Hypocalcémie : symptômes et traitement

23 juin 2019
L'hypocalcémie se caractérise par un taux de calcium trop faible dans le sang. Sachez-en plus ici sur les symptômes et le traitement.

Le calcium est l’un des minéraux indispensables pour jouir d’une santé optimale. Lorsque le taux de calcium est extrêmement bas dans le sang, on parle d’hypocalcémie, une maladie plutôt courante.

Le calcium exerce deux fonctions très importantes au niveau intracellulaire et extracellulaire.

  • Niveau intracellulaire. Le calcium intervient dans diverses réactions enzymatiques et est important pour la transmission des signaux nerveux.
  • Niveau extracellulaire. Le calcium joue un rôle important pour la sécrétion endocrinienne, la coagulation et la plaque motrice.

Il est essentiel de prendre en compte ces deux niveaux, car la plupart des symptômes de l’hypocalcémie sont en lien étroit avec ces niveaux.

Voyons maintenant plus en détail les points importants de cette maladie.

Les symptômes

hypocalcémie

L’un des principaux organes affectés par l’hypocalcémie est l’os qui a besoin de calcium pour sa formation.

Les états suivants favorisent l’apparition de l’hypocalcémie :

  • un manque de vitamine D
  • maladie rénale chronique
  • problème grave au niveau du sang comme un diagnostic de leucémie

Dans tous les cas et dans bien d’autres, les principaux organes qui commencent à subir les conséquences d’un manque de calcium dans le sang sont les os, les intestins et les reins.

Plus concrètement, les différents symptômes de la maladie sont les suivants.

  • Augmentation de l’excitabilité de la plaque motrice. Des spasmes se produisent dans la musculature, lesquels sont généralement très douloureux. Ils affectent généralement les muscles des extrémités. Ce symptôme est connu sous le nom  de tétanie.
  • Fatigue et faiblesse. Les patients qui souffrent d’hypocalcémie sont beaucoup plus fatigués qu’en temps normal. La diarrhée et à la perte de poids, deux autres symptômes communs de cette maladie, peuvent expliquer cette fatigue.
  • Psychose et anxiété. Ces deux symptômes sont assez fréquents. Les patients commencent à exprimer un changement quant à leur sens de la réalité et plusieurs crises d’anxiété suivent ce changement.
  • Paresthésie. En plus des spasmes, les patients peuvent ressentir une sensation de fourmillements, d’engourdissement et de brûlure dans différentes parties du corps. À certains moments, ils ressentent des douleurs aiguës.

Nous vous avons présenté quelques symptômes communs de l’hypocalcémie, mais il en existe beaucoup d’autres, tels que les arythmies ou encore l’hypotension artérielle, entre autres.

Cet article peut aussi vous intéresser : 9 signes qui nous alertent sur une carence en calcium

Le traitement

hypocalcémie

Pour vérifier qu’un individu souffre bel et bien d’hypocalcémie, le patient devra faire une analyse de sang.

Grâce à cette prise de sang, le médecin pour savoir s’il est nécessaire de commencer un traitement pour soigner cette maladie. Il sera aussi en mesure de détecter le type d’hypocalcémie dont souffre le patient.

Hypocalcémie aiguë

Ce premier type d’hypocalcémie est considéré sévère. Le patient doit immédiatement être pris en charge. Le traitement consiste à administrer du gluconate de calcium par voie intraveineuse.

Pendant que le patient se voit administré le traitement, il doit à tout prix être sous surveillance médicale. La raison est la suivante : ce traitement qui est nécessaire peut néanmoins provoquer des arythmies cardiaques.

Hypocalcémie chronique

Étant chronique, cela veut dire que le patient rencontre de sérieux problèmes pour stabiliser et équilibrer son taux de calcium dans le sang et, par conséquent, souffre de cette maladie sur une longue période de temps.

Pour cette raison, il faut contrôler l’état du patient de façon continue. Le traitement consiste en la prise de compléments de calcium et de vitamine D par voie orale.

Ce cas d’hypocalcémie n’est pas si grave que le cas précédent, mais requiert un suivi permanent : il faut contrôler le taux de calcium.

Une fois le diagnostic établi, les contrôles doivent avoir lieu toutes les semaines. Au bout d’un certain temps, ces contrôles auront lieu seulement une fois par mois, puis à nouveau au bout d’un certains temps, tous les trois mois.

Tel que c’est le cas pour les personnes qui souffrent d’hypo ou d’hyperthyroïdie, les patients qui souffrent d’hypocalcémie ne doivent pas manquer les contrôles indiqués par le médecin.

L’hypocalcémie chronique ne connaît pas de risque d’arythmies, mais des calculs rénaux peuvent apparaître. Pour résoudre ce problème, il faut limiter sa consommation de sel.

Cet article peut aussi vous intéresser : Symptômes et conséquences de l’arythmie cardiaque

Nous espérons que cet article vous a permis d’en savoir un peu plus sur cette maladie dont souffrent de nombreuses personnes mais dont le nom n’est pas encore bien connu.

Avez-vous déjà souffert d’hypocalcémie ? De quel type d’hypocalcémie avez-vous souffert ? Dites-nous tout !

 

  • Fraile-Gómez, Pilar, Blanc, Marc H., Segurado-Tostón, Óscar, García-Cosmes, Pedro, & Tabernero-Romo, José M.. (2014). Hipocalcemia, hiperfosforemia y elevación de la paratohormona: ¿un arduo diagnóstico diferencial?. Nefrología (Madrid)34(1), 134-135. https://dx.doi.org/10.3265/Nefrologia.pre2013.Aug.12197
  • Guillén López, Otto Barnaby. (2018). Hipocalcemia severa por deficiencia de vitamina D en una adulta mayor. Revista Medica Herediana29(3), 178-181. https://dx.doi.org/https://doi.org/10.20453/rmh.v29i3.3407
  • Johnson, Ronald, Toloza, Jorge, Cortes, Lorena, & Valdés, Cristian. (2010). Miocardiopatía por hipocalcemia. Revista chilena de cardiología29(3), 374-377. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-85602010000300017
  • Martín-Baez, Isabel M., Blanco-García, Raquel, Alonso-Suárez, Mario, Cossio-Aranibar, Cynthia, Beato-Coo, Laura V., & Fernández-Fleming, Francisco. (2013). Hipocalcemia severa posdenosumab. Nefrología (Madrid)33(4), 614-615. https://dx.doi.org/10.3265/Nefrologia.pre2013.Apr.11922
  • Román, A., Osorio, M. I., Latorre, G., Gutiérrez, J., & Builes, C. A. (2013). Hipoparatiroidismo primario asociado a convulsiones. Acta Médica Colombiana38(3).
  • Roman-Gonzalez, A., Zea-Lopera, J., Londoño-Tabares, S. A., Builes-Barrera, C. A., & Sanabria, Á. (2018). Pilares para el enfoque y tratamiento adecuado del paciente con hipoparatiroidismo. Iatreia31(2), 155-165.