Des vitamines du groupe B pour un cerveau jeune

Une alimentation variée fournit à l'organisme les différents nutriments dont il a besoin pour fonctionner correctement. Les vitamines du groupe B sont parmi les nutriments les plus importants pour le cerveau. Savez-vous pourquoi ?
Des vitamines du groupe B pour un cerveau jeune

Dernière mise à jour : 17 février, 2021

Vous avez certainement déjà entendu dire que les vitamines sont fondamentales pour la santé. Mais savez-vous que les vitamines du groupe B sont essentielles à la santé du cerveau ? Et en particulier à sa jeunesse ?

Ces nutriments agissent effectivement comme catalyseurs des réactions physiologiques qui ont lieu dans l’organisme. Celles qui se produisent dans le cerveau ne font pas exception.

Selon les résultats de diverses recherches, les carences en vitamines B6, B9 et B12 peuvent entraîner des pathologies cérébrales, tant au cours du développement qu’à l’âge adulte. Par conséquent, ces substances sont nécessaires à la santé de cet organe indispensable qui fait partie du centre de contrôle de l’ensemble de l’organisme. Découvrez-en davantage dans cet article.

L’importance de l’homocystéine

L’une des fonctions de ces vitamines est de prévenir l’accumulation de l’homocystéine. Une substance toxique qui est produite au cours du métabolisme et qui peut rendre le cerveau malade si elle n’est pas éliminée correctement.

Formule chimique de l'homocystéine.

D’autre part, l’homocystéine est un résidu métabolique qui se produit au sein de l’organisme. Il ne cause généralement pas de dégâts, car nous disposons de systèmes pour l’éliminer.

Néanmoins, lorsque l’élimination de cette substance n’est pas efficace, cela peut donner lieu à une obstruction des parois des vaisseaux sanguins. Cette diminution des conduits rend difficile la circulation du sang dans tout le corps, y compris le cerveau. Par ailleurs, l’accumulation de l’homocystéine peut endommager les neurones.

Pour éliminer ce résidu, l’action des vitamines B6, B9 et B12 est nécessaire. Cette action est si importante que les carences en vitamines B augmentent le risque de maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et la démence. C’est ce qu’affirme une recherche publiée dans le magazine Advances in Nutrition.

Prévenir les carences en vitamines du groupe B pour éviter le risque de pathologies mentales

Au cours des dernières années, les recherches ont constaté, à travers les preuves scientifiques, que les niveaux des vitamines du groupe B sont faibles chez les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Cela est également lié à l’âge.

Un consensus international a récemment été publié. Il conclut que les taux élevés d’homocystéine dans le sang (entre 5 et 30 % de plus que la normale) constituent un risque de déficience cognitive et de démence chez les personnes âgées.

La correction des carences en vitamine B peut être simple. En consommant régulièrement des aliments riches en vitamines B.

Etant donné que nous les trouvons dans divers aliments, tels que la viande, le poisson et les légumes à feuilles vertes, il n’est pas difficile d’obtenir des vitamines du groupe B et de corriger (ou prévenir, selon le cas) des carences.

Sources naturelles de vitamines B6, B9 et B12

A titre indicatif, voici quelques aliments riches en vitamines B6, B9 et B12. Leur consommation au sein d’une alimentation variée, équilibrée et suffisante aidera à maintenir un cerveau jeune et en bonne santé.

Vitamine B6

Des avocats farcis.

Nous la trouvons dans les viandes de volaille (poulet, dinde, caille, canard, poule, faisan, etc). Ainsi que les poix chiches, le thon, les céréales et les pommes de terre.

La carence en vitamine B6 est associée au risque de dépression, de vertiges et de défenses faibles.

Vitamines du groupe B : Vitamine B9

Bol d'épinards.

La vitamine B9 est présente dans les légumes et les végétaux à feuilles vertes (brocoli, épinards, laitue, blettes, persil, cresson, etc). En plus d’aliments tels que l’avocat, la papaye, l’orange, les légumineuses et les fruits secs.

Sa carence peut entraîner des maux de tête, une irritabilité, des sautes d’humeur, une faiblesse ainsi qu’un manque de concentration.

Vitamine B12

Les oeufs contiennent des vitamines du groupe B.

La vitamine B12 est particulièrement abondante dans les viandes, le poisson, les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers. Les personnes vegan souffrent généralement de carence en vitamine B12.

Il a été prouvé qu’un déficit en vitamine B12 peut provoquer des troubles de la mémoire, une dépression, et souvent une perte des fonctions cognitives. De plus, cette carence conditionne l’apparition de l’anémie.

Introduire des vitamines du groupe B pour préserver les fonctions cognitives

Le régime méditerranéen est idéal pour obtenir les quantités adéquates de vitamines du groupe B. Il représente donc une excellente option pour maintenir le cerveau jeune et en bonne santé.

Enfin, si vous suivez un régime omnivore, qui comprend des quantités suffisantes des divers nutriments, vous aurez certainement des niveaux normaux d’homocystéine. Toutefois, si, malgré une bonne alimentation, vous présentez des taux anormaux de ce métabolite, consultez votre médecin. Il pourrait s’agir d’un trouble métabolique.

It might interest you...
Conservation des vitamines : tout ce que vous devez savoir
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Conservation des vitamines : tout ce que vous devez savoir

Il est nécessaire de connaître les processus qui peuvent affecter la conservation des vitamines pour éviter des pertes et des carences.

 



  • Fenech M., Vitamins associated with brain aging, mild cognitive impairment, and alzheimer disease: biomarkers, epidemiological and experimental evidence, plausible mechanisms, and knowledge gaps. Adv Nutr, 2017.
  • Selhub J., Bagley JC., Miller J., Rosenberg IH., B vitamins, homocysteine, and neurocognitive function in the elderly. The American Journal of Clinical Nutrition, 2000.
  • Smith AD., Refsum H., Bottiglieri T., Fenech M., et al., H0mocysteine and dementia: an international consensus statement. J Alzheimers Dis, 2018. 62 (2): 561-570.