Douleur clitoridienne : quelles sont les causes ?

La sensibilité des organes génitaux féminins peut être altérée en cas de douleur clitoridienne. Découvrez les causes pour lesquelles de tels désagréments peuvent se produire.
Douleur clitoridienne : quelles sont les causes ?
Isbelia Esther Farías López

Rédigé et vérifié par la philosophe Isbelia Esther Farías López.

Dernière mise à jour : 26 mai, 2022

Certaines femmes disent ressentir une douleur clitoridienne pendant les rapports sexuels. Cela peut sembler curieux, car on pense souvent que cet organe ne peut qu’apporter du plaisir. Or, il arrive parfois que le clitoris soit au centre d’un certain inconfort, empêchant ainsi la femme d’apprécier le sexe ou la masturbation.

Si la douleur se manifeste de manière récurrente, le désir érotique peut être inhibé. C’est-à-dire qu’il est possible que la femme évite les rapports sexuels ou la masturbation pour contourner l’inconfort. Découvrez ci-dessous les raisons possibles pour lesquelles une douleur clitoridienne peut survenir.

Les causes de la douleur clitoridienne

Le clitoris est un petit organe sexuel extrêmement sensible, situé dans la partie supérieure de la vulve et dont la seule fonction connue est de procurer du plaisir sexuel aux femmes. La majorité des orgasmes sont atteints suite à une stimulation du clitoris.

Toutefois, cet organe peut souffrir d’un inconfort. Dans ce cas, il est alors nécessaire de déterminer l’origine du problème pour le résoudre.

1. Utilisation de produits d’hygiène inadéquats

De nombreux produits peuvent affecter le microbiote vaginal.
Les savons et les gels, comme les douches vaginales, peuvent altérer le microbiote.

Certaines irritations cutanées sont associées à l’utilisation de savons pour l’hygiène corporelle. Les lessives et les parfums pour vêtements sont d’autres agents irritants. 

Si la douleur clitoridienne est survenue après un changement dans la routine d’hygiène ou après un changement de lessive, alors la douleur est probablement due à un agent irritant.



2. Gonflement du clitoris

Si après une fréquence élevée de rapports sexuels, une femme ressent une douleur clitoridienne au moindre contact, il est probable qu’elle souffre d’une inflammation. Une inflammation qui a été causée par une friction excessive.

Face à cette situation, il faut réduire la fréquence des rapports. Il faut également faire preuve de plus de douceur, en maîtrisant la pression exercée sur cette zone, aussi bien lors des préliminaires que pendant la pénétration.

3. Manque de lubrification naturelle

La douleur clitoridienne peut être au manque de lubrification. Dans ce cas, il convient d’avoir recours à un lubrifiant pour faciliter le glissement et ainsi éviter un frottement excessif.



4. Infection vaginale

La douleur clitoridienne peut survenir à la suite d’une maladie gynécologique. Il existe diverses maladies vaginales, plus ou moins graves, dans lesquelles ce symptôme se manifeste.

Lorsque le malaise persiste pendant plusieurs jours, il est indispensable de se rendre chez un professionnel de santé pour procéder à une évaluation.

5. La vulvodynie, une autre cause possible de la douleur clitoridienne

La douleur clitoridienne peut être causée par une infection.

La sensation de douleur clitoridienne peut être causée par la « vulvodynie », à savoir par une gêne autour du vagin, c’est-à-dire dans la vulve. Chez certaines femmes, tout l’organe génital est touché ; chez d’autres, seulement certains de ses composants, comme le clitoris.

Selon l’intensité du trouble, il peut être insupportable de rester longtemps assis ou d’avoir des rapports sexuels. S’il n’est pas traité, il peut durer des mois.

Comment en finir avec la douleur clitoridienne ?

En somme, ce symptôme a une influence directe sur la santé, le bien-être et la vie sexuelle des femmes. Cela, à son tour, a un impact négatif sur les relations interpersonnelles.

Par conséquent, identifier la cause à l’origine de cette douleur le plus tôt possible est la première étape pour introduire des changements dans les routines intimes, ainsi que pour appliquer les solutions pertinentes. Une consultation médicale est incontournable si la gêne persiste ou si les épisodes sont récurrents.

Cela pourrait vous intéresser ...
Combien de fois est-il recommandé de se masturber ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Combien de fois est-il recommandé de se masturber ?

Vous êtes-vous déjà demandé combien de fois il est conseillé de se masturber et pourquoi ? Nous répondons ici à ces questions.



  • Falsetta, M., Foster, D., Bonham, A., & Phipps, R. (2016). A review of the available clinical therapies for vulvodynia management and new data implicating proinflammatory mediators in pain elicitation. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology, 124(2), 210–218. https://doi.org/10.1111/1471-0528.14157
  • Garnica, A. P. C., Salamanca, S., Hernández, N., Villamil, J. A., & Quiasua, D. C. (2019). Dermatitis de contacto alérgica e irritativa en región vulvar. Impacto de los jabones íntimos. Revista de la Asociación Colombiana de Dermatología y Cirugía Dermatológica, 27(4), 239-258. https://revista.asocolderma.org.co/index.php/asocolderma/article/view/1398
  • Gordon, A. S. (2002). Clitoral Pain: The Great Unexplored Pain In Women. Journal of Sex & Marital Therapy, 28(sup1), 123–128. https://doi.org/10.1080/00926230252851249
  • Puppo V. (2011). Anatomy of the Clitoris: Revision and Clarifications about the Anatomical Terms for the Clitoris Proposed (without Scientific Bases) by Helen O’Connell, Emmanuele Jannini, and Odile Buisson. ISRN Obstetrics and Gynecology2011, 261464. https://doi.org/10.5402/2011/261464
  • Reed, B. D., Plegue, M. A., Harlow, S. D., Haefner, H. K., & Sen, A. (2017). Does Degree of Vulvar Sensitivity Predict Vulvodynia Characteristics and Prognosis? The Journal of Pain, 18(2), 113–123. https://doi.org/10.1016/j.jpain.2016.10.006
  • Shallcross, R., Dickson, J. M., Nunns, D., Mackenzie, C., & Kiemle, G. (2017). Women’s Subjective Experiences of Living with Vulvodynia: A Systematic Review and Meta-Ethnography. Archives of Sexual Behavior, 47(3), 577–595. https://doi.org/10.1007/s10508-017-1026-1

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.