Épiphora ou larmoiement : qu'est-ce que c'est et pourquoi se produit-il ?

Le larmoiement ou épihora est le plus souvent causé par une conjonctivite allergique et bactérienne, et constitue également l'un des motifs de consultation les plus fréquents en ophtalmologie.
Épiphora ou larmoiement : qu'est-ce que c'est et pourquoi se produit-il ?
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 05 novembre, 2022

Le larmoiement, également appelé épiphora, est causé par un drainage insuffisant des larmes des yeux ou une hypersécrétion de celles-ci. Les larmes nettoient, hydratent et lubrifient les yeux.

Ce problème peut être d’origine congénitale ou dû à diverses conditions, telles que des altérations anatomiques, des allergies ou des infections. Il est également connu sous le nom de “larmoiement excessif”, et c’est l’un des symptômes les plus courants de la consultation en ophtalmologie.

Les larmes s’écoulent par le canal lacrymo-nasal

Les larmes sont produites dans la glande lacrymale et s’écoulent par les points supérieur et inférieur des canalicules. Ensuite, elles atteignent le sac lacrymal, qui les détourne vers le conduit nasolacrymal, par lequel elles se déversent directement dans le nez.

Les canalicules sont liés à la fissure palpébrale, tandis que le sac lacrymal est lié aux narines et aux sinus paranasaux. Par conséquent, toute condition des voies respiratoires supérieures peut provoquer un larmoiement excessif.

L’obstruction du drainage lacrymal peut entraîner une stase et une infection. L’infection du sac lacrymal est appelée dacryocystite et peut se propager à la cellulite orbitaire.

À quoi est dû le larmoiement ?

Larmoiement ou épiphora oculaire : qu'est-ce que c'est et pourquoi se produit-il ?
Face à un larmoiement excessif, rendez-vous à la consultation ophtalmologique

Un larmoiement ou épiphora peut survenir pour deux raisons : une production excessive de larmes dans les yeux ou une obstruction du canal de drainage des larmes. De plus, l’obstruction peut être congénitale ou acquise.

Parmi les causes d’obstruction du canal lacrymo-nasal, figurent les suivantes :

  • Sténose congénitale du canal lacrymo-nasal
  • Dacryocystite (inflammation et infection du sac lacrymal)
  • Malposition palpébrale (ectropion ou éversion de la paupière inférieure principalement)
  • Fractures du naso-ethmoïde
  • Canaliculite (inflammation et infection des canalicules)
  • Tumeurs (tumeurs primitives du sac lacrymal, papillomes bénins, carcinome épidermoïde et basocellulaire, entre autres)

D’autre part, la production excessive de larmes est associée à :

  • Exposition au froid, à des environnements pollués, à des substances chimiques ou à des corps étrangers irritants (conjonctivite allergique)
  • Infection de la conjonctive (conjonctivite infectieuse)
  • Sécheresse oculaire (il existe une hypersécrétion lacrymale réflexe)
  • Erreurs de réfraction mal corrigées ou non diagnostiquées peuvent provoquer des larmoiements
  • Kératite (inflammation de la cornée)
  • Fatigue oculaire
  • Altérations au niveau des cils (trichiasis ou dystrichiasis)
  • Infection respiratoire supérieure
  • Rhinite allergique



[/atomik -lu-aussi ]

Le tableau clinique du larmoiement ou épiphora

En plus d’un larmoiement excessif, il peut y avoir des difficultés à voir correctement et une irritation de la conjonctive de l’œil. Les symptômes peuvent être exacerbés par des conditions naturelles, telles que le froid, le pollen ou le vent.

Selon la cause du larmoiement, d’autres symptômes peuvent survenir, tels que :

  • Brûlure des yeux
  • Douleur oculaire
  • Sensation de corps étranger à l’intérieur de l’œil
  • Sécrétions oculaires
  • Rougeur des yeux
  • Sensibilité à la lumière
  • Démangeaisons oculaires
  • Inflammation des paupières
  • Écoulement nasal
  • Masse dure dans ou à proximité des structures de drainage nasolacrymal
  • Paralysie faciale (il y a faiblesse du muscle orbicularis oculi)
  • Vision trouble
  • Mal de tête

Le diagnostic de l’épiphora

Pour diagnostiquer le larmoiement, une évaluation ophtalmologique est requise par un examen complet de la structure oculaire. Lors de l’examen physique de la vue, les paupières, les conduits lacrymaux et les coins des yeux et du nez doivent être explorés. Il existe des examens complémentaires à l’examen oculaire. Cependant, ils ne sont pas nécessaires dans la plupart des cas.

Lorsqu’aucune cause apparente d’épiphora oculaire n’est trouvée à l’examen, le test de Schirmer peut être utilisé pour dépister la sécheresse oculaire. En outre, le sondage et l’irrigation saline du système de drainage lacrymal peuvent être utilisés pour détecter une obstruction anatomique du drainage due au reflux. Parfois, des tests plus spécialisés, tels que la tomodensitométrie, sont utilisés.

Larmoiement ou épiphora oculaire : qu'est-ce que c'est et pourquoi se produit-il ?
L’utilisation de collyres, indiquée par l’ophtalmologiste, peut soulager les larmoiements excessifs.

Le traitement

Pour traiter ce problème, la cause doit d’abord être déterminée. Une fois déterminée par l’ophtalmologiste, certaines des options suivantes peuvent être indiquées :

  • Collyre topique, avec antibiotiques, en cas de conjonctivite infectieuse; ou avec des antihistaminiques, en cas de conjonctivite allergique
  • Utilisation de compresses froides et de sérum physiologique pour réduire l’inflammation et garder les yeux exempts de sécrétions
  • Sondage en cas d’épiphore congénitale
  • Traitement chirurgical, en cas d’épiphora acquise par obstruction du canal lacrymal
  • Larmes artificielles, en cas de sécheresse oculaire

L’épiphore congénitale peut disparaître spontanément, tandis que l’épiphora acquise nécessite un traitement chirurgical, appelé dacryocystorhinostomie. Cette procédure de déchirure consiste à créer une nouvelle voie pour les larmes du sac lacrymal au nez, en contournant le canal lacrymal bloqué. Il s’agit d’une chirurgie ambulatoire qui ne nécessite qu’une anesthésie locale.



[/atomik -lu-aussi ]

L’épiphora n’a pas de complications à long terme, mais peut être gênante

Il faut d’abord identifier la cause du larmoiement excessif. Si elle ne peut pas être déterminée, l’utilisation de larmes artificielles et de collyres topiques est généralement prescrite.

Lorsque le larmoiement est congénital, il est associéeà une membrane lacrymo-nasale imperforée. Cependant, chez l’adulte, la principale cause est la conjonctivite allergique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Yeux secs en hiver : symptômes, traitement et prévention
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Yeux secs en hiver : symptômes, traitement et prévention

Les yeux secs sont très fréquents en hiver avec le froid. Heureusement, sa prévention et son traitement sont simples. Découvrez-en plus.