Effets de la respiration sur le cerveau

19 janvier 2020
Le fait de respirer de manière plus calme et profonde peut aider à réduire la sensation de stress ou d'anxiété, voire même à améliorer la concentration.

Le cerveau est l’un des organes les plus importants de notre corps, et par conséquent, l’un des plus sensibles. Il est soumis à tous les changements qui se produisent dans notre organisme, comme les niveaux de glucose, le rythme cardiaque, etc. D’où l’importance des effets de la respiration sur le cerveau.

La respiration est le processus par lequel nous obtenons de l’oxygène et éliminons le dioxyde de carbone à travers nos poumons. L’oxygène est essentiel pour toutes les réactions qui nous permettent de vivre et de fonctionner correctement.

Par ailleurs, il s’agit d’un mécanisme automatique. Autrement dit, nous le faisons, normalement, de manière inconsciente, sans y faire attention. Toutefois, il est possible de contrôler notre respiration en toute conscience.

Au cours des dernières années, des recherches ont été effectuées concernant les effets de la respiration sur le cerveau. Grâce à ces découvertes, nous avons pu développer des techniques de respiration qui peuvent nous être utiles dans de nombreux aspects de notre vie. Nous vous en disons davantage dans cet article.

Quels sont les effets de la respiration sur le cerveau ?

Depuis des siècles, et spécialement dans les pays d’Orient, une grande importance est accordée à la respiration. En effet, elle est devenue la protagoniste des techniques de méditation et des différentes disciplines telles que le yoga.

Les effets de la respiration sur le cerveau étaient inconnus jusqu’à il n’y a pas si longtemps. Une recherche réalisée à l’Université de Stanford a démontré que la relation entre la respiration et la relaxation possède une base scientifique fondée sur des mécanismes cérébraux.

S’il est certain que la respiration profonde est recommandée pour faire face au stress ou aux états de panique, le mécanisme par lequel cela se produit était méconnu jusqu’à maintenant. Cette recherche a donc démontré l’existence d’un groupe spécial de neurones dans le cerveau.

Il s’agit d’environ 350 neurones répartis dans le système nerveux central. Ce qui les distingue des autres, c’est qu’ils s’activent davantage quand la respiration est rapide. C’est une donnée essentielle car ces neurones envoient des stimuli à d’autres parties du cerveau.

En outre, ces régions sont reliées à la sensation de panique, de stress et au sommeil. Par conséquent, l’un des effets de la respiration sur le cerveau est directement associé à ces sensations.

La méditation et les effets de la respiration

Lisez également : Respiration en feu du yoga : 6 bienfaits

Qu’est-ce que cela implique ?

Cet effet de la respiration sur le cerveau permet de pouvoir analyser notre respiration et de l’adapter à chaque moment de notre vie. Comme nous l’avons déjà mentionné, le fait de respirer lentement et calmement active moins de ce groupe de neurones.

Ainsi, nous pourrions diminuer les niveaux de stress et d’anxiété. De même, les situations de panique pourraient être gérées plus efficacement. Cette respiration est connue sous le nom de respiration contrôlée, rythmique ou profonde. Elle se concentre sur une respiration avec le diaphragme au lieu de mobiliser le thorax.

Dans les disciplines telles que le yoga ou la méditation, c’est ce que l’on tente de mettre en pratique. Par ailleurs, des techniques de respiration pour l’accouchement ont également été développées afin de mieux gérer le moment de la naissance.

D’autre part, nous pouvons aussi utiliser cet effet de la respiration sur le cerveau dans l’autre sens. Par exemple, nous pouvons respirer de manière plus rapide et agitée afin de nous activer. Cependant, en toute logique, il s’agit de techniques qui visent à trouver le calme.

Une femme enceinte qui apprend les effets de la respiration

Découvrez aussi : 3 exercices de respiration pour vous détendre

Conclusion…

Comme tout autre tissu de notre corps, le cerveau a besoin d’oxygène pour remplir correctement ses fonctions. Cependant, les dernières recherches ont démontré qu’il existe un autre effet de la respiration sur le cerveau.

Effectivement, il a été soulevé l’existence de certains neurones qui s’activent lorsque nous respirons plus rapidement. Ils sont associés aux niveaux de stress et de peur. Par conséquent, le fait de contrôler notre respiration peut être un excellent outil pour faire face à notre quotidien.

Il est nécessaire d’apprendre à contrôler la respiration. Pour cela, il existe de nombreuses personnes qui se spécialisent ou qui connaissent certains arts comme la méditation, dans lesquels la respiration est fondamentale.

Enfin, l’idée est d’être conscient de l’importance de notre respiration sur le cerveau. Par ailleurs, nous devrions nous concentrer sur notre façon de respirer afin de pratiquer une respiration plus lente et plus profonde. Cela pourrait certainement nous aider à contrôler nos émotions.

 

  • Yackle, K., Schwarz, L. A., Kam, K., Sorokin, J. M., Huguenard, J. R., Feldman, J. L., … Krasnow, M. A. (2017). Breathing control center neurons that promote arousal in mice. Science, 355(6332), 1411–1415. https://doi.org/10.1126/science.aai7984
  • Perez, J. (2018). El control nervioso de la respiración. Retrieved 30 September 2020, from https://culturacientifica.com/2018/02/20/control-nervioso-la-respiracion/
  • Herrero, J. L., Khuvis, S., Yeagle, E., Cerf, M., & Mehta, A. D. (2018). Breathing above the brain stem: Volitional control and attentional modulation in humans. Journal of Neurophysiology, 119(1), 145–159. https://doi.org/10.1152/jn.00551.2017
    La respiración y nuestro cerebro – Noticias – Ceafa. (n.d.). Retrieved December 20, 2019, from https://www.ceafa.es/es/que-comunicamos/noticias/la-respiracion-y-nuestro-cerebro