Grande camomille : bienfaits et contre-indications

En médecine naturelle, la grande camomille est utilisée pour réduire la fièvre et divers maux. Découvrez ce que dit la science dit de ses applications médicinales.
Grande camomille : bienfaits et contre-indications
Franciele Rohor de Souza

Relu et approuvé par la pharmacienne Franciele Rohor de Souza.

Dernière mise à jour : 13 novembre, 2022

La grande camomille, dont le nom scientifique est Tanacetum parthenium, est une plante qui appartient à la famille des Astéracées, qui comprend également les chrysanthèmes et les marguerites. Certains l’appellent “grande marguerite”, en raison de ses fleurs jaunes et blanches frappantes.

Cette plante est originaire de la péninsule balkanique, mais sa culture s’est étendue à certaines parties de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique du Nord. À partir du milieu du XIXe siècle, elle a été introduite dans certaines régions des États-Unis. Aujourd’hui, elle se distingue à la fois pour ses utilisations ornementales et pour ses applications médicinales.

On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires, cardiotoniques, antispasmodiques, antitumorales et emménagogues. Cela est dû en grande partie à sa teneur en phytoconstituants, parmi lesquels se distinguent les flavonoïdes, les lactones sesquiterpéniques et les pinènes. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Les principaux bienfaits de la grande camomille

La grande camomille est souvent confondue avec la camomille (Matricaria chamomilla), en raison de la ressemblance de leurs fleurs. Cependant, ses fleurs sont légèrement plus grandes et dégagent généralement une odeur forte et amère. De plus, sa composition et ses usages médicinaux sont aussi différents.

Camomille.
Matricaire chamomille.

Antimigraineuse

L’une des principales utilisations de la grande camomille concerne le soulagement des migraines. L’infusion et d’autres suppléments dérivés sont souvent utilisés pour calmer cette maladie. À cet égard, une étude en tube à essai rapportée dans la revue Pain a donné des résultats intéressants.

Les chercheurs ont déterminé que le parthénolide, l’un des composés actifs de la plante, aide à inhiber les récepteurs de la sérotonine, tout en diminuant la vasodilatation, l’inflammation et les spasmes des muscles lisses. La grande camomille aide ainsi réduire la fréquence et l’intensité des crises de migraine.



[/atomik -lu-aussi ]

Activité analgésique

La migraine n’est pas la seule douleur qui peut être apaisée avec la grande camomille. L’étude animale qui a été publiée dans la revue Phytomedicine a mis en évidence une activité analgésique dans d’autres types de douleur. Pour être plus précis, les chercheurs ont conclu que la plante favorise le soulagement des douleurs aiguës, des douleurs neuropathiques et des douleurs articulaires.

Des études complémentaires sont nécessaires pour vérifier ces propriétés chez l’homme.

Propriétés anxiolytiques et antidépressives

En médecine populaire, cette plante a été utilisée comme alliée pour améliorer l’humeur en cas d’anxiété et de dépression. Cependant, il n’y a aucune preuve chez l’homme pour prouver de tels effets.

Une étude chez la souris partagée dans Journal of Ethnopharmacology a mis en évidence le potentiel thérapeutique de cette plante. T. parthenium a un mécanisme d’action similaire aux antidépresseurs et aux anxiolytiques, en intervenant sur le système GABAergique.

Sécurité et effets secondaires possibles

La consommation orale de grande camomille est considérée comme sûre pour la plupart des personnes. Les suppléments et l’infusion sont généralement proposés pour un maximum de 4 mois.

Même ainsi, des réactions indésirables sont possibles. Par exemple :

  • Diarrhée
  • Gonflement
  • Indigestion
  • Constipation
  • Brûlures d’estomac
  • Nausée et vomissements
  • Changements menstruels

Si c’est le cas, il est préférable d’arrêter d’en consommer et de consulter un médecin. Par ailleurs, compte tenu du manque d’études sur sa sécurité, sa consommation est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux patients ayant des antécédents d’allergie à l’ambroisie.

En raison de sa teneur en parthénolide, il est déconseillé de mâcher les feuilles fraîches de la plante. Cette substance est irritante et peut entraîner des problèmes, tels que des plaies dans la bouche, un gonflement ou une perte de goût. Aussi, elle ne doit pas être appliquée directement sur la peau.

Chancre causé par l'herbe de Santa Maria.
Les aphtes dans la bouche sont un effet indésirable courant de l’herbe lorsque ses feuilles fraîches sont consommées directement.

Posologie et recommandations

À l’heure actuelle, les suppléments de grande camomille peuvent être achetés sous forme de comprimés, de poudre ou de feuilles séchées. L’infusion est généralement le mode de consommation traditionnel.

Cependant, il n’y a pas de dosage exact établi. Il est nécessaire de suivre les recommandations du fabricant.

Een cas de migraine, la dose peut varier de 50 à 150 mg par jour. Le traitement s’étend sur 4 mois maximum. Dans tous les cas, il est préférable de consulter un médecin au préalable.

En cas de migraine et d’autres maux, la grande camomille ne fonctionne que comme un complément. Elle n’est pas un traitement de premier choix et doit être accompagnée d’autres soins ou mesures thérapeutiques.

Parmi les interactions médicamenteuses possibles, figurent les suivantes :

  • Médicaments anticoagulants ou suppléments
  • Agents anti-inflammatoires non stéroïdiens
  • Médicaments prothrombotiques
  • Salicylates



[/atomik -lu-aussi ]

Que faut-il retenir sur la grande camomille ?

La grande camomille est devenue populaire comme adjuvant pour réduire les symptômes de la migraine et ses récidives. Des études scientifiques en éprouvette et sur des animaux confirment ces avantages. Cependant, des recherches plus concluantes chez l’homme sont nécessaires pour les corroborer.

Il est possible que cela aide dans d’autres affections, mais les preuves manquent encore. Quoi qu’il en soit, il s’agit généralement d’un supplément à base de plantes bien toléré par la plupart des personnes. Une consommation prudente est recommandée, de préférence sous la surveillance d’un médecin.



  • Pareek A, Suthar M, Rathore GS, Bansal V. Feverfew (Tanacetum parthenium L.): A systematic review. Pharmacogn Rev. 2011 Jan;5(9):103-10. doi: 10.4103/0973-7847.79105. PMID: 22096324; PMCID: PMC3210009.
  • Materazzi S, Benemei S, Fusi C, Gualdani R, De Siena G, Vastani N, Andersson DA, Trevisan G, Moncelli MR, Wei X, Dussor G, Pollastro F, Patacchini R, Appendino G, Geppetti P, Nassini R. Parthenolide inhibits nociception and neurogenic vasodilatation in the trigeminovascular system by targeting the TRPA1 channel. Pain. 2013 Dec;154(12):2750-2758. doi: 10.1016/j.pain.2013.08.002. Epub 2013 Aug 8. PMID: 23933184; PMCID: PMC3843982.
  • Di Cesare Mannelli L, Tenci B, Zanardelli M, Maidecchi A, Lugli A, Mattoli L, Ghelardini C. Widespread pain reliever profile of a flower extract of Tanacetum parthenium. Phytomedicine. 2015 Jul 15;22(7-8):752-8. doi: 10.1016/j.phymed.2015.05.006. Epub 2015 May 27. PMID: 26141762.
  • Ernst E, Pittler MH. The efficacy and safety of feverfew (Tanacetum parthenium L.): an update of a systematic review. 2000. In: Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE): Quality-assessed Reviews [Internet]. York (UK): Centre for Reviews and Dissemination (UK); 1995-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK68266/
  • Killoran CE, Crawford GH, Pedvis-Leftick A. Two cases of compositae dermatitis exacerbated by moisturizer containing feverfew. Dermatitis. 2007 Dec;18(4):225-9. doi: 10.2310/6620.2007.06063. PMID: 18021604.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.