Facteurs de risque d’ostéoporose

23 août 2020
L'ostéoporose peut être une maladie limitante, mais reste en partie évitable. Quels sont les facteurs de risque qui peuvent être modifiés ? Nous vous en dirons plus dans la suite de cet article.

Les facteurs de risque d’ostéoporose expliquent sa présence importante dans certains groupes de population. C’est une maladie courante qui peut toucher les hommes comme les femmes.

Elle se caractérise par une diminution de la masse osseuse et une augmentation de la fragilité du squelette, entraînant un risque accru de fractures. Cette maladie affaiblit les os et les expose à des blessures qui n’apparaîtraient pas autrement.

Les sites de fracture par fragilité les plus courants sont la colonne vertébrale (sous forme de fractures par compression), la hanche et le poignet. On estime qu’aux États-Unis, plus de 53 millions de personnes sont déjà atteintes de la maladie ou présentent un risque élevé d’ostéoporose en raison d’une faible masse osseuse, selon les National Institutes of Health (NIH).

Facteurs de risque d’ostéoporose

Une chute en hauteur en étant debout, le fait de heurter quelque chose ou un simple traumatisme sont des sources de fractures lorsqu’il y a diminution de la densité osseuse. Tout le monde n’atteint pas le stade le plus avancé de la maladie, mais il existe des facteurs de risque qui prédisposent à l’ostéoporose. Découvrez ces facteurs ici.

Régime pauvre en calcium

Les habitudes alimentaires peuvent augmenter le risque de développer de l’ostéoporose. Une alimentation sans suffisamment de calcium et de vitamine D contribuera à la faiblesse des os. Le calcium aide à construire l’architecture osseuse et la vitamine D aide à maintenir la solidité des os.

Les produits laitiers sont riches en calcium et certains produits non laitiers contiennent du calcium ajouté. Le calcium peut également être obtenu à partir de suppléments, bien que l’idéal soit d’obtenir le plus d’apport possible de manière naturelle, c’est-à-dire à partir de la nourriture.

La vitamine D est disponible dans les poissons gras, comme le saumon et le thon, et est ajoutée à de nombreux lait et céréales. La peau produit également de la vitamine D à partir du soleil. Dans tous les cas, il faut veiller à éviter toute exposition au soleil pendant les heures à risque.

 

Les aliments contenant de la vitamine D permettent de diminuer le risque d'ostéoporose.

Cet article pourrait également vous intéresser : 5 aliments pour le bon développement des os

Facteurs de risque d’ostéoporose : mode de vie sédentaire

Un mode de vie sans activité ou avec un repos prolongé a tendance à affaiblir les os. La même chose se produit lorsque nous devons passer de longues périodes au repos en raison d’une maladie ou après une intervention chirurgicale.

En effet, l’os répond à l’exercice en devenant plus fort. Les exercices de port de charge et de résistance sont les meilleurs. La liste de ces exercices comprend la marche, le jogging, la montée d’escaliers, le tennis ou la danse. La levée de poids et l’utilisation d’appareils de musculation font aussi partie de cette liste.

Tabagisme

Le tabagisme est mauvais pour vos os tout autant que pour votre cœur et vos poumons. Les femmes qui fument ont des niveaux d’œstrogènes plus faibles que les non-fumeurs. Par conséquent, elles passent souvent par la ménopause plus tôt.

Les fumeurs peuvent également absorber moins de calcium de leur alimentation. Lorsque les faibles niveaux d’œstrogènes sont combinés à une carence en calcium, il devient impossible pour les os de reconstruire ce qui est endommagé par le vieillissement. Ainsi, le tabagisme est un facteur de risque notoire d’ostéoporose.

Facteurs de risque d’ostéoporose : consommation d’alcool

Une consommation excessive d’alcool augmente le risque de perte osseuse et de fractures chez les jeunes des deux sexes.  Ces fractures peuvent entraîner, à leur tour, une mauvaise alimentation et un risque accru de chute.

Il ne s’agit pas là de tous les effets délétères sur la santé causés par l’alcool. Les personnes alcooliques peuvent en effet évoluer vers une insuffisance hépatique et des maladies cardiovasculaires. Elles peuvent aussi souffrir de troubles du système nerveux central et périphérique.

Utilisation de médicaments

La prise à long terme de certains médicaments, tels que les glucocorticoïdes, les antiacides contenant de l’aluminium, certains traitements contre le cancer, une surdose d’hormones thyroïdiennes et certains anticonvulsivants peuvent entraîner une perte osseuse et des fractures.

Tous les médicaments ne sont pas des facteurs de risque d’ostéoporose, mais il est essentiel qu’ils soient prescrits par des médecins prenant en compte les antécédents du patient. Si parmi les effets indésirables est mentionnée la possibilité de perdre du calcium, le médicament doit être consommé avec prudence chez les femmes ménopausées.

Autres facteurs de risque associés

Les femmes présentent un risque accru de développer l’ostéoporose simplement à cause du sexe. Elles possèdent moins de tissu osseux en proportion et ont des os plus fragiles que les hommes. La ménopause et les changements qu’elle implique expliquent en partie ce risque accru.

Avec l’âge, le risque d’ostéoporose augmente souvent. Les os perdent de leur densité avec le vieillissement et deviennent de plus en plus fins. Chez les personnes ayant une morphologie plus fine, cette augmentation est plus importante.

De même, des antécédents familiaux de fractures précoces ou inexpliquées constituent un facteur de risque. S’il n’est pas possible de parler de pathologie familiale, il existe des liens génétiques qui expliquent l’apparition de la maladie chez certaines personnes.

La fragilité des os augmente le risque d'ostéoporose.

Découvrez aussi : Réduire les dommages de l’ostéoporose après la ménopause

Évitez les facteurs de risque pour prévenir l’ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie qui affecte gravement la qualité de vie. Bien qu’il ne soit pas possible de prédire le développement futur de la maladie, des facteurs de risque peuvent être identifiés pour la prévenir.

Certaines caractéristiques ne peuvent pas être modifiées, comme le sexe ou l’âge, mais d’autres sont des habitudes modifiables. L’alimentation, l’exercice, l’exposition au soleil et la consommation de tabac ou d’alcool sont des comportements qui peuvent être modifiés.

 

  • Osteoporosis Overview, retrieved on 16 June 2020, NIH Osteoporosis and related bone diseases. A service provided by the National Institutes of Health. https://www.bones.nih.gov/health-info/bone/osteoporosis/overview
  • Cheraghi, Zahra, et al. “The effect of alcohol on osteoporosis; a systematic review and meta-analysis.” Drug and alcohol dependence (2019).
  • Balk, E. M., et al. “Global dietary calcium intake among adults: a systematic review.” Osteoporosis International 28.12 (2017): 3315-3324.
  • García-Gomariz, C., et al. “Efectos de un programa de ejercicio combinado de impacto, fuerza y resistencia en la prevención de osteoporosis de mujeres posmenopáusicas.” Fisioterapia 41.1 (2019): 4-11.
  • Blanch, Meritxell Aivar, et al. “¿ Las pacientes con osteoporosis ingieren suficiente cantidad de calcio y vitamina D?.” RECIEN: Revista Electrónica Científica de Enfermería 12 (2016): 18.
  • Ríos, Patricia Bolaños. “Metabolismo óseo y nutrición: Osteopenia y osteoporosis.” Trastornos de la conducta alimentaria 27 (2018): 2979-2991.
  • Valdés-Flores, Margarita, et al. “Aspectos genéticos de la osteoporosis.” Revista de Investigación Clínica 64.3 (2012): 294-307.