Rejet parental : les effets sur les enfants

Grandir en se sentant rejeté par un de ses parents ou les deux conditionne l'estime de soi, les liens avec les autres et le bien-être psychologique. Nous vous disons ici quelles sont les principales conséquences de ce contexte et comment y faire face.
Rejet parental : les effets sur les enfants

Dernière mise à jour : 24 mai, 2022

Les parents sont les figures les plus importantes de notre développement. En tant que principaux soignants, ils sont chargés non seulement de nous protéger, mais aussi de nous offrir de l’affection, de l’acceptation et de la validation. Si pour une raison quelconque ils sont incapables de remplir ces fonctions, les répercussions psychologiques et émotionnelles peuvent nous affecter à vie. Pour cette raison, il est intéressant de connaître les effets du rejet parental sur les enfants.

Pour comprendre l’ampleur de l’impact de leurs actions, il convient de rappeler que pendant l’enfance, nous sommes des êtres totalement dépendants et vulnérables. Nous avons besoin de nos parents pour survivre.

Mais en plus, ce sont eux qui nous apprennent combien nous valons et ce que nous pouvons attendre de la vie. Si ce que nous recevons d’eux est un rejet, nous nous retrouvons dans une position difficile.

Comment se manifeste le rejet parental ?

Le rejet des enfants par les parents est plus courant qu’on ne le pense. Et c’est que ce rejet n’est pas toujours clair et direct ; il est parfois plus subtile et voilé, mais toujours douloureux.

De manière générale, on peut parler de rejet lorsque les situations suivantes se présentent :

  • Le père ou la mère agresse l’enfant, physiquement ou verbalement. Il peut y avoir des bousculades, mais aussi des insultes, des humiliations, des comparaisons et des critiques constantes. Le parent peut répondre par le sarcasme et le ridicule ou être excessivement dur avec ses paroles et ses actions.
  • La négligence est une autre forme de rejet. Dans ce cas, les parents n’assument ni n’exercent leur rôle parental et ne sont pas présents physiquement ou émotionnellement dans la vie de l’enfant. Ils le négligent ou le traitent avec indifférence.

Il est possible que les deux situations se combinent et qu’un même parent soit parfois agressif et indifférent. Quoi qu’il en soit, l’enfant grandit en sentant que son père ou sa mère ne l’aiment pas, qu’il n’est pas choisi par eux, qu’il ne suffit pas ou qu’il devrait être différent pour mériter leur amour.

Mère indifférente avec sa fille.
L’inattention qui n’équivaut pas à de la négligence compromet également l’estime de soi des enfants.

Pourquoi certains parents rejettent-ils leurs enfants ?

Diverses raisons peuvent expliquer ce rejet. Bien qu’il soit essentiel de souligner qu’en aucun cas ce n’est la faute de l’enfant. Parmi les principales causes, figurent les suivantes :

  • Paternité ou maternité non désirée : lorsqu’une grossesse non planifiée survient, les parents peuvent avoir l’impression que cet enfant les lie à un mariage qu’ils ne veulent pas, limite leur mode de vie ou représente un fardeau de responsabilité qu’ils ne veulent pas assumer.
  • L’enfant représente symboliquement l’autre parent : lorsqu’il y a des désaccords importants entre les parents et que l’enfant ressemble à l’un d’eux, l’autre peut rejeter inconsciemment l’enfant. Il arrive aussi que la ressemblance avec un autre membre de la famille déclenche ces attitudes.
  • Une mauvaise qualité d’ajustement : cette situation survient lorsque le tempérament de l’enfant et celui du père ou de la mère sont excessivement différents. Ainsi, si l’adulte n’accepte pas et ne répond pas aux besoins de l’enfant, il y a un manque de compréhension qui génère le rejet.
  • Les parents souffrent d’un certain trouble psychologique : ce trouble rend difficile un lien avec l’enfant. Par exemple : la dépression post-partum, les troubles anxieux, les troubles de l’humeur, les psychoses, entre autres.
  • Les parents qui ont été victimes d’une parentalité inadéquate : ils n’ont pas reçu d’affection, de compréhension et d’acceptation de la part de leurs propres parents et répètent le même schéma.

Comment le rejet parental affecte-t-il les enfants ?

L’impact psychologique du rejet parental se manifeste dans l’image que l’enfant se fait de lui-même et dans sa capacité à entrer en relation avec les autres. Nous détaillons ci-dessous les conséquences les plus courantes.

Insécurité et faible estime de soi

Les personnes qui grandissent en se sentant rejetées par l’un de leurs parents développent une mauvaise image d’elles-mêmes et un concept de soi négatif. Elles vivent avec de grands doutes sur elles-mêmes et sur leur valeur en tant qu’êtres humains.

La raison en est que si les personnes qui devraient les aimer le plus au monde n’étaient pas capables de les aimer, pourquoi d’autres le feraient ?



Modèle d’évitement interpersonnel

Cette conséquence est fréquente lorsqu’une indifférence totale a été reçue des parents. Lorsque les enfants expriment leurs émotions et leurs malaises, ils ont besoin que leurs tuteurs les voient et les valident.

Si les parents minimisent ou ridiculisent ce que l’enfant ressent, l’enfant se replie sur lui-même et apprend à être indépendant. Ainsi, il évitera d’être vulnérable aux autres, cachera ses émotions et aura tendance à fuir.

Un enfant rejeté peut avoir peur de l’engagement et avoir des difficultés à établir des relations profondes et durables.

Dépendance affective et besoin d’approbation

Le cas inverse se produit lorsque le rejet provient d’une position ambivalente : le père ou la mère était parfois affectueux et parfois hostile. L’enfant a alors grandi sans savoir quoi attendre de ses parents.

À l’âge adulte, ces enfants deviennent souvent anxieux, dépendants et complaisants. Ils ont besoin et recherchent une approbation extérieure et sont prêts à tout pour ne pas perdre la compagnie et l’affection de ceux qui les entourent. Ne se sentant pas dignes d’affection pour qui ils sont, ils font tout leur possible pour répondre aux souhaits et aux attentes des autres.

Faible estime de soi chez les enfants rejetés par leurs parents.
L’enfant qui grandit avec des parents qui le rejettent a plus de chances de souffrir d’un trouble de santé mentale.

Désordres psychologiques

Enfin, il a été démontré que le rejet parental augmente significativement le risque de souffrir de différents troubles psychologiques. Il y a une plus grande propension à développer une dépression, des troubles de l’alimentation et des problèmes d’anxiété, notamment la phobie sociale.



Vaincre le rejet parental pour être libre

Les conséquences du rejet peuvent durer pour la vie si nous ne faisons rien à ce sujet. Pour cette raison, en tant qu’adultes, il est essentiel que nous ayons le courage de regarder nos blessures, de les assumer et de travailler dessus.

Il n’est pas facile de reconnaître qu’un parent nous a rejetés ou supposer que nous ressentons de la colère, de la haine ou du ressentiment pour cela. Cependant, nous devons nous permettre de l’exprimer afin de nous libérer.

Aussi, nous sommes confrontés à la tâche de reconstruire notre estime de soi, notre image et réapprendre à créer des liens. Pour mener à bien ce processus, un soutien professionnel est essentiel, mais les résultats peuvent être libérateurs et satisfaisants.

Si vous vous êtes senti identifié avec ce qui précède, n’hésitez pas à demander de l’aide.
Cela pourrait vous intéresser ...
Nouveaux parents : 7 erreurs et problèmes parentaux courants
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Nouveaux parents : 7 erreurs et problèmes parentaux courants

Les nouveaux parents rencontrent souvent des difficultés et ont des préoccupations communes. Découvrez comment y faire face.



  • Borda, M., Asuero, R., Avargues, M. L., Sánchez, M., del Río, C., & Beato, L. (2019). Perceived parental rearing styles in eating disorders. Revista Argentina de Clínica Psicológica28(1), 12-21.
  • Khaleque, A., & Rohner, R. P. (2012). Transnational relations between perceived parental acceptance and personality dispositions of children and adults: A meta-analytic review. Personality and Social Psychology Review16(2), 103-115.