajout d’édulcorants artificiels aux produits, pour remplacer le sucre, ne semble pas être une solution très efficace au moment de lutter contre le risque de ce type de pathologies.

L’importance des étiquettes

Ainsi, il apparaît fondamental de bien lire les étiquettes des produits avant de les acheter. Et encore plus s’il s’agit d’aliments destinés à un public infantile, chez qui un mauvais choix d’ingrédients de manière continue peut contribuer à l’apparition de futurs problèmes de santé.

Il convient de choisir des laits artificiels pour bébés qui se composent de faibles quantités de sucre et soient riches en protéines, en minéraux et en acides gras de type oméga-3. Par ailleurs, il peut être intéressant que ces produits soient légèrement supplémentés avec des probiotiques pour améliorer la composition de la microflore lors des premières étapes de la vie. Ceci débouchera sur des effets très positifs sur la santé à moyen et long terme.

Du lait infantile.

Ceci peut vous intéresser : Les effets des oméga-3 sur le cerveau

À prendre en compte

Les laits artificiels contiennent parfois une plus grande quantité de sucre que celle recommandée. Bien souvent, la concentration de ce nutriment est semblable à celle d’une boisson pour sportifs.

Ce nutriment est assez dangereux quand on l’ingère de façon régulière et sous de grandes quantités. Surtout quand il s’agit de le consommer lors des premières étapes de la vie.

Il est donc crucial de faire attention aux étiquettes des produits et de choisir ceux qui présentent le moins de sucre. Nous ne devons pas oublier que le lait maternel contient du lactose et il peut être intéressant que ces types de laits en présentent aussi dans leur composition. L’abandon du lactose pourrait déboucher sur des intolérances à court et moyen terme, ce qui n’a rien de positif.

It might interest you...
Médicaments qui peuvent augmenter le niveau de sucre
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Médicaments qui peuvent augmenter le niveau de sucre

Certains médicaments d'usage commun peuvent augmenter le niveau de sucre dans le sang. Ils peuvent même entraîner une décompensation.



  • Milani C., Duranti S., Bottacini F., Casey E., Turroni F., Mahony J., et al., The first microbial colonizers of the human gut: composition, activities and health implications of the infant gut microbiota. Microbiol Mol Biol Rev, 2017.
  • Innis SM., Dietary omega 3 fatty acids and the developing brain. Brain Res, 2008. 1237: 35-43.
  • DiNicolantonio JJ., O’Keefe JH., Wilson WL., Sugar addiction: is it real? A narrative review. Br J Sports Med, 2018. 52 (14): 910-913.
  • Makarem N., Bandera EV., Nicholson JM., Parekh N., Consumption of sugars, sugary foods and sugary beverages in realtion to cáncer risk: a systematic review of longitudinal studies. Annu Rev Nutr, 2018. 38: 17-39.
  • Vos MB., Kaar JL., Weish Ja., Van Horn LV., et al., Added sugars and cardiovascular disease risk in children: a scientific statement from the american heart association. Circulation, 2017. 135: 1017-1034.