Dyslalie de l'enfant : en quoi consiste-t-elle ?

Il est normal dans le processus d'apprentissage de la parole que l'enfant prononce mal certains sons. Mais s'il dépasse les quatre ans, il sera temps d'y prêter attention. On parle alors de dyslalia.
Dyslalie de l'enfant : en quoi consiste-t-elle ?
Leidy Mora Molina

Relu et approuvé par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Écrit par Ana Núñez

Dernière mise à jour : 04 octobre, 2022

La dyslalie infantile est normale dans les stades de croissance de l’enfant lorsqu’il apprend à parler. A environ un an il babille et à deux il comprend ce qu’on lui dit, il parle et il a un vocabulaire de plus d’une cinquantaine de mots qui s’enrichit sans cesse. A eux trois, il parle et interagit avec une aisance extraordinaire et se fait comprendre très facilement.

Cependant, il est très probable que tous les phonèmes ne se prononcent pas clairement. Notamment les « r » ou celles dites symphonies, qui sont celles qui sont composées de deux consonnes à la suite, comme « pl » ou « dr ». La complexité des apprentissages de l’enfant et de son rapport au monde nous étonnerait, mais tout cela coule de source.

S’il n’y a pas de problèmes physiques ou organiques -c’est le cas des dysglosies- qui affectent le système phonatoire et nécessitent une intervention, les problèmes articulatoires disparaîtront progressivement. Si ce n’est pas le cas, il est important de détecter précocement la dyslalie. Un traitement approprié peut y remédier et l’empêcher de durer et d’affecter votre vie scolaire et vos relations avec vos pairs.

Qu’est-ce que la dyslalie infantile ?

Éloge pour un enfant.
La dyslalie infantile est généralement normale lorsque l’enfant apprend à parler.

La dyslalie est un trouble de l’articulation et de la production des phonèmes. On l’observe lorsqu’il y a un changement, une distorsion, un remplacement ou une absence de sons lors de la parole. Elle peut être simple lorsqu’un ou un groupe de sons n’est pas bien prononcé, ou complexe lorsqu’elle affecte plusieurs groupes de sons.

Elle est fréquente chez les enfants jusqu’à l’âge de sept ans, c’est-à-dire pendant que la capacité de parole mûrit. Ce n’est pas pour s’inquiéter mais c’est pour suivre. Plus qu’une erreur de prononciation en soi, la dyslalie fait partie du processus intense d’apprentissage de la langue maternelle et de ses mécanismes articulatoires.

Il est évident que les enfants n’apprennent pas à parler couramment d’un seul coup et, comme tout le monde, ils essaient et échouent. Il est important et décisif à ce stade que les parents articulent et prononcent bien certains phonèmes, afin que l’enfant puisse observer et répondre.

En ce sens, le discours enfantin des parents qui exagère la prononciation et élève le ton de certains mots peut contribuer à l’apprentissage des phonèmes par l’enfant.

Types de dyslalie infantile

La difficulté à produire certains sons se manifeste par une substitution, une distorsion, une omission ou une insertion. Autrement dit, si vous changez un son pour un autre, ou si vous essayez de produire un son, vous ne pouvez pas. Selon le nombre de phonèmes affectés, il est classé comme simple, multiple ou généralisé.

Le nom du trouble commence par le nom grec du phonème, en ajoutant le suffixe « isme ». Ainsi, l’altération de /r/ est définie comme rotacisme ; avec le /s/ sigmatisme ; /d/ et /t/ est appelé deltacisme ; /p/ et /b/ betacisme ; etc.

Si les altérations orales se situent au niveau des organes périphériques du langage , les dyslalies se répartissent en trois grands groupes : labiales, dento-maxillo-faciales et linguales.

Le cas d’omettre un phonème à l’intérieur d’un mot, ou d’en insérer ou d’en ajouter un porté par le rythme interne du mot (comme quand il signifie plato et dit pa-la-to) sont aussi des signes qui rendent compte de la présence de la dyslalie, qui est classé en :

Physiologique ou évolutif

Aussi appelée “fausse dyslalie”. Elle est causée par un développement naissant du système vocal et articulatoire et disparaît avec le temps, mais pas toujours sans aide professionnelle.

Fonctionnel

Cette dyslalie se manifeste au-delà de l’âge de quatre ans. Il révèle des problèmes moteurs, mais pas dus à des dommages organiques. Cela peut être dû à une mauvaise motricité fine au niveau périphérique, ou parce qu’il n’y a pas eu suffisamment de stimulation linguistique et auditive, ce qui limite l’enfant à imiter les sons.

Dans certains cas, l’existence d’un traumatisme apparaît. Dans chacune de ces situations, l’intervention de l’orthophoniste est indispensable et le traitement peut être prolongé.

Evolutionniste

Lorsqu’elle survient à cause de l’immaturité du langage ou plus exactement des organes chargés de produire l’articulation. Ceci est considéré comme une phase normale et s’atténue avec le temps ; c’est-à-dire avec le développement de l’enfant.

Audiogène

Cette dyslalie a une origine claire et spécifique dans la capacité auditive de l’enfant. Si vous n’entendez pas ou n’entendez pas bien, vous aurez du mal à articuler les sons. La perte auditive empêche une parfaite acquisition du langage, plus tard elle rendra la lecture et l’écriture difficiles et peut même causer des problèmes affectifs.

BIO

Lorsqu’il existe un déficit articulatoire mécanique dû à une mauvaise configuration des organes qui permettent la production de sons. Ces lésions structurelles congénitales ou acquises entravent les mouvements articulatoires et provoquent des pathologies de la parole.

Causes de la dyslalie infantile

En ce qui concerne la dyslalie, les lésions au niveau du cerveau ne sont pas incluses. Elle apparaît plutôt due à des facteurs psychologiques, environnementaux ou familiaux. Il est également enregistré en raison d’un manque de compréhension ou d’une discrimination auditive ou, tout simplement, d’une mauvaise motricité.

D’emblée, il ne faut pas parler de trouble car il est normal qu’il y ait des difficultés d’articulation avant l’âge de quatre ans. A partir de cet âge elle mériterait une observation plus attentive et en cas de constatation d’une quelconque gravité, il est recommandé de consulter un orthophoniste. Assisté à l’heure ne laissera pas de séquelles.

Comment diagnostique-t-on la dyslalie infantile ?

Diphtérie : symptômes et causes
Le pédiatre évaluera plusieurs facteurs lors du diagnostic de la dyslalie.

Étant donné que la dyslalie est facilement détectée par les parents et les proches et est associée à la maturité, il est courant de croire qu’elle disparaîtra sans intervention professionnelle. C’est une erreur. Dès l’âge de quatre ans, une évaluation permettant d’identifier le type de dyslalie et d’agir en conséquence n’est pas superflue.

Cependant, les causes étant multiples, il est difficile d’avoir un diagnostic général. Cependant, une étude de la famille, ou anamnèse, est indispensable, ce qui révélera sûrement des facteurs pouvant être présents dans la maturation de l’enfant.

Ensuite, il faut pratiquer un test de prononciation qui permet le repérage ponctuel des phonèmes. Localiser un son particulier demandera à l’enfant de le répéter dans différentes situations. On peut vous présenter des objets dont le nom contient le phonème, et éventuellement vous serez invité à parler spontanément.

Certains critères d’inclusion pour la détection précoce de la dyslalie ou d’autres problèmes de langage, selon la thèse de Belén Infante de la Haba, seraient :

  • Enfants avec un niveau cognitif minimal.
  • Les enfants qui passent un dépistage auditif en fréquences conversationnelles.
  • Enfants sans lésion cérébrale et/ou image autistique.

Comme critère complémentaire à ceux d’exclusion, elle considère que les enfants ne présentent pas d’autres conditions pathologiques, c’est-à-dire « qu’ils jouissent de la santé ou de la normalité dans tous les aspects sauf celui linguistique ».

Comment se passe le traitement de la dyslalie infantile ?

Le traitement consiste à stimuler la capacité de l’enfant à produire des sons en testant les voyelles et les consonnes. Dans la dynamique, on tentera de les identifier et de les différencier. La coordination des mouvements des lèvres et de la langue sera également stimulée et les sons difficiles seront accentués.

Ensuite, il faut s’assurer que l’enfant prononce les sons à l’intérieur des syllabes jusqu’à ce que le schéma musculaire impliqué dans l’articulation soit automatisé. Enfin, passez aux mots entiers, en utilisant des chansons, des jeux de mots et une conversation fluide pour cibler les phonèmes identifiés comme problématiques.

Étape par étape, une évaluation approfondie de l’enfant est nécessaire pour identifier le type de dyslalie. Des aspects tels que la psychomotricité, la perception et l’orientation spatio-temporelles , leur capacité de discrimination auditive et les traits de personnalité seront également examinés.

Le programme comprend un traitement direct et indirect.

Traitement indirect

Un point sur les bases fonctionnelles de l’articulation : audition, motricité des organes articulatoires et respiration. Il aborde les exercices respiratoires, la maturation psychomotrice, la perception, la discrimination auditive et les habiletés orofaciales.

Les exercices de respiration sont comme souffler des bougies, des ballons, des balles lumineuses comme le ping-pong, entre autres matériaux. Dans l’aspect psychomoteur, le schéma corporel de l’enfant est abordé et sa perception et son orientation spatiale et temporelle et la façon dont il gère les schémas rythmiques sont étudiées.

D’autres exercices vous permettront d’évaluer votre manière de discriminer les sons, leur durée, leur intensité, leur origine, leur nature. Quant aux phonèmes, ils seront faits pour décomposer des mots ou répéter des phonèmes sans mots. De plus, vous serez amené à visualiser des mots et des phrases, indiquant que vous répétez des paires de mots similaires, longs, difficiles ou rarement utilisés.

Quant aux exercices bucco-faciaux, ce sera comme tirer la langue, la plier, la tenir avec les dents et la relâcher, entre autres.

Traitement direct

Cette section cherche à articuler le problème des phonèmes et à le généraliser au discours spontané.

Les exercices se font devant le miroir, pour observer les positions et les mouvements des organes articulatoires, en surveillant les sons pour les corriger progressivement.

Cela fait partie du traitement d’enregistrer et de comparer les enregistrements plus tard. Les exercices d’articulation doivent être effectués en douceur, dans un espace calme et calme .

Peut-on prévenir la dyslalie infantile ?

Bien que les causes de la dyslalie puissent être multiples, nous ne pouvons conclure qu’elles peuvent être prévenues. Diagnostiquer à temps oui. Et sachez que même s’il peut disparaître de lui-même, après l’âge de quatre ans, il devrait attirer l’attention des parents et des enseignants.

Avant le diagnostic, le médecin peut essayer de vérifier un retard psychomoteur, mis en évidence par un faible tonus musculaire de la mâchoire, de la langue et de l’appareil vocal.

En toile de fond, la succion des doigts et de la tétine, les otites fréquentes et la respiration buccale comme facteurs de risque dans le développement de malformations squelettiques permanentes. Par conséquent, il rendrait difficile la position de la langue et la disposition des dents à certains points d’articulation.

Dans la dyslalie de l’enfance, la clé est la famille

La famille est le milieu naturel de l’enfant et c’est avec elle et à partir d’elle qu’il apprend à parler. Les phonèmes que l’enfant répète sont d’abord entendus par ses proches. D’où l’importance d’une bonne prononciation et dans certains cas l’accent mis sur la diction.

Les cartes sons, les chansons et les cordes font partie du traitement de la dyslalie infantile. La musique, de par sa nature ludique inhérente, sera très utile pour réaliser des exercices de prononciation ludiques qui se traduisent par des habitudes de mémoire et d’articulation.

La conscience syllabique est travaillée avec des rimes, des chants et des onomatopées. Au-delà du sens des mots, ce qui compte c’est le rythme. Comme c’est le corps qui a besoin d’apprendre à parler, il s’en sortira mieux en jouant, en exerçant sa motricité bucco-faciale.

Cela pourrait vous intéresser ...

Comment parler à votre enfant de la compétition ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment parler à votre enfant de la compétition ?

La compétition lorsqu'elle est saine apporte de nombreux bénéfices. Au contraire, la compétition toxique ne fait que nous blesser.