Infiltrations : qu’est-ce que c’est ?

5 février 2021
Les infiltrations correspondent à une procédure que l'on peut utiliser pour les articulations, les nerfs ou les lésions qui entraînent une douleur prolongée sans montrer d'amélioration face au traitement conventionnel.

Le processus des infiltrations consiste à injecter un médicament ou une substance dans une articulation, un nerf, une lésion ou une autre zone, afin qu’il agisse directement sur la région affectée. C’est une méthode qui est actuellement en plein essor.

En effet, si elle est pratiquée correctement, elle permet de résoudre de nombreuses pathologies ou de soulager certaines douleurs très intenses.

Les applications sont nombreuses et les résultats sont généralement durables et efficaces. La principale indication d’une infiltration se trouve souvent dans des articulations enflammées. Dans ces cas, on injecte des substances anti-inflammatoires ainsi que des médicaments qui aident à réduire l’inflammation et à stimuler la régénération du tissu.

Cependant, de nombreuses personnes pensent que les infiltrations sont risquées. Mais, en réalité, il s’agit d’une technique peu invasive qui est souvent plus facile à gérer qu’une chirurgie ou une autre approche. Nous vous en disons davantage dans cet article.

En quoi consiste une infiltration ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les infiltrations sont de simples injections de substances dans une zone lésée. Qu’il s’agisse d’un nerf, d’une articulation précise ou d’une partie molle, comme un tendon ou un muscle.

La substance injectée dépend de la pathologie à traiter. Par exemple, dans le cas des lésions articulaires, on infiltre souvent du collagène ou de l’acide hyaluronique. Ces deux éléments semblent stimuler la récupération des tissus.

De même, lorsque l’on souhaite traiter une inflammation, on administre des médicaments anti-inflammatoires tels que les corticostéroïdes. Il est même possible d’administrer des facteurs de croissance ou des anesthésiques.

L’idée est que le médicament, en allant directement sur la zone affectée, permet d’obtenir un résultat plus rapide, efficace et durableDe plus, de nombreux effets secondaires systémiques peuvent ainsi être évités.

Une piqûre d'infiltration dans l'épaule.

“Les infiltrations consistent à injecter des substances dans des régions du corps qui, pour une raison quelconque, se trouvent lésées.”

A quoi servent les infiltrations ?

Lorsqu’il s’agit d’une articulation, l’infiltration est généralement réalisée quand la personne suit un traitement depuis longtemps et qu’elle ne présente aucune amélioration. C’est le cas également si la douleur est trop intense. Par exemple, les usages les plus courants sont pour la tendinite ou la bursite.

La tendinite correspond à une lésion d’un tendon dans laquelle l’inflammation et l’irritation prédominent. Ces lésions sont très fréquentes, douloureuses et invalidantes. Elles surviennent généralement au niveau de la cheville, du talon ou de l’épaule.

Quant à elle, la bursite est une pathologie qui entraîne une inflammation de la poche qui protège les articulations et amortit les chocs entre les os. Elle a tendance à apparaître lorsqu’une articulation, comme le genou, est utilisée de manière intensive.

Lisez également : 12 exercices pour soulager la tendinite de l’épaule

Infiltrations épidurales

Par ailleurs, en plus des articulations, il est possible d’effectuer des infiltrations dans la colonne vertébraleElles sont réalisées dans l’espace épidural dans les cas où il y a une racine nerveuse enflammée.

Quand une racine nerveuse est comprimée par un trouble vertébral, cela peut produire une douleur irradiante. Autrement dit, la personne éprouve une douleur dans les zones éloignées qui ne sont pas blessées, comme par exemple une jambe.

Ce type d’infiltration permet donc de réduire notablement cette douleur. La sciatique est une condition dans laquelle les infiltrations sont souvent utilisées. Si les traitements habituels ne parviennent pas à soulager le patient.

Découvrez aussi : Etirements de yoga pour soulager la sciatique

Quelle est la procédure ?

Infiltration dans le bras.

“Les infiltrations ne constituent pas le premier traitement d’une lésion. Il s’agit plutôt d’une option lorsque le patient ne présente pas d’améliorations avec les médicaments et autres thérapies.”

Il est important de souligner que l’infiltration ne doit pas être la première option thérapeutique face à une lésion. Au contraire, elle est généralement utile quand le patient ne réagit pas au traitement conventionnel ou que la douleur ne s’atténue pas.

Tout d’abord, il faut désinfecter la zone où l’on va réaliser l’injection. A cette fin, on utilise habituellement de la bétadine ou de l’alcool. De plus, l’idéal est d’appliquer un anesthésique topique qui permet d’injecter l’aiguille sans douleur.

Le professionnel effectue ensuite l’injection dans la zone. En général, lorsque la zone à infiltrer n’est pas assez superficielle, le médecin se guide à travers des techniques comme l’échographie pour s’orienter correctement. 

Une fois que l’aiguille se trouve au bon endroit, il infiltre le médicament lentement pour qu’il se répartisse uniformément dans la lésion.

Les infiltrations permettent de traiter plusieurs pathologies

L’infiltration est une procédure relativement simple qui permet de traiter de nombreuses pathologies très douloureuses et invalidantes. Comme, par exemple, la tendinite ou la compression d’un nerf.

Néanmoins, c’est le médecin qui doit décider du traitement le plus adéquat pour chaque patient. N’attendez donc pas avant de consulter pour des douleurs de ce type. Enfin, sachez que, si vous devez subir des infiltrations, 48 heures de repos sont vivement recommandées après l’intervention.

  • Hadaway, L. (2007). Infiltration and extravasation. American Journal of Nursing107(8), 64–72. https://doi.org/10.1097/01.NAJ.0000282299.03441.c7
  • Gomes, A. C. R., Silva, C. A. G. da, Gamarra, C. J., Faria, J. C. de O., Avelar, A. F. M., & Rodrigues, E. da C. (2011). Assessment of phlebitis, infiltration and extravasation events in neonates submitted to intravenous therapy. Escola Anna Nery15(3), 472–479. https://doi.org/10.1590/s1414-81452011000300005
  • Amjad, I., Murphy, T., Nylander-Housholder, L., & Ranft, A. (2011). A new approach to management of intravenous infiltration in pediatric patients: Pathophysiology, classification, and treatment. Journal of Infusion Nursing34(4), 242–249. https://doi.org/10.1097/NAN.0b013e31821da1b3
  • Simona, R. (2012). A pediatric peripheral intravenous infiltration assessment tool. Journal of Infusion Nursing35(4), 243–248. https://doi.org/10.1097/NAN.0b013e31825af323
  • Dougherty, L. (2008). IV therapy: recognizing the differences between infiltration and extravasation. British Journal of Nursing (Mark Allen Publishing). https://doi.org/10.12968/bjon.2008.17.14.30656