Douleur à la mâchoire d'un seul côté : quelles en sont les causes ?

Votre mâchoire vous fait mal d'un seul côté ? Il est très probable que la cause soit bénigne, mais vous devez consulter un médecin.
Douleur à la mâchoire d'un seul côté : quelles en sont les causes ?

Dernière mise à jour : 27 avril, 2022

La douleur à la mâchoire qui apparaît sur un seul côté du visage est généralement pas grave. Mais il faut garder à l’esprit qu’il peut s’agir d’un symptôme de l’infarctus aigu du myocarde. Alors mieux vaut être vigilant et évaluer les symptômes qui accompagnent cette douleur.

Il est vrai que la douleur à la mâchoire affecte la qualité de vie. De nombreux patients perçoivent des difficultés à avaler, à mâcher et même à parler.

Les causes de la douleur à la mâchoire d’un côté ne sont pas toutes orales. Découvrez ci-dessous 8 causes à l’origine de cette douleur.

1. Trouble de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM)

L’ATM est une articulation qui relie la mâchoire inférieure aux os du crâne. Elle est composée d’éléments durs, les os, et de parties molles, les muscles, les ligaments et un disque intra-articulaire.

Cette articulation est la clé de la mastication. Son mouvement nous permet de broyer les aliments pour une bonne digestion, entre autres. Par conséquent, sa salubrité est un élément indispensable dans le cadre de l’exercice des fonctions vitales.

Le principal symptôme des troubles de l’ATM est la douleur. Celle-ci est généralement située dans l’oreille, près du temple. Mais elle peut rayonner vers le bas et affecter toute la branche ascendante de l’os de la mâchoire inférieure.

Parfois, la douleur de ce trouble est confondue avec d’autres douleurs. Il n’est pas rare qu’un patient consulte un médecin pensant qu’il souffre d’une autre maladie.

Les symptômes pouvant accompagner cette douleur sont généralement les suivants :

  • Bruit ou claquement dans l’oreille lors de la mastication ou de la parole
  • Difficulté à ouvrir tout l’angle d’ouverture de la bouche.

Le trouble de l’ATM lui-même est une situation qui répond à diverses causes. La procédure de diagnostic habituelle consiste à identifier le problème sous-jacent :

  • Bruxisme
  • Dommages au cartilage dans l’articulation, dus à l’usure ou au désalignement
  • Traumatisme antérieur
  • Arthrite ou arthrose de l’ATM

2. Infarctus aigu du myocarde

Parmi les causes graves de douleur à la mâchoire d’un côté, figure l’infarctus aigu du myocarde (IAM). Dans ce cas, la gêne se situe sur le côté gauche du visage, généralement après être remonté du cou.

Cette maladie survient lorsque le flux de sang et d’oxygène vers une région du muscle cardiaque est interrompu. En réponse à cela, les cellules sans irrigation meurent, mettant gravement en danger la continuité de la vie du patient.

La douleur d’une crise cardiaque est extrêmement intense. Les symptômes sont un sentiment de panique, l’essoufflement et même la perte de conscience. Bien que l’on s’attende à ce que cette douleur soit localisée dans la région latérale gauche du thorax, il y a des zones d’irradiation classiques.

Le bras gauche, l’épaule du même côté, le cou et la mâchoire sont les régions touchées par un IAM et qui peuvent conduire à une confusion diagnostique. Les symptômes d’accompagnement peuvent être très utiles pour orienter les soupçons, mais seuls un électrocardiogramme et un test de laboratoire sont capables de confirmer le diagnostic.

Il s’agit d’une situation potentiellement mortelle. Le temps qui s’écoule entre le début de l’infarctus et l’application des premiers secours doit être très court. De même, l’intervalle jusqu’à ce que l’oxygénation du cœur soit rétablie déterminera la possibilité de séquelles.



3. Sinusite

La sinusite est une inflammation de la muqueuse tapissant les sinus paranasaux. Ces derniers sont des cavités pneumatiques remplis d’air situés dans les os du crâne et du visage.

En général, une sinusite apparaît lorsqu’un rhume n’a pas évolué favorablement. Les mêmes agents pathogènes qui l’ont causé migrent dans les sinus et y provoquent une infection. Dans d’autres cas, il peut également y avoir une réaction allergique, due à des agents allergènes introduits par les voies respiratoires.

La douleur classique de la sinusite se situe au niveau du front, derrière les yeux ou sous les globes oculaires et de chaque côté du nez. Par ailleurs, les céphalées généralisées sont fréquentes. Aussi, un seul côté de la mandibule peut être douloureux à la palpation si l’infection est très avancée.

Lors de l’examen médical pour suspicion de sinusite, le médecin exerce généralement une pression sur les sinus paranasaux pour générer de la douleur. Dans le cas où l’inconfort s’est propagé à la mâchoire, le processus de diagnostic sera plus difficile.

Cependant, cette infection a tendance à se résoudre de manière auto-limitée. Seuls certains patients ont besoin d’antibiotiques.

4. Névralgie du trijumeau

La névralgie du trijumeau est une neuropathie, c’est-à-dire une maladie des nerfs. La maladie touche le nerf trijumeau (V). Ce nerf se compose de 3 branches qui se répartissent dans différentes zones du visage, en charge des fonctions motrices et sensorielles.

Les 3 branches du trijumeau sont l’ophtalmique, la maxillaire et la mandibulaire. Cette dernière est subdivisée en différents nerfs. Cela expliquerait pourquoi il est capable de provoquer des douleurs d’un côté de la mâchoire. De tous les nerfs impliqués, les plus importants sont les suivants :

  • Temporo-massétérique : ce nerf innerve le muscle masséter, responsable de la mastication.
  • Dentaire inférieur : c’est le nerf qui atteint les molaires et les prémolaires inférieures. De plus, il innerve les tissus mous du menton et des lèvres.
  • Lingual : il innerve une partie de la muqueuse de la langue et certaines glandes salivaires.
  • Auriculo-temporal : il transporte des informations et les recueille à partir de l’ATM.

La névralgie du trijumeau est alors capable de générer une douleur aiguë et insupportable dans l’une des régions de la mâchoire. Une blessure au trajet de l’un des nerfs peut être la cause du problème, mais il existe de nombreux cas de patients chez lesquels il devient impossible de déterminer la cause sous-jacente.

La douleur de la névralgie du trijumeau prend la forme de battements, de chaleur ou de brûlure et d’hypersensibilité de la peau. Elle est exacerbée lorsqu’il y a une friction contre le visage. Certaines personnes présentent également des contractures musculaires du visage, des spasmes et même une paralysie.

Le traitement est tout un défi médical. Il peut consister en la prise de médicaments ou en une thérapie de réadaptation.

5. Problèmes dentaires

Les caries et les abcès sont les causes dentaires principales de la douleur à la mâchoire. Mas il faut aussi tenir compte du moment de l’éruption des dents, notamment des dents de sagesse, et du bruxisme.

Les caries sont capables de produire une douleur intense, une sensibilité aux températures extrêmes des liquides et des aliments, ainsi que de favoriser les processus infectieux. Elles peuvent entraîner un abcès, avec une accumulation de pus qui exercera une pression et se traduira par une douleur.

Les douleurs à la mâchoire d’origine dentaire peuvent être persistantes ou aiguës, par exemple lors de la mastication. La simple observation de la cavité buccale est généralement une technique suffisante pour détecter le problème sous-jacent.

Nous ne pouvons pas en dire autant du bruxisme. Ce grincement des dents qui use les surfaces des éléments dentaires et affecte même l’articulation temporo-mandibulaire est susceptible d’évoluer lentement.

Parfois, les patients présentent des douleurs diffuses au visage ou aux oreilles qui ne s’expliquent pas par un traumatisme ou une infection. C’est alors que la suspicion de bruxisme surgit.

De son côté, l’éruption des dents de sagesse est un processus douloureux chez certains jeunes et adultes. Elles n’apparaissent pas toujours, mais si elles sortent et ne trouvent pas suffisamment d’espace pour se loger dans l’arcade dentaire, la douleur sera au rendez-vous. Si les dents de sagesse sont retenues dans l’os, une extraction chirurgicale sera nécessaire.



6. Blessures au visage et à la tête

Un traumatisme au visage ou à la tête peut être une raison suffisante pour expliquer la douleur d’un côté de la mâchoire. Notamment si le traumatisme a affecté les joues, le menton ou la zone autour des oreilles.

Dans les polytraumatismes dus aux accidents de la circulation, il est fréquent que des douleurs et des malaises apparaissent plus tard. Certaines blessures ne sont pas immédiatement apparentes compte tenu de la gravité et de la diversité des blessures.

Une ecchymose, à la suite d’un traumatisme facial, peut également causer de la douleur. Les hématomes sont des collections de sang et, à ce titre, ils exercent une pression sur les structures anatomiques voisines.

Les boxeurs, par exemple, sont des athlètes exposés à ce problème. La succession de coups au visage génère des lésions internes pouvant entraîner des contusions. Si elles deviennent trop grosses ou ne sont pas résolues rapidement, elles causeront des douleurs de pression.

Si elles sont superficielles, il peut ne pas y avoir de complications majeures, mais les plus profondes mettent en danger les structures vitales.

7. Ostéomyélite

L’ostéomyélite est une infection du tissu osseux. Elle se produit lorsque des bactéries envahissent un os et s’y multiplient. Entre la reproduction des colonies et la réponse inflammatoire de l’organisme, un environnement toxique se crée pour le corps humain.

Certaines ostéomyélites comportent un risque évident de septicémie, c’est-à-dire le passage de bactéries dans le sang. Cette situation est extrêmement grave : elle nécessite une hospitalisation, une réanimation et une antibiothérapie intraveineuse.

L’infection de l’os de la mâchoire inférieure peut être due à un effet secondaire de la chirurgie dentaire. Cela est plus probable si certains facteurs de risque sont présents, tels que la présence d’une infection antérieure dans la cavité buccale, un état d’immunosuppression ou un manque d’application des protocoles d’hygiène lors de l’exécution de la procédure au cabinet dentaire.

Dans ce cas, la douleur s’accompagne de fièvre et d’une mauvaise haleine. Le traitement est à base d’antibiotiques.

8. Tumeurs

Les tumeurs de la cavité buccale peuvent causer des douleurs à la mâchoire, mais il est également possible qu’une tumeur spécifique à l’os se développe dans la mâchoire inférieure. Parmi les options de diagnostic, figurent les suivantes :

  • Ostéome : Il s’agit d’une tumeur bénigne qui a tendance à être asymptomatique. Si elle grossit suffisamment, elle peut irriter les nerfs de la région maxillaire et s’exprimer avec douleur. Il est rare que sa taille la rende palpable de l’extérieur, à travers la peau.
  • Améloblastome : C’est aussi une tumeur bénigne. Son point d’origine est l’émail des dents et, bien qu’elle ne métastase pas, elle a une croissance notable qui envahit le maxillaire. Pour la résoudre, une extraction chirurgicale est planifiée et complétée par une radiothérapie.
  • Odontome : De toutes les tumeurs qui prennent naissance dans les dents, celle-ci représente plus de la moitié des cas rapportés.

La douleur à la mâchoire d’un côté mérite de l’attention

Bien que bon nombre de ses causes soient bénignes, la douleur à la mâchoire d’un côté nécessite une évaluation professionnelle. Rappelons que l’infarctus aigu du myocarde est l’une des causes possibles.

Tenez également compte des symptômes d’accompagnement. La fièvre ou la difficulté à ouvrir la mâchoire peuvent éveiller les soupçons et améliorer la rapidité avec laquelle le diagnostic est posé. Par conséquent, si vous avez des douleurs d’un seul côté de la mâchoire, consultez un médecin.

This might interest you...
Mâchoire disloquée : causes et traitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Mâchoire disloquée : causes et traitement

Une mâchoire disloquée est très douloureuse, mais assez rare. Découvrez dans cet article comment peut survenir ce problème de santé.



  • Carrera, M., et al. “Osteoma periférico en la mandíbula: presentación de caso.” Acta Odontológica Venezolana 47.2 (2009): 376-382.
  • Torres Lagares, Daniel, et al. “Ameloblastoma mandibular: Revisión de la literatura y presentación de seis casos.” Medicina Oral, Patología Oral y Cirugía Bucal (Ed. impresa) 10.3 (2005): 231-238.
  • Vázquez Diego, J., C. Gandini Pablo, and E. Carbajal Eduardo. “Odontoma compuesto: diagnóstico radiográfico y tratamiento quirúrgico de un caso clínico.” Avances en Odontoestomatología 24.5 (2008): 307-312.
  • Godoy, Luis Fernando, Ana Victoria Palacio, and Mauricio Naranjo. “Acción e influencia del bruxismo sobre el sistema masticatorio: Revisión de literatura.” Revista CES Odontología 21.1 (2008): 61-70.
  • Zielinsky, Luis. “Bruxismo y dolor crónico orofacial.” Rev. Ateneo Argent. Odontol (2002): 6-15.
  • Saenz-Quiroz, Lizardo, Elmo Palacios-Alva, and Yuri Castro-Rodríguez. “Diagnóstico y tratamiento de osteomielitis mandibular crónica.” Revista Cubana de Estomatología 58.1 (2021).
  • Sáez Yuguero, M. R., et al. “Dolor mandibular de origen cardíaco.” Avances en Odontoestomatología 19.5 (2003): 219-223.
  • Martorell Calatayud, Luis, Berta García Mira, and Miguel Peñarrocha Diago. “Actualización en el tratamiento del dolor orofacial.” Medicina Oral, Patología Oral y Cirugía Bucal (Ed. impresa) 9.4 (2004): 293-299.
  • IPS, P. S. (2018). GUÍA CLÍNICA DE TRASTORNOS DE LA ATM.