Habitudes d'une personne autodestructrice

La coupure ou l'automutilation est un exemple de comportement autodestructeur. Ce que ces comportements révèlent, c'est une grande souffrance latente et un mécanisme clairement dommageable pour faire face à la douleur.
Habitudes d'une personne autodestructrice

Dernière mise à jour : 17 mars, 2021

Dériver dans des relations abusives, une tendance à l’automutilation, l’impulsivité, la procrastination, la consommation de drogue et dans certains cas, même des tentatives de suicide … La personne autodestructrice forme un profil comportemental hautement nocif et dangereux pour lui-même.

À de nombreuses reprises, ces comportements peuvent être expliqués par un trouble psychiatrique latent. Des conditions telles que le trouble de la personnalité limite ou même la schizophrénie, par exemple, ont cette caractéristique.

Cependant, il convient de noter qu’il n’y a pas de problème mental dans tous les cas. Les adolescents ou ceux qui ont souffert de négligence dans leur éducation ou de violence physique peuvent avoir des comportements non réglementés.

Ce que vous devez comprendre à propos de ce type de réalités cliniques, c’est que la personne tombe dans ces types de comportements parce qu’ils génèrent un certain type de soulagement (petit ou grand).

L’intensité émotionnelle interne est si intense qu’ils ont besoin de transformer tout cette anxiété en un certain comportement. Cependant, le soulagement qu’ils trouvent offre un plaisir très court et, finalement, ces pratiques rendent difficile une vie pleine et satisfaisante.

Que signifie être une personne autodestructrice ?

Un couple qui se déchire.
Les comportements autodestructeurs ont également un impact très sévère sur l’environnement : partenaire, amis, famille…

En général, et comme nous l’avons bien souligné, les comportements autodestructeurs sont généralement le symptôme d’autres problèmes psychologiques sous-jacents. En général, ils cachent derrière eux un traumatisme, une réalité douloureuse qui fragmente très tôt l’équilibre interne de la personne.

Après cela, au lieu d’appliquer des mécanismes d’adaptation pour faire face à cette situation, ce qui est fait est d’afficher une série de comportements qui sont clairement préjudiciables à soi-même. La raison ? Ce qu’ils cherchent, c’est de canaliser en quelque sorte la souffrance accumulée, la colère qui ne s’en va pas, la tristesse qui persiste et cette angoisse qui se mêle à la frustration.

La personne autodestructrice sent que son monde entier est hors de contrôle. Cependant, au milieu de ce chaos psychologique, une façon de se sentir en contrôle est de s’engager dans des comportements nuisibles et non réglementés.

Un exemple de ceci est l’automutilation ou le fait de se couper. Cette pratique est très courante chez les jeunes entre 12 et 18 ans. Les coupures et blessures auto-infligées leur procurent un soulagement émotionnel et le sentiment de contrôler la douleur.

Habitudes courantes de la personne autodestructrice

La personne autodestructrice ne veillera jamais à son propre bien-être. Sa tendance est toujours orientée vers le chaos, vers cette recherche de douleur pour étancher, curieusement, une autre forme de douleur : une plus interne et plus profonde.

Par exemple, quelqu’un qui consomme de l’alcool comme moyen de fuite le sait, sachant que cette habitude finira par le détruire, mais ne voulant rien faire pour dériver dans cet abîme. Comprenons donc ce que sont en moyenne, les habitudes qui définissent les personnes.

Tendance à l’incompétence forcée

Lors de l’exécution d’une tâche ou d’un projet, la personne autodestructrice concentrera toute son attention sur ses propres limites, sur son incompétence (apparente) et ses échecs. Ils gonfleront toutes leurs insécurités et leurs vides pour montrer au monde et à eux-mêmes qu’ils sont inutiles.

Cette complaisance les laisse coincés dans une zone de confort dont ils ne veulent pas bouger. De cette façon, elles se retrouvent coincées dans leurs propres malheurs et les nourrissent continuellement.

Approche défaitiste

Elles ne font pas d’effort, elles abandonnent rapidement toute activité. Elles recourent aussi à la victimisation et à cette négativité qui imprègne n’importe quel domaine de leur vie. De même, ce sont ces profils qui se dévalorisent constamment et alimentent des préjugés comme des prophéties auto-réalisatrices. En d’autres termes, tout ce qu’elles disent de mal va leur arriver, parce qu’elles le causent eux-mêmes.

Passivité et victimisation

Les personnes autodestructrices sont dépourvues de motivations et sont passives face à tout événement, adversité ou opportunité qui se présente devant eux ou circonstance qui les oblige à agir. Elles se faufilent, n’assument aucune responsabilité pour quoi que ce soit et n’hésitent pas à pratiquer la victimisation chronique.

Cet article pourrait vous intéresser : Comment sortir d’une relation toxique ?

Relations agressives

Quiconque souffre profondément et constamment a des arêtes. Ceux qui portent le fardeau des traumatismes ou des abus passés, par exemple, peuvent facilement conduire à l’autodestruction. Cependant, sur ce chemin de la souffrance, la personne n’hésite pas à projeter cette gêne interne sur tout le monde autour d’elle.

Les amitiés ne durent pas longtemps. Les couples vont et viennent et apportent généralement plus de douleur que de bonheur. Elles ne sont pas faciles à gérer car elles sont toujours embourbées dans des hauts et des bas et ont du mal à créer des liens de confiance : la douleur est souvent une épée à double tranchant qui fait mal à tout le monde autour d’eux.

Mauvaise gestion émotionnelle

L’univers émotionnel de la personne autodestructrice est fragmenté, chaotique et imprévisible. Son intérieur est habité par un grand nombre d’émotions négatives, telles que la haine, le chagrin, la colère, la tristesse, la peur, la culpabilité et la honte.

Ces réalités agissent comme la vapeur d’un autocuiseur. Elles ont besoin de sortir d’une certaine manière. Mais quand cela arrive, se produisent des accès de colère et de violence.

Comportements addictifs et risqués

Toxicomanie, alcoolisme, dépendance sexuelle, achats compulsifs, troubles de l’alimentation, automutilation… Les personnalités déréglementées et auto-agressives présentent presque toujours certains de ces problèmes connexes. Ils apparaissent petit à petit jusqu’à ce qu’au final, ils acquièrent une plus grande importance et mettent leur vie en danger.

Des études telles que celles publiées dans la revue Violent adolescents par le Dr Andrea Scherzer met en avant le fait que cette réalité est de plus en plus courante chez les adolescents.

Refus de recevoir de l’aide

Une caractéristique commune de ce profil est le refus absolu de recevoir de l’aide. Ils évitent le soutien familial et, plus encore, l’intervention d’un professionnel.

Une femme vomissant dans les sanitaires.
Les adolescents souffrent davantage de comportements autodestructeurs et les troubles de l’alimentation en sont un exemple.

Conseils pour mettre fin aux comportements autodestructeurs

La première étape dans la gestion des comportements autodestructeurs est de prendre conscience de la réalité de chacun. Comprendre que les comportements qu’ils promeuvent et renforcent ne résolvent rien, mais augmentent encore plus la souffrance, est essentiel.

  • Le premier vecteur sur lequel travailler est le sentiment inconscient de culpabilité et de colère. Ces deux réalités gravitent silencieusement autour de tout comportement à risque. Les personnes souffrantes cherchent à les faire taire, à les remplacer par du plaisir… La première étape sera de supprimer tous les mécanismes de défense et de travailler sur ces émotions.
  • Le deuxième vecteur passe par une thérapie cognitive pour travailler sur le dialogue interne, les pensées irrationnelles, les idées négatives et les croyances invalidantes sur soi-même.
  • Il convient dans tous les cas de connaître l’origine de cette situation. La personnalité autodestructrice peut venir de n’importe où, d’un traumatisme à une condition telle qu’un trouble de la personnalité borderline. Dans tous les cas, il est conseillé de faire une thérapie familiale et d’insérer ces données à proximité du patient dans l’intervention psychologique.
  • Enfin, il est pratique d’introduire de nouvelles habitudes de vie plus saines. Si les personnes touchées se dotent également de mécanismes d’adaptation adéquats, elles pourront trouver de nouveaux intérêts dans lesquels s’impliquer de manière plus bénéfique et respectueuse.

Pour conclure, il est important que tous ces types de conditions psychologiques soient traités par des psychologues spécialisés. Les habitudes destructrices peuvent parfois mener au suicide et c’est quelque chose que nous devons éviter.

Il est nécessaire de mettre l’accent, avant tout, sur les adolescents. Ce sont les populations qui manifestent, dans une plus grande mesure, ce type de comportement préjudiciable.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 stratégies pour développer des habitudes saines chez les adolescents
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 stratégies pour développer des habitudes saines chez les adolescents

Si vous êtes parents d'adolescents, voici quelques conseils pour développer des habitudes saines chez vos enfants en pleine croissance.



  • Anthony W. Bateman, Roy Krawitz (2013). Borderline Personality Disorder: An evidence-based guide for generalist mental health professionals. OUP Oxford
  •  Henshaw, Sophie (8 July 2018). “How to Change Self-Destructive Behavior: Stages of Change”. World of Psychology. Retrieved 11 February 2020.
  • Kerig, Patricia. (2017). Self‐Destructive Behavior. 10.1002/9781118524275.ejdj0137.
  • Scherzer, Andrea L. (2018-03-29), “Understanding self-destructive behaviour in adolescence”, Violent Adolescents, Routledge, pp. 5–20, doi:10.4324/9780429484711-2
  • Lovaas, O.Ivar; Freitag, Gilbert; Gold, Vivian J.; Kassorla, Irene C. (1965). “Experimental studies in childhood schizophrenia: Analysis of self-destructive behavior”. Journal of Experimental Child Psychology. 2: 67–84. doi:10.1016/0022-0965(65)90016