Droal : qu’est-ce que c’est et à quoi sert-il ?

13 janvier 2021
Droal est un médicament qui s'utilise pour le traitement à court terme de la douleur modérée à sévère en post-opératoire ou pour le traitement de la douleur causée par la colique néphrétique.

Droal est un médicament qui a le kétorolac trométamol pour principe actif. Il appartient au groupe des médicaments analgésiques, anti-inflammatoires et antipyrétiques.

Il s’agit d’un médicament qui s’utilise pour le traitement à court terme de la douleur modérée à sévère en post-opératoire ou pour le traitement de la douleur causée par la colique néphrétique.

Comment agit Droal et pour quoi est-il indiqué ?

Une personne prépare une injection.

Ce médicament inhibe l’activité de la cyclooxygénase et, par conséquent, la synthèse de prostaglandines. Sous des doses analgésiques, il présente un effet anti-inflammatoire inférieur à celui d’autres AINS.

Kétorolac trométamol peut se présenter sous forme de solution injectable et sous forme de comprimés à prendre par voie orale :

  • La présentation injectable s’emploie pour le traitement à court terme de la douleur modérée à sévère en post-opératoire ou pour la douleur causée par la colique néphrétique.
  • Kétorolac trométamol en comprimés s’utilise pour le traitement à court terme de la douleur légère ou modérée en post-opératoire.

Comment utiliser Droal

La dose de ce médicament devra s’ajuster en fonction de la sévérité de la douleur et de la réponse du patient, en essayant d’administrer la plus faible dose efficace.

La dose initiale recommandée par voie intramusculaire ou intraveineuse est de 10 mg. Ensuite, la dose serait de 10-30 mg toutes les 4 à 6 heures, selon les besoins du patient pour contrôler la douleur. En cas de douleur intense ou très intense, la dose initiale recommandée est de 30 mg. La dose maximale quotidienne recommandée est de 90 mg pour les adultes non âgés et de 60 mg pour les personnes âgées.

Le traitement avec kétorolac trométamol doit commencer à l’hôpital. En général, la durée maximale du traitement est de 2 jours. Néanmoins, si l’on passe au traitement par voie orale, la durée totale du traitement sera de 7 jours maximum.

Pour le traitement de la douleur de la colique néphrétique, on recommande d’utiliser une dose unique de 30 mg par voie parentérale. Chez la majorité des patients, le traitement au kétorolac par voie parentérale fournit l’analgésie adéquate. On peut cependant l’utiliser avec des analgésiques opiacés quand, à cause de la douleur, les doses maximales recommandées de kétorolac ne suffisent pas.

Découvrez aussi : Comment éviter la formation de calculs rénaux ?

À quel moment Droal est-il contre-indiqué ?

Ce médicament présente une série de contre-indications telles que :

  • Hypersensibilité au kétorolac trométamol ou autres AINS.
  • Ulcère peptique actif.
  • Angiœdème ou bronchospasme.
  • Grave insuffisance cardiaque.
  • Insuffisance rénale modérée à sévère.
  • Troubles de la coagulation.

D’autres contre-indications sont la grossesse, l’accouchement, l’allaitement et les enfants de moins de 16 ans. Droal ne doit pas s’utiliser avec d’autres AINS, AAS ou avec une thérapie anticoagulante.

Possibles effets secondaires de Droal

Droal en comprimés peut avoir des effets secondaires de type gastro-intestinal, comme un ulcère peptique, une perforation ou une hémorragie gastro-intestinale. Il peut parfois être mortel, surtout chez les personnes âgées.

D’autres effets indésirables peuvent être :

  • Nausées.
  • Vomissements.
  • Diarrhée.
  • Gaz.
  • Constipation.
  • Mal-être.
  • Douleur abdominale.

On peut aussi voir apparaître une inflammation de l’estomac, du sang dans les selles et une dégradation de la colite ulcéreuse et de la maladie de Crohn.

Poursuivez votre lecture : Pourquoi avons-nous parfois du sang dans les selles ?

D’autres troubles qui peuvent apparaître suite à la prise de ce médicament sont les suivants :

  • Troubles métaboliques ou de la nutrition, comme une anorexie ou une augmentation de potassium et de sodium.
  • Système nerveux : méningite, convulsions, vertige, somnolence, maux de tête, hyperactivité et diminution de la capacité de concentration, insomnie, fourmillement et engourdissement.
  • Psychiatriques : rêves anormaux, altération de la pensée, anxiété, dépression, euphorie, hallucinations, réactions psychotiques, nervosité.
  • Rénaux et urinaires : insuffisance rénale aigue, douleur dans les reins, augmentation de la fréquence de miction, rétention urinaire, diminution de la production d’urine ou autres indices d’inflammation rénale.
  • Cardiaques et vasculaires : gonflement, hypertension, insuffisance cardiaque, arythmies, suffocations, palpitations, hypotension, douleur thoracique, pâleur.
  • Appareil reproducteur et seins.
  • Hépatobiliaires : altération des tests hépatiques, hépatite, ictère, insuffisance hépatique.
  • Musculosquelettiques et du tissu conjonctif : douleur musculaire.
  • Altérations de la vue et bourdonnement dans les oreilles.

Conclusion

Le bilan bénéfice-risque de Droal peut être considéré comme favorable si l’on respecte de façon stricte les conditions d’utilisation autorisées. En d’autres termes, il est nécessaire de respecter les indications, la posologie et la durée du traitement indiquées par le médecin.

  • Lopez-Alarcon, & Ibañez, D. A. (1998). Ketorolaco: Indicaciones terapéuticas y vías alternativas a las contempladas en la ficha farmacológica. Rev. Soc. Esp. Dolor.
  • Gómez-Rojas, J. P. (2013). Tramadol-ketorolaco versus tramadol-dexketoprofeno en pacientes postoperados de prótesis de cadera y rodilla. Revista Mexicana de Anestesiologia.

  • S??nchez-Zerme??o, M. E., Guevara-L??pez, U., Medina-Rodr??guez, F., Serratos-V??zquez, M. C., G??mez-Fuentes, S., & Espinosa-Betancourt, J. (2014). Analgesia postoperatoria en pacientes polifracturados con morfina-ketorolaco versus analg??sicos no opi??ceos. Revista Mexicana de Anestesiologia.