Filicide : pourquoi quelqu'un causerait-il la mort de son enfant ?

De nombreux enfants meurent aux mains de leur père ou de leur mère dans un acte connu de nom de filicide. Découvrez ici les principales raisons et facteurs de risque de cet acte.
Filicide : pourquoi quelqu'un causerait-il la mort de son enfant ?
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 22 août, 2022

Le meurtre est l’un des actes humains les plus choquants, quelle que soit la manière dont il se produit. Cependant, il est particulièrement intrigant et effrayant de penser au filicide.

Comment un père ou une mère peut-il causer la mort de son propre enfant ? Quelles sont les raisons qui peuvent les amener à commettre un tel acte ? La réalité est que chaque cas est différent et les raisons sont multiples. Heureusement, beaucoup d’entre elles sont évitables.

Le filicide a existé à toutes les époques et dans toutes les civilisations. Il a même été autorisé dans l’Antiquité gréco-romaine et est aujourd’hui fortement puni. Il est difficile de concevoir comment un parent peut étouffer, empoisonner ou battre son enfant à mort. Or, le filicide est l’une des principales causes de décès chez les enfants de moins de 14 ans. Quelles sont les raisons qui conduisent à cet acte ?

Qu’est-ce que le filicide ?

Filicide : pourquoi quelqu'un causerait-il la mort de votre enfant ?
Le filicide, ou le meurtre d’un ou plusieurs enfants, peut être le résultat d’une maladie mentale, mais il peut aussi s’agir d’un acte prémédité.

Le filicide est compris comme le meurtre d’un ou plusieurs enfants aux mains de leurs parents, beaux-parents ou figures paternelles. Bien que les définitions varient, tous décès causés par ces figures à leur enfant de moins de 18 ans est considéré comme tel.

L’étude et la compréhension de ce phénomène suscitent l’intérêt depuis des décennies. Dans le domaine de la psychologie, diverses études ont été menées pour clarifier tout ce qui l’entoure. Par exemple, il a été constaté qu’une grande majorité des victimes ont moins de six ans et que le filicide est commis à des taux similaires par les pères et les mères.

Par ailleurs, il a également été observé que l’aspect évolutif peut jouer un rôle dans le filicide. Compte tenu de la rareté des ressources, les enfants perçus comme “défectueux” (en raison d’une malformation évidente ou d’un mauvais comportement évident) ou ceux qui n’ont pas été conçus avec le meilleur partenaire reproducteur (en raison d’un inceste, d’un viol ou similaire) sont plus susceptibles d’être victimes d’homicide.

De plus, les jeunes mères sont plus susceptibles de commettre cet acte, car elles ont encore une longue vie reproductive devant elles, et les jeunes enfants sont plus à risque d’être victimisés. Cependant, ces prédictions de la théorie de l’évolution ne tiennent pas pour les mères atteintes d’une maladie mentale. Ces dernières peuvent commettre un filicide à un âge plus avancé et avec des enfants plus âgés.

Classification et causes de filicide

Filicide : pourquoi quelqu'un causerait-il la mort de votre enfant ?
Dans certains cas, le filicide survient à la suite de la violence physique d’un enfant.

Bien que les résultats précédents fournissent des données intéressantes, ils ne rendent pas compte de la diversité des raisons qui peuvent conduire au filicide. Celles-ci ont été étudiées et classées par divers auteurs, Phillip Resnick étant l’une des figures les plus éminentes à cet égard.

Les cinq catégories proposées par ce psychiatre médico-légal, bien qu’elles aient été mises à jour et complétées par des propositions ultérieures, sont celles qui peuvent expliquer les raisons de l’homicide d’enfants aux mains des parents.

Filicide altruiste

Dans ce cas, le parent met fin à la vie de l’enfant parce qu’il considère que c’est ce qu’il y a de mieux pour lui : il cherche à éviter la souffrance de ce dernier. Cela peut être le cas si l’enfant fait face à un événement indésirable, s’il a un handicap ou s’il souffre d’une maladie en phase terminale.

Cela peut aussi survenir à la suite d’idées suicidaires chez le parent. Ce dernier considère alors qu’il est injuste de laisser son enfant seul au monde.

Maladie mentale

Dans de nombreuses situations, le filicide est la conséquence d’une pathologie mentale dont souffre le parent. Chez la femme, le processus de la grossesse, de l’accouchement et de la puerpéralité constitue un moment particulièrement vulnérable au cours duquel divers troubles peuvent survenir.

Les troubles hormonaux, les responsabilités accablantes, l’épuisement et le manque de soutien peuvent être des facteurs pertinents. De plus, des troubles tels que la dépression post-partum ou la psychose peuvent conduire à un filicide.



Dans d’autres cas, l’adulte met fin à la vie de son fils à cause d’une psychose qui l’amène à manier des raisons hors de toute logique et déconnectées de la réalité. L’abus de drogues et d’alcool peut également avoir une influence négative.

Bébé non désiré

Ce type de filicide survient en cas de grossesse non désirée, lorsque l’enfant est un obstacle pour les parents ou lorsque ces derniers peuvent obtenir une sorte de profit en mettant fin à la vie de leur enfant. Il peut s’agir d’un profit économique, de la sensation de liberté, entre autres.



Filicide accidentel

Parfois, la mort de l’enfant survient accidentellement, soit à la suite d’abus perpétrés sans l’intention de tuer l’enfant, soit par pure négligence. Les abus physiques ou sexuels peuvent entraîner involontairement la mort d’un mineur. De même, une agression entre les parents peut mettre fin à la vie des enfants, si ces derniers sont présents et reçoivent accidentellement un coup.

Vengeance contre le conjoint

Enfin, dans certains cas, les pères et les mères décident de mettre fin à la vie de leurs enfants pour se venger ou nuire à leur partenaire. En réaction à l’infidélité, à l’abandon ou à toute infraction commise par le conjoint, l’adulte assassine les enfants en guise de punition.

Prévenir le filicide

Il n’est pas toujours possible de prévenir ou d’éviter l’homicide d’enfants aux mains des parents. Cependant, certaines mesures peuvent être prises par les populations à risque. Les nouvelles mères, les femmes dont la grossesse est non désirée, les parents avec de faibles ressources et peu de soutien peuvent avoir besoin d’une supervision plus importante.

Il en est de même pour les pères et les mères ayant des antécédents de problèmes de santé mentale. Les professionnels de santé et l’environnement doivent informer, soutenir et intervenir en cas de risque.

Cela pourrait vous intéresser ...
Discipline positive : qu’est-ce que c’est et comment l’appliquer avec mes enfants ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Discipline positive : qu’est-ce que c’est et comment l’appliquer avec mes enfants ?

La discipline positive favorise l'autonomie et l'intelligence émotionnelle. Découvrez comment l'appliquer au quotidien.



  • Hopwood, J. S. (1927). Child murder and insanity. Journal of Mental Science73(300), 95-108.
  • Mariano, T. Y., Chan, H. C., & Myers, W. C. (2014). Toward a more holistic understanding of filicide: A multidisciplinary analysis of 32 years of US arrest data. Forensic science international236, 46-53.
  • Stone, M. H., Steinmeyer, E., Dreher, J., & Krischer, M. (2005). Infanticide in female forensic patients: The view from the evolutionary standpoint. Journal of Psychiatric Practice®11(1), 35-45.
  • West, S. G. (2007). An overview of filicide. Psychiatry (Edgmont)4(2), 48.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.