Diphénidol : à quoi ce médicament sert-il ?

4 mai 2020
L'indication principale du diphénidol est la prévention et le contrôle du vertige périphérique. Le vertige périphérique est l'un des symptômes de la maladie de Ménière, de la labyrinthite, de la chirurgie de l'oreille moyenne et de la cinétose. 

Le diphénidol est un médicament qui possède des propriétés efficaces pour traiter le vertige et les nausées (antiémétique). Il exerce son action sur l’appareil vestibulaire afin de contrôler le vertige périphérique. Il exerce son effet antiémétique directement sur quelques récepteurs spécifiques dans le système nerveux central.

Aimeriez-vous en savoir plus sur le sujet ? Sachez-en plus dans la suite de cet article.

Quelles sont les indications du diphénidol ?

Le diphénidol sert à contrôler le vertige périphérique

La principale indication de ce médicament est la prévention et le contrôle du vertige périphérique. Ce symptôme fait partie des symptômes de la maladie de Ménière, de la labyrinthite, de la chirurgie de l’oreille moyenne et de la cinétose.

Le vertige correspond à une sensation de mouvement ou de tournis. Les personnes qui souffrent de vertige ont l’impression qu’elles sont en train de tourner sur elles-mêmes ou de bouger ou encore que le monde tourne autour d’elles.

Le vertige périphérique s’explique par un problème au niveau de l’oreille interne, laquelle se charge de contrôler l’équilibre. Ce problème peut également impliquer le nerf vestibulaire, à savoir le nerf qui connecte l’oreille interne au tronc cérébral.

Cette maladie peut également être due à l’une raisons suivantes :

  • Vertige positionnel bénin
  • Médicaments (antibiotiques aminoglycosides, cisplatine, diurétiques ou salicylates)
  • Lésion, telle qu’un traumatisme crânien
  • Inflammation du nerf vestibulaire
  • Irritation et gonflement de l’oreille interne, labyrinthite
  • Maladie de Ménière
  • Pression au niveau du nerf vestibulaire, généralement à cause d’une tumeur non cancéreuse telle qu’un méningiome ou encore un schwanomme

Le diphénidol est également indiqué dans la prévention et le contrôle des nausées et des vomissements causés par les chimiothérapies. Mais aussi les radiothérapies.

Comment est administré ce médicament ?

Il faut prendre ce médicament avec des aliments afin d’éviter l’irritation gastro-intestinale que ce médicament peut provoquer, ou afin de l’atténuer. Les adultes doivent prendre un comprimé toutes les quatre heures pour traiter les nausées, le vertige et les vomissements, et ce, aussi longtemps que nécessaire.

Néanmoins, dans certains cas, deux comprimés toutes les quatre heures sont nécessaires. La dose journalière maximale de diphénidol est de 300 mg. L’estomac et l’intestin absorbent bien cette substance, laquelle atteint le niveau maximum dans le sang entre la première heure et demi et la troisième heure après la prise. Cette substance s’élimine, qui plus est, dans l’urine.

Cet article peut également vous intéresser : Quels sont les symptômes du vertige ?

Les contre-indications du diphénidol et les précautions à prendre

La consommation de diphénidol est contre-indiquée en cas d'insuffisance rénale

Les patients dont la fonction rénale est détériorée doivent prendre des précautions, car le diphénidol peut s’accumuler.

Par ailleurs, ce médicament est contre-indiqué dans les cas suivants :

  • Hypersensibilité à ce médicament
  • Maladie obstructive gastro-intestinale
  • Maladie obstructive des voies urinaires
  • Insuffisance rénale
  • Glaucome
  • Hypotension artérielle

Il n’est pas non plus indiqué pour traiter les nausées et les vomissements liés à la grossesse, ni chez les enfants âgés de moins de six mois.

L’administration intraveineuse de ce médicament n’est pas non plus indiquée chez les personnes qui ont des antécédents de tachycardie sinusale. La raison est la suivante : ce médicament peut provoquer une crise cardiaque chez ces patients.

Les réactions indésirables du diphénidol

En raison de ses éventuels effets indésirables, son administration par voie intramusculaire est réservée aux patients hospitalisés. Parmi ces effets indésirables figurent les hallucinations visuelles, les hallucinations auditives, la désorientation et la confusion.

Ces réactions peuvent survenir dans les trois jours qui suivent le début du traitement. Généralement, ils disparaissent de façon spontanée une fois le traitement arrêté.

L’incidence des hallucinations auditives et visuelles, de la désorientation et de la confusion est très faible.

La somnolence, la surstimulation, la dépression, les troubles du sommeil, la sécheresse buccale, les nausées, une vision floue et la dyspepsie sont d’autres effets indésirables possibles.

Dans les cas les plus rares, les symptômes suivants peuvent se présenter : léger étourdissement, éruptions cutanées, mal de tête et acidité. Une légère baisse momentanée de la pression artérielle est également possible.

Cet article peut également vous intéresser : Causes de la vision floue et comment la soigner ?

Ce médicament peut-il interagir avec d’autres médicaments ?

L’effet antiémétique du diphénidol peut masquer les signes de surdose d’autres médicaments. Il peut également rendre difficile le diagnostic d’autres maladies telles que l’obstruction intestinale.

Ce médicament a une action centrale d’agent anticholinergique faible. Cette action est la même que celle produite pendant un traitement avec des médicaments du type atropine ou scopolamine. Pour cette raison, il ne faut pas utiliser le diphénidol avec des médicaments anticholinergiques, car ces derniers peuvent affaiblir son effet.

Avec des médicaments qui agissent comme des dépresseurs au niveau du système nerveux central, les effets indésirables augmentent. Selon les preuves scientifiques, le diphénidol peut interagir avec d’autres médicaments, notamment avec ceux qui se métabolisent par hydrolyse catalysée par des carboxylesterases (CES).

En somme…

Le diphénidol est un médicament qui appartient au groupe pharmaco-thérapeutique des antagonistes muscariniques. Sa prescription sert généralement à traiter le vertige périphérique.

 

  • Jaiswal, N., Lambrecht, G., Mutschler, E., Tacke, R., & Malik, K. U. (1991). Pharmacological characterization of the vascular muscarinic receptors mediating relaxation and contraction in rabbit aorta. Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics.
  • Pan, W., Chen, X., Guo, M., Huang, Y., & Yao, S. (2007). A novel amperometric sensor for the detection of difenidol hydrochloride based on the modification of Ru(bpy)32+ on a glassy carbon electrode. Talanta. https://doi.org/10.1016/j.talanta.2007.04.034
  • Imeri, L., Bianchi, S., Angeli, P., & Mancia, M. (1994). Selective blockade of different brain stem muscarinic receptor subtypes: effects on the sleep-wake cycle. Brain Research. https://doi.org/10.1016/0006-8993(94)90176-7
  • Leung, Y. M., Wu, B. T., Chen, Y. C., Hung, C. H., & Chen, Y. W. (2010). Diphenidol inhibited sodium currents and produced spinal anesthesia. Neuropharmacology58(7), 1147–1152. https://doi.org/10.1016/j.neuropharm.2010.02.007