Intoxication aux organophosphorés : symptômes et prévention

L'intoxication aux organophosphorés est une affection grave qui peut entraîner l'apparition de symptômes neurologiques et moteurs. Heureusement, il existe des mesures qui peuvent être appliquées lors de la manipulation de ces produits.
Intoxication aux organophosphorés : symptômes et prévention

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Les organophosphorés sont des produits chimiques présents dans les herbicides et les insecticides. Ces composés sont utilisés en agriculture pour éliminer les organismes indésirables des cultures. Cependant, tant les doses élevées que l’exposition prolongée à ces produits sont nocives pour l’organisme humain, provoquant l’apparition d’intoxications aux organophosphorés.

Certains des insecticides organophosphorés les plus largement utilisés sont le malathion et le parathion, bien que le chlorpyrifos, le Dursban ® et le diazinon se distinguent également. Ce produit chimique a également été utilisé dans la création de gaz toxiques, tels que le sarin, ainsi que pour la production de plastiques et de solvants.

L’empoisonnement aux organophosphorés est un problème courant dans le monde, en particulier dans les zones rurales. Des études montrent que plus de 3 millions de personnes sont exposées à ces substances chaque année. Les organophosphorés affectent le système nerveux, ainsi que la production d’hormones.

Effets des organophosphorés sur le corps

Les organophosphates sont des composés connus en pharmacologie comme agonistes cholinergiques indirects. Ils renforcent l’action d’un neurotransmetteur spécifique appelé acétylcholine, qui est abondant dans le système nerveux autonome et dans la plaque motrice.

Le corps décompose l’acétylcholine peu de temps après sa libération par une enzyme appelée acétylcholinestérase. Les organophosphates se lient de manière irréversible à cette enzyme, la rendant inutile. De cette manière, la demi-vie et les effets du neurotransmetteur sont considérablement augmentés.

L’inhibition de l’acétylcholinestérase chez les insectes et les parasites génère un type spécifique de paralysie : la paralysie spastique. Les muscles des insectes sont contractés en permanence, les empêchant de bouger et causant la mort.

Causes

Les gens peuvent contracter un empoisonnement aux organophosphorés lorsqu’ils sont exposés à de fortes doses de la substance ou sur une longue période de temps. Malheureusement, ces toxines ont une solubilité élevée dans les lipides, ce qui leur permet de pénétrer facilement dans le corps humain.

La substance peut pénétrer dans l’organisme par les voies respiratoires, la peau ou par voie orale. Toute personne en contact avec ces composés peut souffrir d’empoisonnement. Cependant, il existe différents emplois qui présentent un risque élevé :

  • Les agriculteurs.
  • Jardiniers.
  • Employés de la lutte antiparasitaire.
  • Vétérinaires.
  • Travailleurs de certaines industries.

L’empoisonnement aux organophosphorés peut également résulter de la consommation d’ aliments et d’eau contaminés. De petites quantités peuvent être présentes dans les produits commercialisés en raison de l’utilisation de pesticides et d’herbicides dans la chaîne de production.

Fumigation dans les maisons avec des organophosphorés.
Les travailleurs de la fumigation sont exposés à ces substances, même lorsqu’ils portent l’équipement de protection obligatoire.

Symptômes de l’empoisonnement aux organophosphorés

Les principaux symptômes d’une intoxication aux organophosphorés peuvent varier en fonction du temps d’exposition et de la gravité de la situation. Les signes aigus apparaissent dans les premières 24 heures suivant l’exposition, tandis que les signes tardifs apparaissent après plusieurs jours ou semaines.

Parmi les principaux symptômes aigus, on distingue :

  • Faiblesse musculaire.
  • Fasciculations.
  • Diminution de la taille des pupilles.
  • Vision floue.
  • Peau et muqueuses pâles.
  • Vomissements et diarrhée.
  • crampes abdominales.
  • Toux et essoufflement.
  • Salivation excessive et larmoiement.
  • Bradycardie et hypotension.
  • Anxiété et confusion.
  • convulsions
  • Diminution du rythme respiratoire.

L’une des principales manifestations tardives de l’intoxication aux organophosphorés est le syndrome intermédiaire, qui peut apparaître jusqu’à 2 semaines après l’exposition. Le syndrome intermédiaire se caractérise par un coma brutal et inexpliqué. Les gens peuvent également avoir une paralysie des muscles des extrémités.

Des études montrent que plusieurs nerfs peuvent être touchés après 2 semaines, générant une polyneuropathie axonale. Cette pathologie est causée par des organophosphorés tels que le chlorpyrifos et le phosphate de triorthocrésyle.

complications

L’exposition aux organophosphorés peut également entraîner l’apparition de multiples complications dans différents organes. Une intoxication aiguë peut provoquer une pancréatite aiguë. De plus, certaines personnes peuvent souffrir d’insuffisance cardiaque, d’arythmies, de choc cardiogénique et de mort subite, selon des études.

Les bronchospasmes et l’insuffisance respiratoire aiguë sont également des complications fréquentes. La recherche affirme que l’insuffisance respiratoire sévère est la principale cause de décès chez ces patients. Une autre des séquelles respiratoires est la pneumonie et l’accumulation de liquide dans les poumons.

De même, certaines personnes intoxiquées peuvent souffrir d’hyperglycémie, d’acidose métabolique, d’hypokaliémie, de leucocytose, d’hépatite, d’ulcération et de nécrose tissulaire.

Les changements neurologiques et psychiatriques sont également importants. Les gens peuvent souffrir de psychose, de parkinsonisme et de déficits cognitifs.

Diagnostic de l’empoisonnement aux organophosphorés

Le diagnostic de ce type d’intoxication repose généralement sur les symptômes présentés par le patient. Le médecin doit noter la présence de symptômes neuromusculaires et respiratoires caractéristiques. Vous devriez également poser des questions sur les activités impliquant une exposition aux organophosphates.

L’administration de 1 milligramme d’une substance appelée atropine est utile pour confirmer le diagnostic en cas de doute. Le diagnostic sera positif si les symptômes d’intoxication aux organophosphorés disparaissent immédiatement après l’injection.

Les taux plasmatiques de cholinestérase sont utiles pour connaître la gravité de l’intoxication. Ces valeurs peuvent être utilisées pour mesurer l’efficacité du traitement. Il est important de noter que ces tests sont effectués pour surveiller l’état de santé et non pour confirmer le diagnostic. Les autres tests complémentaires sont les suivants :

  • Électrocardiogramme – Utilisé pour évaluer l’état du cœur, à la recherche de troubles de la fréquence cardiaque, de blocages et d’arythmies.
  • Analyse sanguine : évalue l’état de la série érythrocytaire et la réponse immunitaire à l’empoisonnement aux organophosphorés. Un signe commun est des leucocytes élevés.
  • Amylase : demandée lorsqu’une pancréatite est suspectée comme complication de cette affection.
  • Radiographie pulmonaire : elle est utile pour diagnostiquer des complications telles que la pneumonie chimique, l’aspiration bronchique et l’œdème pulmonaire dans les cas graves.

Traitement

L’une des étapes les plus importantes du traitement d’une intoxication aux organophosphorés est la décontamination de la personne atteinte. La décontamination dépendra du point d’entrée de la substance. Le personnel médical enlèvera les vêtements et lavera tout le corps du patient avec de l’eau et du savon.

L’administration de charbon actif est utile pendant la première heure après la prise de l’organophosphoré. Le charbon actif est une substance chélatrice, il aidera donc à éliminer la toxine du corps.

Le traitement général consiste en un contrôle des symptômes, à la fois respiratoires et neurologiques. Respiratoire est traitée avec l’administration intraveineuse d’atropine. La dose utilisée peut varier entre 2 et 5 milligrammes, bien qu’elle puisse être doublée toutes les 5 minutes si les signes ne s’améliorent pas.

De son côté, des études établissent que les symptômes neurologiques de l’intoxication aux organophosphorés doivent être traités par la pralidoxime. La dose nécessaire du médicament peut varier entre 1 et 2 grammes chez l’adulte. Ce médicament doit être administré dans les 30 minutes suivant l’exposition.

Le personnel médical peut administrer des benzodiazépines dans le but de traiter ou de prévenir les convulsions. De plus, l’utilisation du diazépam s’est avérée utile dans la prévention des déficits cognitifs.

Certaines personnes peuvent avoir besoin d’une assistance respiratoire en cas de paralysie des muscles respiratoires en cas d’intoxication modérée à grave. En général, la plupart des patients parviennent à se rétablir sans séquelles.

Saisies dans l'empoisonnement aux organophosphorés.
Les convulsions sont des symptômes neurologiques de cette intoxication qu’il convient de traiter si possible de manière préventive pour éviter leur apparition.

Comment prévenir l’intoxication aux organophosphorés ?

Heureusement, la prévention de l’empoisonnement aux organophosphorés est très simple. Les personnes ne doivent éviter d’être en contact avec cette substance que pour éviter l’apparition d’effets nocifs. L’une des mesures les plus utiles est d’éviter d’utiliser des produits contenant des organophosphorés ; Les aliments doivent également être très bien lavés avant consommation.

Certains travailleurs sont contraints d’utiliser des produits contenant des organophosphorés, tels que des pesticides ou des insecticides. Dans ces cas, il est impossible d’éviter d’entrer en contact avec la substance.

Cependant, certaines mesures peuvent être appliquées pour réduire le risque d’empoisonnement :

  • Portez tous les équipements de protection requis, tels que des masques et des gants.
  • Utilisez des arroseurs en bon état et qui n’ont pas de fuites.
  • Stockez correctement les produits.
  • Prenez une douche après le travail et changez de vêtements avant de rentrer à la maison.
  • Lavez-vous les mains avant de manger quoi que ce soit.
  • Connaître les produits qui contiennent des organophosphorés.

Une maladie grave et mortelle

L’empoisonnement aux organophosphorés est une maladie grave qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée immédiatement. Les organophosphorés sont utilisés dans de nombreux insecticides, de sorte que les agriculteurs et les jardiniers constituent le principal groupe à risque.

Les symptômes d’empoisonnement peuvent varier, bien que la faiblesse musculaire, les vomissements et la salivation excessive soient généralement les plus évidents. Une attention médicale immédiate est essentielle, car un traitement précoce améliore l’espérance de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Intoxication au méthanol : effet et symptômes
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Intoxication au méthanol : effet et symptômes

Bien qu'elle soit rare, l'intoxication au méthanol est grave et doit être traitée le plus vite possible. Quelles sont les caractéristiques de cet a...



  • Robb EL, Baker MB. Organophosphate Toxicity. [Updated 2021 Jul 26]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-.
  • Peter JV, Sudarsan TI, Moran JL. Clinical features of organophosphate poisoning: A review of different classification systems and approaches. Indian J Crit Care Med. 2014 Nov;18(11):735-45.
  • Gervilla Caño J, Otal Bareche J, Torres Justribó M, Durán Rabés J. Intoxicación por organofosforados. SEMERGEN – Medicina de Familia. 2007;33(1):21-23.
  • Naughton SX, Terry AV Jr. Neurotoxicity in acute and repeated organophosphate exposure. Toxicology. 2018 Sep 1;408:101-112.
  • Bajracharya SR, Prasad PN, Ghimire R. Management of Organophosphorus Poisoning. J Nepal Health Res Counc. 2016 Sep;14(34):131-138.
  • King AM, Aaron CK. Organophosphate and carbamate poisoning. Emerg Med Clin North Am. 2015 Feb;33(1):133-51.
  • Pino Vásquez A, Brezmes Raposo M. Intoxicación por organofosforados. Protoc diagn ter pediatr. 2021;1:793-801.
  • Orias Vásquez M. Intoxicación por organofosforados. Revista Médica Sinergia. 2020; 5(8): e558.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.