Des scientifiques espagnols découvrent les cellules responsables de la rechute du cancer du côlon

Avec son équipe de chercheurs, Eduard Batlle a découvert les cellules responsables des métastases dans le cancer du côlon. Que signifie la découverte pour les traitements contre le cancer ?
Des scientifiques espagnols découvrent les cellules responsables de la rechute du cancer du côlon
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 10 novembre, 2022

Des scientifiques espagnols ont publié leur récente découverte sur les cellules cancéreuses du côlon dans la revue Nature. Selon leurs résultats, il serait possible d’identifier la partie des tumeurs d’origine qui serait plus tard capable de générer une métastase ou une rechute.

L’équipe dirigée par Eduard Batlle, à l’IRB Barcelone, étudie depuis un certain temps les questions liées au cancer, aux métastases et à l’immunothérapie. Cette approximation qu’ils ont obtenue du mécanisme redouté de propagation oncologique est porteuse d’espoir pour la survie des patients.

Rappelons que le cancer du côlon est un problème mondial de santé publique. Plus de 40 000 diagnostics annuels de la pathologie sont calculés en Espagne et il s’agit du deuxième néoplasme le plus meurtrier de la planète.

Pourquoi il y a autant de rechutes du cancer du côlon ?

Lorsqu’un patient est diagnostiqué avec ce cancer, l’étape de la stadification et de la planification du traitement commence. Selon son état et le tableau clinique, le traitement à suivre sera déterminé : une chirurgie, une chirurgie avec radiothérapie, une chirurgie avec radiothérapie et chimiothérapie, et administration de médicaments biologiques ou immunomodulateurs.

Dans le cas où il est possible d’enlever la tumeur primaire avec une chirurgie réussie, la peur de la rechute s’ensuit. On estime que 35 % des patients présentent une métastase des années plus tard, même s’il semble que la tumeur d’origine a été limitée et sectorisée.

Ainsi, force est de constater que les rechutes sont synonymes de peur pour les patients déjà opérés, mais aussi d’inquiétude pour les équipes médicales. Comment prévenir ces métastases ? Peut-on faire quelque chose pour améliorer la survie ?

Face à ces questions, les scientifiques espagnols de l’IRB Barcelone se sont penchés sur les cellules qui pourraient être à l’origine des rechutes. En d’autres termes, ils ont posé la question de l’existence de cellules malignes qui seraient capables de se cacher d’une certaine manière et pourraient donc être ultérieurement à l’origine d’une récidive.

Il y a plus ou moins cinq ans, nous avons décidé d’étudier cette étape du processus sur laquelle il existe très peu d’informations.

~ Eduard Batlle ~
Cellules tumorales.
Certaines cellules tumorales sont capables de se détacher pour se déplacer vers d’autres organes. C’est le début des métastases.

La découverte des scientifiques espagnols sur le cancer du côlon

Avec une date de publication de novembre 2022, l’article de la revue Nature qui relate les recherches menées par les scientifiques espagnols s’intitule Metastatic recurrence in colorectal cancer arises from residual EMP1+ cells. Le titre commence par une affirmation forte dont nous avons parlé : jusqu’à 40 % des patients atteints d’un cancer du côlon opéré développeront des métastases.

Pourquoi ? Les chercheurs ont découvert que ce cancer est composé de différents types de cellules. Certaines contribuent à la croissance de la tumeur primaire, tandis que d’autres ont des fonctions différentes. Parmi ces dernières, il y a un groupe qui ne fait rien pour augmenter la taille de la tumeur.

Alors pourquoi sont-elles là ? Cela n’est pas clair, bien que l’on sache qu’elles ont la capacité de se détacher de la tumeur primaire pour apparaître plus tard sous forme de métastases, même des années après la chirurgie pratiquée par les médecins pour traiter le cancer du côlon.

Ce groupe de cellules a été appelé high relapse cells ou HRC. La traduction serait “cellules avec une forte probabilité de rechute”.

Lorsqu’elles se détachent de la tumeur primaire, les HRC circulent dans le sang et ont tendance à se déposer dans le foie de la personne. Là, elles restent dans un état presque dormant. Les médecins retirent la tumeur primaire du côlon et, des années plus tard, ces HRC commencent à se multiplier pour former des métastases. C’est la rechute.



[/atomik -lu-aussi ]

L’expérience de la souris

Les scientifiques espagnols qui ont découvert ces cellules de rechute du cancer du côlon ont fait des expériences sur des souris. Avec des techniques de laboratoire, chez les animaux chez qui le cancer avait été induit, ils ont pu bloquer les HRC.

Ils ont ensuite opéré les souris pour leur tumeur primaire et analysé la présence ou l’absence de métastases. Les résultats ont été accablants. Les animaux opérés n’ont pas eu de métastases au cours du suivi.

C’est-à-dire qu’avec le blocage ou l’élimination des cellules avec une forte probabilité de rechute, la chirurgie est un succès et il n’y a pas de rechute. Cela prouve non seulement l’existence des HRC, mais ouvre également la porte à des traitements prometteurs, à l’avenir, pour réduire le risque métastatique chez l’homme.



[/atomik -lu-aussi ]

A quoi sert de connaître ces cellules ?

L’avenir du traitement du cancer semble reposer sur l’immunothérapie. Il existe deux manières principales de procéder :

  1. Par la prescription de substances qui bloquent les mécanismes des cellules tumorales.
  2. Grâce à des médicaments qui renforcent l’action naturelle des cellules de défense de l’organisme, afin qu’elles puissent attaquer efficacement la tumeur.
Edouard Batlle.
Eduard Batlle, le chercheur principal de l’équipe qui a fait cette découverte.

Ce que les scientifiques espagnols ont découvert à propos des cellules des rechutes du cancer du côlon, c’est qu’il est possible d’améliorer le traitement des patients avec des médicaments adaptés. Si nous avions une immunothérapie qui bloque le HRC, les récidives de cette pathologie seraient minimes ou n’existeraient pas.

Diverses investigations sont menées dans d’autres pays pour valider des médicaments immunomodulateurs. On s’attend à ce que les découvertes de médicaments soient combinables avec cette découverte de HRC.

Le fait que cette population de cellules à forte probabilité de rechute puisse être sensible à l’immunothérapie suggère que les résultats obtenus dans l’étude auront un impact important dans la pratique clinique à très court terme.

~ Lluís Espinosa, IMIM-Hospital del Mar ~

Nous sommes plus près de comprendre une partie du mécanisme derrière les métastases du cancer du côlon. Peut-être sommes-nous confrontés à un changement de paradigme dans les protocoles de traitement de cette maladie.

Il est possible que dans quelques années des médicaments soient disponibles pour être administrés avant la chirurgie et qu’ils améliorent le pronostic après la chirurgie. Il s’agirait d’un traitement pour prévenir les rechutes jusqu’à 5 ans.

Cela pourrait vous intéresser ...
Journée mondiale du cancer du côlon : faites-vous dépister !
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Journée mondiale du cancer du côlon : faites-vous dépister !

Le traitement du cancer du côlon peut être facilité par un dépistage précoce, d'où l'existence d'une Journée mondiale du cancer du côlon.



  • Böckelman, Camilla, et al. “Risk of recurrence in patients with colon cancer stage II and III: a systematic review and meta-analysis of recent literature.” Acta oncologica 54.1 (2015): 5-16.
  • Cañellas-Socias, A., Cortina, C., Hernando-Momblona, X. et al. Metastatic recurrence in colorectal cancer arises from residual EMP1+ cells. Nature (2022). https://doi.org/10.1038/s41586-022-05402-9
  • Ganesh, Karuna, et al. “Immunotherapy in colorectal cancer: rationale, challenges and potential.” Nature reviews Gastroenterology & hepatology 16.6 (2019): 361-375.
  • Messersmith, Wells A. “NCCN guidelines updates: management of metastatic colorectal cancer.” Journal of the National Comprehensive Cancer Network 17.5.5 (2019): 599-601.
  • Vasquez, Liliana, et al. “Inmunoterapia en cáncer: de los inicios al premio Nobel.” Revista Peruana de Medicina Experimental y Salud Pública 37 (2020): 115-121.