Hypoparathyroïdie : complications et prévention

8 juillet 2020
L'hypoparathyroïdie est également connue sous le nom d'hypocalcémie. Dans cet article, vous découvrirez ce qui peut causer ce trouble et les options possibles pour le prévenir.

L’hypoparathyroïdie est une maladie endocrinienne qui provoque un déséquilibre des glandes thyroïdiennes. Ce trouble fait que ces glandes produisent trop peu de PTH (parathormone).

En conséquence, les niveaux de calcium diminuent alors que les niveaux de phosphore augmentent bien au-dessus de la normale. Bien que l’hypoparathyroïdie puisse apparaître comme une affection isolée, elle est parfois associée à d’autres types de maladies.

Contrairement à d’autres maladies liées à la thyroïde, l’hypoparathyroïdie est considérée comme une maladie rare.

Cependant, bien qu’elle ne soit pas aussi fréquente que d’autres affections liées à la thyroïde, la gravité des complications qui peuvent survenir après un diagnostic d’hypoparathyroïdie rend indispensable une prise en charge globale de cette affection en raison de son importance.

Les causes de l’hypoparathyroïdie

L’article Piliers de l’approche et du traitement appropriés du patient hypoparathyroïdien décrit certaines des causes de cette maladie endocrinienne. Bien que la cause la plus courante, présente dans 75 % des cas, soit sa manifestation après une opération, il existe d’autres options :

  • Autoimmune : elle peut se produire en raison de l’utilisation de l’immunothérapie pour traiter un certain type de maladie, comme le cancer
  • Fonctionnelle : elle est causée par la présence élevée ou insuffisante de magnésium dans le sang
  • Destruction par rayonnement : conséquence du traitement de l’hyperthyroïdie qui consiste à utiliser de l’iode radioactif
  • Métastatique : reproduction de cellules cancéreuses, en particulier dans le cas d’un cancer du sein
Le développement de l'hypoparathyroïdie

 

Outre ces causes, il en existe d’autres dans lesquelles différents syndromes (syndrome de DiGeorge, syndrome HDR, etc.) ou troubles (gène mitochondrial ou inconnu) peuvent être impliqués.

Nous ne pouvons en aucun cas oublier les circonstances dans lesquelles l’hypoparathyroïdie apparaît en raison de cas isolés (comme les mutations de la PTH ou du CasR, entre autres).

Complications

Maintenant que nous avons vu à quoi peut mener un diagnostic d’hypoparathyroïdie, il est temps de s’attaquer aux complications qui peuvent survenir.

Parmi elles, nous pouvons commencer par celles que nous pouvons considérer comme moins sérieuses. Par exemple, la présence d’une peau très sèche qui peut entraîner des desquamations, des crampes musculaires et des picotements dans les extrémités.

À d’autres moments, les patients peuvent manifester des menstruations plus douloureuses que d’habitude, des ongles cassants, des cheveux secs et cassants ou des douleurs abdominales fréquentes. Cependant, ces symptômes peuvent se compliquer au point de provoquer les éléments suivants :

  • Convulsions
  • Cataracte
  • Dépôts de calcium dans les tissus
  • Diminution de la conscience

Dans certains cas, une démence peut survenir.

Cependant, selon différentes études et tests, s’il n’y a pas d’hypocalcémie, cette situation peut être complètement inversée grâce à un traitement à la vitamine D. Il est donc important de diagnostiquer cette maladie le plus tôt possible.

Lire : Comment améliorer la santé de la thyroïde naturellement avec la rhubarbe

Prévention

Une personne souffrant d'hypoparathyroïdie en consultation

 

En ce qui concerne la prévention de l’hypoparathyroïdie, il n’existe actuellement rien qui puisse nous permettre de prévenir ou de réduire les risques de contracter cette pathologie. Toutefois, certaines mesures peuvent être mises en œuvre pour nous aider à résoudre ce problème avant qu’il n’aille plus loin.

Par exemple, si nous devons subir une opération de la thyroïde ou du cou et que, juste après, nous commençons à remarquer des picotements dans les extrémités ou certains des symptômes plus légers que nous avons décrits ci-dessus, il est nécessaire de le signaler au médecin. De cette façon, nous pouvons commencer un traitement rapide. Cela empêchera l’hypoparathyroïdie de progresser et de finir par nous affecter plus gravement.

Il est important que nous ne considérions pas comme normal tout symptôme qui peut se manifester. Les problèmes liés à l’hypoparathyroïdie apparaissent progressivement et s’aggravent à mesure qu’ils ne sont pas résolus.

Découvrir : Physiologie de la thyroïde

Par conséquent, si nous avons subi une opération du cou ou de la thyroïde, comme nous l’avons déjà souligné, l’un des symptômes susmentionnés est une raison de se rendre chez le médecin dès que possible.

Nous devons agir vite pour obtenir un diagnostic précis. En effet, si nous sommes atteints d’hypoparathyroïdie, elle peut provoquer des cataractes ou la formation de dépôts de calcium dans des tissus tels que le cerveau. Cela peut d’ailleurs provoquer des convulsions ou des évanouissement. Ces symptômes peuvent être très difficiles à inverser.

D’où la nécessité de mettre l’accent sur la prévention. Quelqu’un de votre entourage a-t-il déjà été diagnostiqué avec ce trouble ?

 

  • Albalate Ramón, M., de Sequera Ortiz, P., & Rodríguez Portillo, M. (2012). Trastornos del calcio, el fósforo y el magnesio. Nefrología7(1), 0.
  • Barquero Melchor, H., Delgado Rodríguez, M. J., & Juantá Castro, J. (2015). Hipocalcemia e hipoparatiroidismo post-tiroidectomía.
  • Crespo Valadés, E., Blanco Jarava, A., & Malmierca Corral, M.. (2007). Calcificaciones cerebrales en hipoparatiroidismo idiopático crónico. Anales de Medicina Interna24(2), 102-103. Recuperado en 16 de marzo de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0212-71992007000200015&lng=es&tlng=es.
  • Prieto, Jimena, Magalhaes, Germán, Pessolano, Miguel, Quintana, Eduardo, Pereyra, Delia, & Llorens, Mario. (2009). Crisis paratiroidea hipercalcémica. Archivos de Medicina Interna31(2-3), 81-84. Recuperado en 16 de marzo de 2019, de http://www.scielo.edu.uy/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1688-423X2009000200007&lng=es&tlng=es.
  • Rodríguez, A. (1957). Un probable caso de hipoparatiroidismo idiopático. Revista de la Facultad de Medicina25(9-12), 476-497.